vendredi 30 janvier 2009

oculistiques -5- au hasard, aujourd'hui



Publié dans #oeil et regard
ce matin était un matin comme les autres...j'aime bien le vendredi, car  je consulte seulement le matin, l'après midi est consacré à du travail administratif, au courrier, à divers rangements...
Je me lève donc (péniblement)  je me suis couché tard.
 La voiture est gelée, le grattoir  à glace abîmé ; hier soir, j'ai eu tort de ne pas protéger le pare brise.
Je pourrais aller à pied mais ce n'est pas une bonne idée : il fait froid, je manque d'entrain, et surtout il m'est impossible de faire les 500 m qui me séparent de mon cabinet sans me faire accoster par des patients qui souhaitent une consultation là ..dans la rue. (On se réjouira que je ne sois pas proctologue !)
 Petit déjeuner...arrivée au travail, pile poil à l'heure ; la première patiente est là qui discute avec la secrétaire.
Le patient suivant est un petit môme blotti dans les bras de sa mère, terrorisé par cet inconnu qui veut regarder ses yeux. Finalement il se laisse examiner sans problème, et répond aussi bien  que possible.
C'est après que çà bascule, que çà s'emballe : outre les consultations prévues de longue date, environ une par quart d'heure, il y a 3 urgences. La première va me demander une bonne demi heure d'examen, explications, négociations avec autres médecins, et encore j'ai honte d'avoir bâclé une partie de l'examen pour parer au plus pressé..
Quand je confie enfin la patiente à la secrétaire, la salle d'attente est pleine, à croire qu'ils se sont reproduits dans mon dos ! Je continue, les autres sont moins compliqués mais sont âgés, et dépassent allègrement le quart d'heure prévu.
 (ils savent qu'assis face à moi, ils deviennent plus importants que le reste de la galaxie, que mon temps ne leur sera pas compté mais qu'après leur départ, je les oublierai )
Les ennuis continuent, mon retard s'accumule.
De la salle d'attente me parvient ce murmure réprobateur, qui a le don de me mettre en rage ; rage contre "eux", rage contre moi même, je me sens inefficace  trop lent et bien  peu rentable...
La secrétaire m'annonce  d'ailleurs que deux personnes mécontentes de l'attente prévue sont reparties, fâchées.
Ça me fout en rogne, je suis médecin, il y a des urgences, je n'y  peux rien. Envolée,ma bonne humeur du début de matinée, alors  les derniers patients vus avec une heure de retard (j'ai gagné du temps avec les deux qui sont partis :=) )sont dans leurs petits souliers.(je ne mors pas, quand même)
Le pharmacien a modifié un collyre prescrit, par un bidule inconnu, je cherche dans le Vidal pour savoir s'il s'agit d'un générique et s'il est remboursé. Le Vidal est muet, il est 12h30 les pharmacies ont fermé, je reste avec mes questions.
Rangement en speed du cabinet, je me doute qu'il est tard,(le dernier avait RDV à 12h) d'ailleurs j'ai faim... Arrêt banque et boulangerie. Arrivée maison : mon voisin âgé, qui sort justement pour sa promenade quotidienne, m'entreprend sur l'état de ses yeux, et comment ne pas l'écouter ? j'arrive enfin à lui suggérer qu'il appelle dès lundi la secrétaire.
Enfin je suis dans la maison, il est 14h, j'allume l'ordinateur, et dans la cuisine je réchauffe vite fait quelques nems et un reste de choucroute. Au courrier, une superbe carte de nouvel an avec un sac contenant de la cannelle venue tout droit d'Arabie.
Mon après midi s'annonce plus calme, sauf que pendant la rédaction de ce billet, j'ai fait une fausse manip qui a éteint l'ordi, ce qui a  bien failli me contrarier...

