mardi 28 juillet 2009

shanghaï vrac suite et fin


28 Juillet 2009 , Rédigé par ZigmundPublié dans #voyage
Heureux qui comme Ulysse etc...
nous voilà de retour, fatigués mais contents, cherchant en vain des inscriptions en chinois à déchiffrer, étonnés de la douceur de l'air...
une partie de moi est encore là bas. je sais que je ne retournerai pas dans cette mégapole, dont le seul intérêt était son éclipse.


Comme il n'y avait rien à voir pour cause de nuages et de pluie, je ris un peu jaune, mais je ne regrette rien . C'est là que je voulais être et c'est là que j'étais.
Pour ceux que la ville interesse , jettez un coup d'oeil à
 l'album .
Après dix ans de non pratique pour causes variées, mon chinois était devenu un" petit nègre" assez ridicule, mais utile.
Dans le métro, je m'amusais à consulter mon dictionnaire pour comprendre la signification du nom des stations.
Souvent, nous étions les seuls étrangers.
Nous nous sommes perdus, après de longues marches au soleil, Jako scrutant son plan en pinyin, et moi  essayant de me repérer sur le plan en chinois.

Nous avons fui le Bund en travaux, évité rapidement la célèbre nanjing road où, à chaque pas, on vous propose avec insistance des rolex(et nous avons préféré "rater notre vie" et passer notre chemin  en disant "bu yao"= je veux pas).

Nous avons visité un bout du vieux quartier chinois, très joli , le paisible jardin Yu , entrevu le quartier pietonnier  proche de l'ancienne concession française, avec des magasins de luxe, des terrasses de cafés chics pleines d'etrangers touristes ou "expats".
Nous avons ri de n'avoir jamais vu la mer (le haï    海de shanghai 上海signifie" mer" ) elle était sans doute bien plus loin que nous l'imaginions.

Le Huang He 黃河 (fleuve jaune) était bien camouflé derrière les travaux du Bund,  une petite croisière d'une heure(il en existe une de trois heures bien plus belle mais introuvable) nous a permis de mieux apprécier la ville.
Ballades dans les vieux quartiers, bien sûr insalubres mais tellement chaleureux, quelques irréductibles y vivent encore malgré les gravats et les bulldozers au ras de leur porte.

Visites du musée d'urbanisme de la ville, où  on prend conscience de la démesure, de cette folie de verticalité, devant cette maquette de 40 m de long. Et vers la fin de la visite, une salle dédiée  aux constructions pour l'expo universelle de 2010 : une mention spéciale, chauvinisme mis à part, pour le pavillon français qui ressemblera à un labyrinthe végétal vertical, le pavillon chinois est très beau également, ainsi que le pavillon suisse, le pavillon anglais est déconcertant mais a belle allure la nuit, et les murs du  pavillon espagnol semblent  faits d'osier.
Derniers achats, dernières promenades dans les parcs, peu d'échanges avec les gens, sauf le petit restaurant où nous avons pris nos habitudes.
Et puis, de l'avion rempli de français, dernier regard à Shanghaï où je ne reviendrai probablement pas (le prochain voyage, s'il a lieu, se fera soit dans le Yunnan, soit vers l'Ouest du pays) et un  regard déjà nostalgique à cette Chine immense, si dure à vivre mais si attachante .

