samedi 26 novembre 2016

Voter : "il ne peut en rester qu'un"

source image    
Partout dans les médias, on nous gave avec les programmes des candidats à la primaire de la droite.
Impossible d'ignorer les petites phrases et grandes promesses de Fillé ou Juppon.
Ce dimanche  je suis passé devant le bureau de vote, j'avais un rendez vous avec des amis dans une salle voisine.
Jusqu'au matin même, j'avais balancé 
"vas y,  élimine celui qui t'a donné des allergies pendant 5 longues années  " disaient les voix 
"ça va pas la tête ! " répondaient les autres   "tu vas quand même pas leur filer 2€  pourquoi pas 4€ pendant qu'on y est ?" et certaines d'ajouter : "tu vas quand même pas signer que tu te reconnais dans leurs valeurs ?"
Sinon : "Envoie donc un don  soit à la" vraie" gauche  quelque peu sinistrée, celle qui a  parfois des idées proches des tiennes, soit  aux zèbres."


Le chemin pour mon rendez vous passait pile poil devant les bureaux de vote, or  ici  je suis connu ... Mes patients étaient là, dans les files d'attente,  et, quand je les ai salués de loin, j'ai bien vu  que beaucoup s'attendaient à ce que j'entre ... Sur le chemin du retour, j'ai croisé ceux qui allaient voter ; petit  délire :  un brin honteux, je me suis imaginé qu'ils croyaient que je revenais du bureau de vote.

Bien ... Je n'ai pas eu besoin de me parjurer ;  les électeurs  ont éliminé sans ma goutte d'eau  celui que je ne voulais plus revoir.
Il en reste deux... 

 Et après ?  
Vais je aller à la primaire de gauche ? *
Quelle gauche ? Où ça, une gauche ? 
J'hésite  j'hésite  j'hésite  j'hésite j'hésite
ça me mine, j'y pense en permanence. 
Ceux qui seront au 2ème tour seront mauvais,  tellement mauvais que je me pose vraiment la question  d'un bulletin blanc.

Il m'arrive de pester (intérieurement) de la difficulté qu'ont beaucoup de mes patients à choisir entre 2 verres de  lunettes. Il m'arrive de leur dire "si vous voyez insuffisamment, si vous ne pouvez  pas choisir le meilleur, au moins,  essayez de choisir le moins mauvais ... Beaucoup répondent en répétant  :  "mais je ne vois pas la différence ! " ou "je vois tellement  mal". Et voilà que je me mets à comprendre la difficulté qu'ont mes patients à me désigner "le meilleur verre "ou "le moins mauvais" 
Que la vision soit bonne ou mauvaise,  il va bien falloir  au bout du compte, qu'il y ait deux  "meilleurs verres"  gagnants / deux candidats au 2ème tour puis au final  un seul président   Alors  on fait comment hein ???
Et en cas de  quasi cécité ? :  le patient ne choisit pas son verre, on met un verre approximatif  ou "neutre ". 
En politique, la cécité, correspond à la fin de la démocratie.
J'ai envisagé le pile ou face (après avoir éjecté les vrais nuisibles et les tocards) il en reste  quelques uns... les moins pires. 
Je ne vois presque plus rien et je broie du noir...
C'est un cauchemar.
Comme dans Highlander, "il ne peut en rester qu'un ."



vendredi 11 novembre 2016

et ils sont où ... les services publics ?

Théoriquement j'avais prévu de partir en stage pour 3 jours 
Mais finalement, je n'ai pas voulu m'éloigner de Pa et j'ai annulé.
Alors voilà, j'avais un jour entier devant moi pour gérer tout ce que je procrastine  habituellement.

mercredi 9 novembre 2016

Jours de flip

source image  
Cette route je la connais par coeur : le tunnel,  l'aire de repos en travaux,  le péage, l'hôpital où je travaillais comme infirmier, les serres puis, au loin, la découpe de la ville. J'alterne zapping radio et CD de mes cours d'Anglais.