30 Janvier 2009 , Rédigé par Berthold

mercredi 28 janvier 2009

bach pas bidon


28 Janvier 2009 , Rédigé par ZigmundPublié dans #bonheurs divers




Ce soir là, dans le cadre de la folle journée, ils sont 19 musiciens, plus le chef d'orchestre.
Ils s'apellent Renegades steel band, ils viennent de Trinidad, et ils peuvent tout jouer : reaggae, jazz, classique, sur leurs drôles de tambours qui ressemblent à des bidons.
Ce soir là, Jean Sebastien Bach est au programme, l'an dernier ils avaient joué Schubert.
On écoute, on regarde, on se demande comment c'est possible d'obtenir un son de trompette d'orgue ou de cordes, avec un instrument à percussion(enfin au départ ...c'était sensé être un instrument à percussion) . C'est excellent, très beau. 
Les musiciens placés de face ont deux tambours qui donnent des sons aigus ; sur les côtés, chaque  musicien joue sur 4 bidons avec une possibilité de 36 notes (par bidon?). Ils sont certes statiques mais c'est pas de la samba...(c'est plutôt avec Bach ! ).
 En  fait l'instrument s'apelle un steel pan ou steel drum, abrégé en "pan",(pan=bidon en anglais) il a été proclamé instrument national à Trinidad et Tobago(dans les Caraïbes).
J'ai cherché un lien sympa   mais je n'ai pas trouvé  de liens avec des musiques classiques.
J'aurais adoré écouter de nouveau leur interprétation de la toccata ou de la messe en si. 
Lâchez tout et allez les voir et les écouter, s'ils viennent dans votre ville !




rendez nous brasse bouillon !


ceci est un appel au secours !
brasse bouillon , ma copine de "éloge de la pipeautique" a disparu, ou tout du moins l'accès à son blog est restreint.
ouin !!!
ouin !!!
ouin !!!
ce soir, je me connecte, et horreur, voilà qu'il faut montrer patte blanche.
alors j'ai donné mon e-mail et un mot de passe et rien ne passe...
je comprends, je sais que bien des vautours regardaient dans sa direction et qu'elle craignait les représailles.
bon  ben, je lance cette bouteille à la mer, si brasse bouillon,ma bureautière préférée m'accorde sa confiance, qu'elle me joigne via un commentaire ou en réponse à un de mes commentaires. je promets d'être aussi discrêt qu'elle le souhaite.
je supprime (momentanément j'espère) le lien avec son blog, mais je vais déprimer sec.
si elle ne peut m'accorder l'accès à son blog(quelle qu'en soit la raison),j'en serai très désolé, mais qu'elle sache que je lui suis reconnaissant des bons moments passés à lire ses aventures...
so long...
                                                                                                  
dernières nouvelles : ne cherchez pas ; Brasse Bouillon a disparu de la toile ...dommage

Découvrez Sinsemilia!



29 Janvier 2009 , Rédigé par Zigmund


vendredi 23 janvier 2009

la mort du traître blanc




 Âmes sensibles passez votre chemin.
Depuis un an ils n'étaient plus que trois à s'ébattre dans les quatre cent litres d'eau de mon aquarium.
Vous me direz que trois c'est bien  peu pour tant d'eau...mais voilà, dans un aquarium, quand une nageoire tremble, le reste suit et les catastrophes s'enchaînent. Donc restaient trois spécimens ...
Victor, le nettoyeur, très laid comme tous les nettoyeurs ;  ces derniers temps, son boulot laissait tellement à désirer que j'imaginais qu'il était peut être mourant sous un morceau de bois,et qu'il fallait que je le remplace.Récemment il a daigné se montrer, traînant sur le gravier, apparemment peu concerné par l'opacité chronique des parois de l'aquarium.
Il faut dire que la pompe est tombée en panne, ce qui ajoute des dépôts d'algues pas glop sur le sol,  donc, Victor  fait ce qu'il peut mais  il peut peu...