z

magasins

 Ecrit pour le défi du samedi


Bon vendeur
Dans ce grand, très grand magasin, on trouve tout absolument tout…Le patron vient d’embaucher un vendeur hors pair, exceptionnel d’après l’agence… Mais comme le salaire du vendeur est très élevé, le patron décide d’espionner le vendeur.
Justement, il est là, discutant avec un client potentiel au rayon articles de pêche :
Cher Monsieur, je dois vous dire que cette canne à pêche que vous avez choisie c’est pratiquement le top, mais pour quelques euros de plus  celle-ci vous donnera bien plus de satisfactions, et grâce à son moulinet dernier cri, vous allez faire des ravages…bien sûr, il ne faut pas oublier le banc spécial, le parasol, le panier, les hameçons, les cuillères, les appâts. Bon c’est d’accord, je vous fais préparer tout çà…
Si je puis me permettre, avec un tel matériel, le mieux est de s’essayer à la pêche en bateau, rivière ou mer, justement, nous avons des bateaux en promotion, suivez moi… au fait maintenant que vous avez un bateau, il est indispensable d’avoir une remorque, et une voiture bien sûr-vous avez une voiture- bien, donc je vais vous aider à choisir une remorque…
Quelques instants plus tard le client toujours suivi du vendeur passe à la caisse paye tous ses achats par carte bleue (il a tout acheté sauf la voiture qu’il avait déjà) et s’en va  visiblement satisfait de ses achats…
Le patron, « aux anges », s’approche du vendeur :

-« eh bien dites donc on m’avait dit que vous étiez un super vendeur, mais là je suis scié, vous êtes carrément génial ! … »
-« et encore », répond le vendeur,  « vous avez raté le début  ;  en fait  ce type voulait juste  une boite de tampons périodiques, alors, je lui ai dit : pas baiser un weekend end pareil, mieux vaut aller à la pêche ! »
HOUPETTE
Parfumerie

Dans une  parfumerie, pour mieux attirer la clientèle féminine, on a décidé d’embaucher un vendeur.
Et voici qu’une superbe créature noire entre dans le magasin et demande au vendeur :
-est ce que vous avez de la poud’e de ‘iz ?
Le vendeur  fait patienter la cliente et demande de l’aide à sa patronne. Celle-ci jette un œil dans la boutique à travers le miroir sans tain et dit au vendeur : enfin mon ami, vous voyez bien que cette femme est africaine et comme beaucoup d’africains elle ne prononce pas les « r » donc c’est simple ce qu’elle veut c’est de la poudre de riz, retournez la servir et plus vite que çà !
La jolie cliente choisit sa poudre de riz et demande : « maintenant pou’ai-je voi’ vos houpettes ? »
Le vendeur s’est fait virer…

lundi 27 juillet 2009

intermède (Chine)


27 Juillet 2009 , Rédigé par ZigmundPublié dans #bonheurs divers






Un adorable petit Clément est né  dans la famille proche.
Premier petit fils.
 Nous venons de changer de niveau de génération.
Comme nous lui rendons visite tous les jours,je n'ai pas terminé le dernier article sur Shanghai
 En attendant allez jeter un coup d'oeil à l'album (également en construction)si vous n'avez pas un trop plein de Chine.
Je prendrai bientôt le temps de répondre à vos comm, (merci à tous) probablement ce soir au retour de la maternité.

  z

jeudi 23 juillet 2009

Etonnant hasard


23 Juillet 2009 , Rédigé par Zigmund

 
Devant le musée de Shanghaï, sous une chaleur accablante, et un soleil violent (c’était bien sûr avant l’éclipse) nous faisons la queue noyés dans une masse de Chinois.
Un  jeune Chinois derrière nous amorce la conversation, me parle d’une de ses amies françaises, me dit qu’il trouve que la France est un pays « very romantic »…je lui demande s’il est d’ici. Il me répond qu’il est de Wuhu. Çà c’est fou ! c’est là que je voulais aller pour l’éclipse pour éviter la pollution de la grande ville (Wuhu c’est une taille raisonnable pour une ville chinoise deux à trois millions d’habitants). Malheureusement la maison de la Chine ne pouvait gérer le voyage là bas…
La copine française du jeune homme s’appelle Elise X… or je ne connais qu’une Elise  X à Wuhu, avec qui j’ai correspondu via son blog, puis par qq mails. A tout hasard, je balance le nom d’Elise… et c’est bien la même Elise.
Il a alors absolument voulu lui téléphoner de ma part, il a fini par la réveiller et je lui ai parlé. Je me suis d’abord excusé que l’insistance un peu sans gène du garçon l’ait tirée du lit*…Mais je ne suis pas encore remis de cette coïncidence, trouver comme çà mon seul contact potentiel dans la région !      
Cette photo de la maquette géante de Shanghaï (40 m de long)montre la démesure de la ville.Ici marcher entre deux stations de métro équivaut à faire 3 ou 4 km.
Nos pieds posent d'ailleurs problème, et de nombreuses haltes sont nécessaires, mais nous ralentissent...  
*pour la tranquillité d'Elise, je ne mets pas, pour l'instant, de lien avec son blog(elle me fera savoir si elle m'autorise ou non le lien.
z

mercredi 22 juillet 2009

Eclipse...


22 Juillet 2009 , Rédigé par ZigmundPublié dans #voyage

Eclipse 



Nous nous sommes levés de bonne heure…premier jour de ciel totalement gris. Je me suis préparé à cette déception.
En 1999, à Folembray, quelques minutes avant l’éclipse, Johnny avait commencé à ranger son télescope, estimant que les nuages étaient trop nombreux, et c’est là qu’il y a eu juste au dessus de nous une trouée dans les nuages, juste au moment de l’eclipse. C'est ce genre de miracle que j'espère ...
Dans le jardin Lüxun, à l’endroit que j’ai repéré, ils sont déjà là, Chinois et étrangers, mélés dans cette étrange communion. Quelques optimistes ont posé un appareil photo braqué vers le ciel, ou un télescope.
Tout est prêt spectateurs, appareils photo, télescopes,(nous savons déjà que les lunettes éclipse seront inutiles car  il  manque juste le soleil, complètement caché derrière les nuages très denses.
 Tous nous savons que c’est foutu, mais nous scrutons le ciel ...qui nous envoie la pluie. Nous nous serrons sous les abris, sous les arbres La diminution de la luminosité est impressionnante, puis la tombée de la nuit. Nous nous photographions mutuellement. La télé chinoise diffuse des images : au Japon et peut être à Chengdu qq veinards ont pu voir, mais surtout on nous montre ceux qui ont pris l’avion au dessus des nuages pour mieux voir.

http://actualite.aol.fr/une-eclipse-solaire-totale-a-plonge/article/20090722002407110761384

z


suite à une mauvaise manip vos comm ont été effacés et restent publiés ici


·         Au hasard, trouvé ces 4 photos :
http://picasaweb.google.com/joekuo/SolarEclipse2009#
Dame de nage
merci ces photos sont superbes
zigmund
J'ai vu la vidéo depuis le Huffington Post tout en me disant que tant pis pour les autres lecteurs, moi, je connaissais un correspondant en direct ! ;-)

http://www.huffingtonpost.com/2009/07/21/solar-eclipse-videos_n_242460.html
Commentaire n° 1 posté par joye le 22/07/2009 à 14h59
je n'ai pas réussi à voir la vidéo
mais vu les photos
 connection internet bizarre ici
explique moi pourquoi j'arrive sans problème à aller sur l'admin de mon blog mais impossible de voir mon blog ou un autre d'overblog
les autres (berthoise et papistache) çà marche....
Réponse de Zigmund le 23/07/2009 à 14h44

Oh Diantre ! Quel dommage !
La dernière éclipse visible en France ne l'était que partiellement en Bretagne. Par contre totalement chez ma mère … Mes fils lui en ont voulu de ne pas avoir été invités.
Commentaire n° 2 posté par La Dame de Nage le 29/07/2009 à 20h44
c'est vrai que je n'avais pas pensé à çà; lors de mes 2 précédents voyages en chine mm époque un seul jour de pluie ; je craignais surtout la pollution. l'eclipse de 1999 je l'ai vue au nord de Soissons avec un gros coup de chance et elle était superbe "belle à en pleurer"
 les prochaines possibles :   en polynésie en 2010 mais n'irai pas puis chili puis groenland puis etats unis ... mais celle de shanghai était la plus longue du siècle
Réponse de Zigmund le 29/07/2009 à 22h12

lundi 20 juillet 2009

Shanghaï au delà de google map


20 Juillet 2009 , Rédigé par ZigmundPublié dans #voyage

Ballade dans le jardin 


  C'est le parc Luxün situé en face de l'hôtel. Cà fait partie des choses qui réconcilient avec la Chine. Ne cherchez pas il n'y a pas l'équivalent en occident. Bien sûr, il y a de la verdure, l'oeil est attiré par les lotus, et les plantes inconnues. Puis, comme souvent,  je m'amuse avec les sculptures, mais vous ne verrez pas ces photos où je me mêle à la conversation de ces deux héros dont je n'ai pas trouvé le nom.