Il y avait Saruman, le héros,celui qu'on remarque tout de suite. Saruman est un astronotus ocellatus, plus simplement un oscar , de la famille des cichlidés, çà ressemble à un mérou miniature, c'est un poisson "intelligent" qui " reconnaît" les gens, qui les suit autant que lui permettent les limites de l'aquarium.
Et il y a miss Labéo, qui porte en réalité le prénom d'une femme politique. Elle est noire à queue rouge, très élégante ; la particularité du labéo est de stresser les autres poissons en les suivant partout, sans les agresser, juste histoire de les agacer. Mais vue la vacuité de l'aquarium,  les capacités de nuisance de miss labéo sont limitées .


Saruman est arrivé en même temps que les autres il y a quatre ans, il mesurait deux centimètres au garrot, et je lui avais pris une "copine" de même race, noire et or, superbe, qui a disparu au bout de deux jours. Bien sûr il n'y a pas de preuves mais Saruman, malgré ses airs innocents et l'absence d'empreintes digitales, est le suspect numéro un vu qu'il est le plus balaize et qu'il a rapidement décimé guppys et néons en dessert.
Une fois qu'il a fait le vide autour de lui, il a mené sa petite vie de poisson, surveillant mes consultations, atteignant progressivement les 10-12 centimètres de long.
Le surnom de traître blanc lui allait comme un gant, non seulement à cause de sa conduite détestable envers ses petits camarades, mais aussi parce qu'espérant une jolie couleur, je l'avais commandé "gold" et qu'en fait gold c'est albinos.De plus, il était peut être aveugle,  n'avait pas été gâté côté neurones, lui faisait défaut cette sorte d'intelligence qui fait qu'on s'attache à un cichlidé (Wanda dans "un poisson nommé Wanda " est un scalaire de la famille des cichlidés.) L'an dernier, Saruman est tombé malade, se traînant lamentablement sur le gravier,  quelques cuillerées de sirop pour êtres humains l'ont remis sur pied et j'avoue que j'étais fier de l'avoir sauvé.
Depuis le début de l'année, il a rechuté...j'ai ressorti le sirop miracle, envisagé la perfusion,  la respiration artificielle, voire le choc électrique,  mais cette fois ci, je n'ai rien pu faire.
Samedi matin,  j'ai sorti doucement le  cadavre de Saruman,  et je me suis demandé quoi en faire.
Le jeter à la poubelle a été la première idée, mais je me suis ravisé, imaginant les cris de la secrétaire ou de la femme de ménage. Et puis je me disais que même cette bestiole antipathique méritait mieux que les toilettes ou la benne à ordures.
Donc a germé l'idée d'un enterrement : juste en face du cabinet, il y a un petit jardin, au pied d'un rosier, c'est pas mal...oui mais, c'est jour de marché, je vais immédiatement me faire repérer, creusant sournoisement les bacs municipaux, et j'imagine la honte de devoir expliquer que j'enterre Saruman . Un coup à se retrouver à l'asile...
Zigmund et Elvis, chats qui se partagent le jardin du collectif l'Escale, auraient peut être apprécié  que j'y enterre Saruman, mais un poisson exotique, malade, c'est sûrement pas diététiquement correct pour un chat européen.Pour les mêmes raisons sanitaires,et écologiques on oublie la rivière proche.
Bien ... Saruman mon détestable associé, vient de passer son bac...Je jette souvent un coup d'oeil inquiet et discret au  grand bégonia de la salle d'attente. C'est dans ce bac à fleurs, au pied du bégonia que j'ai enterré  (à l'insu de tous) le beau traître blanc.

-----

Z
23 Janvier 2009 , Rédigé par zigmund

mardi 13 janvier 2009

le boeuf sur le toit




 Depuis quelques années, mes voeux sont envoyés au moment du nouvel an chinois, c'est à dire fin janvier début février.
Plusieurs raisons à çà  :
-début Janvier, je suis régulièrement submergé par un tas de tâches administratives et comptables (j'vous dis pas l'état de la table !...) et que je m'y prenne dès réception des formulaires ou "à la bourre",  il y a régulièrement quelque chose qui bugue,  me bouffe mon  temps, et me met d'une humeur de chien.
-je suis pas top pour les voeux classiques
- effaré par le hiatus de plus en plus fréquent entre les souhaits convenus de "bonne année, bonne santé, bonheur et tout çà" et  les catastrophes qui nous environnent, je me vois incapable de souhaiter bonne année à mes proches avec en arrière pensée, les sans-abris, les sans-papiers, les guerres, la lente destruction du monde  alentour.
 La seule issue que j'ai trouvée est donc ce décalage des voeux dans le temps et de faire dans l'exotisme. 
Une consoeur  envoie depuis quelques années  un cours de chinois annuel à titre de voeux, et m'autorise à l'utiliser comme support à mes voeux ; "souhaitons nous beaucoup de cours de chinois annuels. Si une vie entière est, dit on, insuffisante pour maîtriser la langue chinoise écrite, la lecture du cours annuel de chinois prolonge donc votre vie d'une année, faites  bon usage de cette année qui vous est offerte"  
Avec son accord, je vous envoie donc le cours de chinois de l'année du buffle : 



"Voici venu le temps de notre cours de chinois annuel, puisque prend fin l’année chinoise du rat et que commence bientôt l’année du buffle.
Un mauvais calembour –mais ce sont mes préférés- s’impose d’emblée : année du rat et passage direct à l’année du bluff.
 Souvenez vous, je terminais notre  précédent cours de chinois par « l’une des sources internet consultées pour ce cours, signale que l’année du Rat serait propice à la spéculation, et que ce serait une  bonne année pour les placements boursiers…» et à cette époque les bourses de la planète s’offraient déjà un beau plongeon… que dire aujourd’hui !
L’année du buffle, ou du bœuf, commencera le 26 janvier 2009.
 Passons rapidement sur la symbolique du bœuf ou du buffle  pour les deux : calme, bonté, force paisible.
Le bœuf est plutôt respecté en Asie.  Le plus célèbre est  un buffle qui sert de monture au maître taoïste Laozi (Lao Tseu) pour voyager vers l’Ouest.
Chez nous, il en va différemment : le célèbre « les Français sont des veaux ! » (d’un  président peu reconnaissant envers ses électeurs)  n’avait rien d’un compliment …
Le troupeau des bovidés illustres  est assez  clairsemé.
 Dans la  fable de La Fontaine  « la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf »  la grenouille  vole la vedette au bœuf  mais meurt ridiculement  sur scène.
Nostalgie et émotion : souvenez-vous de  Marguerite, la vache qui accompagne Fernandel dans son voyage « la vache et le prisonnier ».  Quoi ? Vous n’avez pas versé la moindre  larme, et n’avez pas renoncé au steak dans les semaines suivantes ?  vous êtes un monstre sans cœur !
D’autres bœufs  plus généraux sont tapis dans un coin de notre conscience « qui vole un œuf, vole un bœuf » et « mettre la charrue avant les bœufs ».
Il y en a un pratique et grammatical : un œil de bœuf se dirait au pluriel « des oeils de bœuf » 

Il y a aussi «  faire un bœuf, en musique », qui vient du nom du restaurant parisien « le bœuf sur le toit » où des musiciens célèbres se réunissaient. Prenez le temps de découvrir ou d’écouter le Bœuf sur le toit de Darius Milhaud. --------
Mais venons-en aux chinoiseries annuelles d’usage  :

L’idéogramme du bœuf est simple à tracer
D’abord la virgule, puis le trait horizontal du haut, puis celui du bas chouia plus grand, et enfin ,le vertical ( mes tentatives de traçage  sur ordinateur se terminent généralement par un certain agacement et beaucoup de gros mots …)

Il se prononce niú
comme dans l’anglais new (l’accent sur le u de niu vous indique le ton remontant comme si vous posiez une question)

 niú ròu = viande de bœuf (utile pour les sans cœur qui vont au restau chinois à la sortie du cinéma)

 shuǐ niú =buffle( mot à mot : bœuf d’eau)

  shuǐ = eau ( shuǐ se prononce chou’éi  descendre  puis monter le ton)


Avançons encore dans la chinoisitude pour vous souhaiter une bonne année du buffle et… parler argent :  là bas,  il s’agit en effet d’une préoccupation prioritaire. Voici  l’idéogramme de la richesse
   cái
Formé de 2 caractères :
  bèi représente un coquillage(cauris ou cyprée) qui servait de monnaie d’échange  au néolithique .Ce caractère désigne  ce qui est précieux
  cái   qui signifie aptitude , talent
Leur union représente non pas la richesse en tant que puissance, mais plutôt « le pouvoir d’achat »
L’injonction

fā cái !
enrichissez -vous , n’a rien d’indécent pour un chinois, c’est la formule la plus courante  pour les vœux de nouvel an et il est normal d’offrir à ses enfants adultes une enveloppe rouge, marquée de ces caractères et contenant de l’argent.
Au moment de formuler mes vœux pour cette année du buffle, je balance entre vous souhaiter santé, bonheur et tutti quanti… comme il est d’usage en Occident, et vous souhaiter l’enrichissement à la chinoise. Tous, nous venons d’offrir à Picsou,  monsieur Sylvestre et consorts, une  monstrueuse enveloppe rouge  et nous n’avons  pas entendu le moindre « merci !» Si la situation n’était pas si inquiétante  pour les économies ou l’emploi de certains, je m’autoriserais bien une amorce de sourire. Consolons nous mutuellement en nous disant que  nous voilà riches de  ces quelques caractères que je vous offre sans euros dans l’enveloppe rouge. (qui  a murmuré : « zut, j’aurais préféré ! » ?) Enfin, je me permets de conseiller à ceux d’entre vous à qui restent quelques richesses  après le passage du cyclone, de réfléchir sérieusement à leur destination, d’en faire profiter ceux qui en sont démunis, et de savoir en  jouir eux-mêmes avec tact et modération . Carpe diem. "


Bibliographie
-Cyrille Javary : 100 mots pour comprendre les chinois. Albin Michel
  -http://www.chine-nouvelle.com/outils/editeur.html
z

samedi 10 janvier 2009

macache bonne eau



Pas terrible  le calembour , mais il est d'actualité : nous voilà sans eau comme la célèbre boucherie !
Ce matin, je traînaillais joyeusement en faisant durer mon petit dej,  et j'envisageais de braver le froid pour me plonger dans un bain chaud jubilatoire pour, enfin présentable, sortir nourrir mon banquier, c'est à dire lui apporter les chèques et constater l'ampleur des dégâts des fêtes et du froid sur mon compte.
C'est au moment où j'atteignais la salle de bains, que les services techniques de la mairie  ont  sonné pour prévenir qu'une canalisation avait lâché,à cause du froid de ces derniers jours, justement celle qui dessert ma maison et  le garage voisin...Nous avons déplacé les véhicules des habitants de la maison, car la canalisation fautive était justement enterrée dessous, j'en ai profité pour aller, sale et hirsute rendre visite au banquier, et armé de jerricans, prendre de l'eau  un peu plus loin chez des amis.
Au début nous n'avons pas bien réalisé l'étendue du problème, nous avons cru que ce n'était qu'un mauvais petit moment à passer. Déjà, devant la maison, un engin défonçait la route, les vibrations faisaient trembler la maison toute entière. Un peu plus tard un représentant de la  mairie, désolé, est venu nous annoncer qu'il allait falloir faire sans eau pendant 48 h  car la réparation n'était pas évidente.
Bon ben voilà ! On fait le tour des nuisances : la vaisselle sale dans l'évier et le lave-vaisselle, le tas de linge sale dans la salle de bains, les légumes à nettoyer, les habitants mâles pas rasés, les WC à utiliser avec économie. J'ai un jour entendu dire qu'il y a des endroits sur cette planète (en Afrique, je crois) où avec quinze litres d'eau, on fait vivre une famille de 4 personnes pendant une journée...      
 Donc, pas question de se plaindre, nous avons même dans cette situation plein de privilèges, même si la vaisselle va prendre plus de temps,même s'il va falloir aller à la laverie pour gérer le linge sale, même s'il faut demander asile  aux amis pour la toilette ...Nous avons la chance d'avoir ces solutions que d'autres n'ont pas...
Et aussi puisqu'il n'y a pas d'eau , c'est  avec un champagne que nous allons remercier les amis fournisseurs d'eau, puis nous déboucherons un saumur -champigny pour accompagner la poule au pot qui mijote genti
ment et embaume dans toute la maison...

--

z
10 Janvier 2009 , Rédigé par Zigmund

mercredi 7 janvier 2009

final en tag majeur


C'est la dernière partie du tag berthoisien : la musique
Petit, j'ai demandé une harpe, çà n'a pas branché mes parents qui ont acheté un piano. A peine le piano fut il accordé et prêt à accueillir mes gammes, que nous dûmes quitter définitivement et précipitamment piano et pays. 

mardi 6 janvier 2009

o ciné ...(in excelsis deo)




"chers  Monsieur et Madame URSSAF, chère DADS, chers  Vauban humanis,Assez d'hics et autres joyeux casse-pieds, 
Il va vous falloir être patients ;  tous les ans, à la même époque, il me faut remplir vos formulaires pendant de longues heures, tout çà pour avoir osé employer une  unique secrétaire...mais voilà, je fus traitreusement touché par un tag et me voilà devant un dilemme cornélien : répondre  rapidement au tag ou remplir les cases de vos formulaires chéris. Sur simple demande de votre part je vous adresserai  un double du tag de Berthoise afin de justifier pleinement mon choix de délaisser mes déclarations..."
Donc le cinéma...
Le cinéma, c'est pour moi la même maladie que les livres mais dans une forme atténuée .
Pendant mes études, tout mon bugdet loisirs passait dans le cinéma, je dévorais tout, 
-les films dits d'art et essai, genre film tchèque sous titré polonais
-les films "engagés"
-les films d'horreur ou fantastiques(finalement assez "light") Je passais des nuits entières aux côtés de Dracula ou de Franckenstein 
J''ai découvert et adoré Fellini sauf Casanova, j'ai aimé Woody Allen,mais j'ai eu du mal à lui pardonner Annie Hall ; (dans la grande salle parisienne où passait ce navet il y avait peu de spectateurs ; un couple que le film n'entousiasmait pas plus que moi a trouvé une occupation, bien plus drole quoique classée X...) 
Ma rencontre avec Bergman se fit par l'intermédiaire de "cris et chuchottements" vu dès sa sortie dans une salle comble. A la sortie, j'étais pratiquement  le seul à n'avoir rien compris et à avoir détesté...Il a fallu "la flute enchantée" et "le septième sceau" pour me réconcilier avec lui.
Et voilà, tout plein de films qui m'ont marqué  se bousculent là, devant moi, exigeant chacun d'être cités avec les souvenirs qui s'y rapportent. 
Alien que j' n'ai pas trop aimé la première fois, d'autant plus que je croyais aller voir un joli film de science fiction, style 2001 odyssée de l'espace, ou silent running (que je suis seul à avoir aimé).
pèle mèle, les grands très connus : "Diva"," la guerre des étoiles", "little big man", "danse avec les loups", d'autres moins connus : "tu marcheras sur l'eau", "vas vis et deviens", "bagdad café", "escalier C", "les grands ducs", "les longs manteaux"....
Stoppons là l'énumération, il vaudrait mieux parler  des très rares films que j'ai détestés.
Depuis que je vis à la campagne, je suis en manque de cinéma.
 Dans ma petite ville, il y a un unique cinéma, style "la dernière scéance", avec un balcon, et un rideau rouge devant l'écran. Nous avons droit à 2 films récents par semaine à un prix sympa. En contrepartie, les incidents techiques ne sont pas rares :   j'étais quasi seul spectateur pour Hero, ce fut pour moi un supplice, car du début à la fin c'était flou, très flou, impossible à régler.
Et surtout, lors de la denière projection du Seigneur des Anneaux  (n°3) , la salle pleine à craquer, retenait son souffle pendant la bataille de Minas Tirith...c'est là que le film s'est auto détruit en direct (il est sorti de la bobine, pour s'étaler lamentablement aux pieds du projectionniste). Tous les spectateurs ont été remboursés  et ont du attendre la sortie DVD ou foncer le voir  à quarante bornes d'ici...Ailleurs il y aurait eu une émeute...
Chers monsieur et madame URSSAF et consorts, d'accord, je vais bientot revenir à mes déclarations, mais à côté d'un bon ou même d'un mauvais film vous ne faites vraiment pas le poids !

6 Janvier 2009 , Rédigé par Zigmund

dimanche 4 janvier 2009

livres


4 Janvier 2009 , Rédigé par ZigmundPublié dans #bonheurs divers
Résumé des chapitres précédents : traîtreusement  taggué par B...notre héros se voit contraint d'avouer son inculture livresque.



Il est temps de vous avouer ma perversion principale : les livres.
C'est une véritable maladie,  chez moi, l'écrit est quasiment toujours sacré.
Nous gagnerions du temps si je vous disais quels écrits j'accepterais de déposer au container : peut être quelques magazines anciens de salle d'attente,  quelques revues médicales(et là, déjà, c'est difficile), quelques exemplaires du canard local, la prose d'un ministre adressée jadis à ses fonctionnaires(l'un des habitants de ma maison est fonctionnaire) et reléguée à sa juste place ...les toilettes en attendant la cheminée un jour de colère ...
Tout le reste,lu ou non, s'entasse sur les rayonnages ou par terre, près de mon lit, . Lus et aimés,les livres sont  "rangés" dans l'espoir d'une relecture, non lus, ils restent  près de moi  mais je sais déjà que le reste de mon existence sera insuffisant pour lire tout çà, faudra m'enterrer avec...
La maison, qui est grande, est une bibliothèque ; j'ai jadis tenté de lire dans mon bain, c'est pas terrible(la douche je n'ai pas essayé !) donc  les salles de bains sont les seules pièces où  il n'y a pas de livres.
Un deux ou trois livres, m'accompagnent dans pratiquement tous mes déplacements, pour le cas où je serais coincé dans un ascenseur ou pris en otage ou exilé sur une île déserte.
Mon mal est si avancé, qu'en voyage, même dans les pays étrangers dont je parle pas la langue, je passe des heures entières dans les librairies, à feuilleter des ouvrages à jamais mystérieux.(tête des vendeuses qui découvrent que je parle pas un mot de la langue en question ! )
Ma ville  n'a qu'une petite librairie et une "maison de la presse" où je vais rarement, car je sais que j'ai peu de chances d'y trouver mon bonheur(et qu'il m'est difficile de sortir sans rien acheter).
Mes choix sont variés, j'aime les livres policiers, les romans actuels, les bandes dessinées...la  quatrième de couverture m'aide à faire mon choix.
Je n'ai pratiquement jamais été séduit par les prix littéraires, j'aime découvrir les auteurs peu connus et s'ils m'ont plu une fois, je leur suis fidèle.
 Peu de livres sérieux : les bouquins de mathématiques, de chinois, de taichichuan, et pour une hypothétique réincarnation le très beau livre de Champollion : "principes généraux de l'écriture égyptienne".
D'innombrables livres et romans assez faciles à lire,mais de grande qualité( selon moi) :  pèle mèle : Martin Winckler, Barbara Constantine, Jean Bernard Pouy, Daniel Pennac, Tonnino Bennaquista, Thierry Jonquet et bien sûr les livres écrits par mon frère.


J'arrête là cette énumération car je sais que dès que j'aurai "publié" cet article, je m'en voudrai à mort de  tous ceux que j'aime et que je n'ai pas nommés.
Quelques mots du seul manga que j'ai lu et adoré : Hikaru no go qui raconte l'histoire d'un gamin qui devient champion de Go. Mon intérêt pour le jeu de Go n'est bien sûr pas étranger à ce choix...
Quelques best  sellers : Harry Potter (ricanez si vous voulez, moi j'aime), Millenium.
Quelques livres "jeunesse" dont l'excellent "les désastreuses aventures des ophelins Baudelaire", de nombreuses bandes dessinées...
Bon ben je crois qu'on a fait le tour.(vous venez d'échapper à une vingtaine de pages sur le sujet)
Une petite photo de la bibliothèque à peine mieux rangée que la table, et je vais me coucher...avec un livre.
z

vendredi 2 janvier 2009

gastronomie


2 Janvier 2009 , Rédigé par Zigmund


Publié dans #bonheurs divers
Bonjour à vous Berthoise qui me taggates il y a peu, me demandant de reconnaître publiquement, entre autres, mon inculture en matière de gastronomie.
Vous n'avez pas de coeur, me faire parler de nourriture après deux réveillons familiaux, où malgré un certain désir de sobriété et de retenue, nous fîmes quand même bombance !  Ne préférez vous point que  je vous narre   l'épidémie de gastro qui sévit céans ? ...---


Adolescent, je n'étais pas gourmand, j'affichais un fier mépris pour la cuisine, j'ignorais même comment faire cuire des patates .
Je me souviens du regard effaré de la voisine à qui j'étais aller demander :" comment faire ? ma mère m'a demandé de faire cuire les pommes de terre en son absence , mais elle n'a pas précisé s'il fallait les mettre dans de l'huile du lait ou de l'eau ! "
C'est avec l'âge que vient l'intérêt pour les bonnes choses, puis  l'envie de savoir les préparer  et de les partager avec ses proches.
C'est avec l'âge, et l'arrêt du tabac que les bonnes choses vous font plus de mal au fur et à mesure que vous devenez plus gourmand.
J'ai aimé me lancer dans des recettes improbables ; comme je ne suis pas très imaginatif, j'ai surtout testé celles des autres. Malheureusement mon entourage n'apprécie pas toujours à sa juste valeur mes tentatives culinaires, et c'est presque plus triste de se trouver seul à tester son oeuvre que de rater ... Et puis çà n'arrange pas les poignées d'amour....A  ce propos mes bouquins de cuisine préférés sont des livres de cuisine "aphrodisiaque" : recettes immorales de Montalban, la cuisine amoureuse et magique de Robert Villon....

Mais comme je vous le disais aujourd'hui c'est un jour de semi diète pour tenter d'effacer les effets des agapes des jours précédents ; au menu de ce soir, soupe d'orties du jardin (au lieu d'aider, j'ai pris les photos). Recette simple  : oignons dans le beurre,    grosse poignée d'orties , puis eau ou bouillon , sel  poivre,qq carottes et pommes de terre.  
çà sent bon dans toute la maison !







                                                                                                          J'aime les épices, les découvertes, les plats exotiques .
 Je suis assez mauvais en oenologie, J'avoue avoir  du mal à me prendre la tête sur un vin alors que je peux discuter cuisine longuement ...   
Si le sujet vous intéresse, nous y reviendrons peut être un de ces jours...
That's all folks ! 
z

jeudi 1 janvier 2009

2009




je ne suis pas au top pour les voeux originaux
j'aurais voulu vous mettre les fabulous troubadours (bonnanné)mais çà n'est pas passé, ou Frédérick Mey (là non plus çà ne passe pas et puis "c'était une bonne année je crois" ce n'est pas vraiment  adapté si vous voyez ce que je veux dire....
bon John Lennon c'est bon çà passe et je suis fan
bonne année à tous