Les jardins et parcs sont l’un des charmes de la Chine. Il y règne une ambiance détendue et bon enfant. S’y mélangent divers personnages, petits empereurs qui mangent des friandises sous le regard fier de leurs parents, retraités qui font leur tai chi ou du qi gong, musiciens sans prétention, adeptes du karaoke(nombreux),  danseurs(danses de salon) et autres retraités qui entonnent en groupe des chants patriotiques ou des chansons populaires. Cette visite au parc nous a aussi réconciliés avec notre quartier qui nous semblait sans chaleur au premier abord.
 Parlons en de la chaleur : il fait 38°, il y a de l’ombre mais elle est chaude, nous souffrons en silence, nous savions à quoi nous attendre et nous avons la chance d’un repli vers notre hôtel climatisé en fin de journée…
Nous avons commencé les repérages pour l’éclipse : depuis que j’étudie la question j’ai laissé tomber plusieurs pistes
-nous éloigner de Shanghaï pour une hypothétique et jolie campagne est difficile à réaliser,(il y a peu de nuages le matin, le problème de la pollution est moins grave que ce que je craignais)
-le haut d’un immeuble, non, parce que toute la ville risque de vouloir faire la même chose…

alors j’ai eu l’idée d’aller voir la mer:
-Jako, qui, grâce à ses  jeunes yeux, gère le plan du métro comme un chef, repère une station terminus qui semble proche de la mer. Nous voilà donc, seuls européens dans ce métro aérien, qui traverse des banlieues tristes, des terrains vagues, des entrepôts, des champs de containers. Au terminus on devine la présence de la mer, disons d’un port aux grues  dans le lointain. C’est là le bout du monde ? 
 Pas tout à fait, il y a quelques taxis et moto taxis qui proposent leurs services d’un « hello ! hello ! »
Nous préférons marcher…courageusement (je vous rappelle qu’on crève de chaud). Entre 500 m et 1 km de ballade dans ce coin désolé extrêmement pauvre nous pouvons conclure :

-que la mer est loin, si elle existe vraiment
 (mes délires de plage style "vamos a la playa tombent à l'eau)
-que c’est bien ici qu’il faut venir si nous voulons être sûrs de rater l’éclipse : une haute cheminée qui crache une fumée grisâtre achève de nous convaincre. La pollution est ici maximum. (pas un coin de ciel bleu)
D’accord nous rentrons. Au retour, nous avons regardé l’endroit sur google-map (nous avions cru voir un genre de parc) mais rien de tout çà n’est répertorié… Il y a comme un trou noir sur gg map…
-Nous envisageons le Bund, bien sûr… mais sur un forum, un internaute charitable déconseille ce plan pourri, le Bund est en travaux, ne ressemble plus à rien…tenter de s'y promener est une erreur, autant aller visiter un chantier de construction.
-L’idée du parc devant notre hôtel est finalement retenue, il y a un espace dégagé, une belle pelouse loin des arbres, le soleil sera visible. Je m’enquiers auprès d’un couple : a-t-on le droit d’aller sur cette pelouse (je ne déchiffre pas les écriteaux plantés sur cette pelouse) et j’explique pourquoi.
Bien sûr, on peut aller sur la pelouse* mais la météo prévoit pluie et nuages après demain jour J. Il ajoute (en anglais) qu’il pense que les gens vont être très déçus… Cà fait 10 ans que j’en rêve de cette éclipse et je me ferais avoir par un caprice de météo… Bon j’espère qu’ils se trompent, mais je me prépare à cette déception possible.
La fièvre monte à Shanghaï autour de l’évènement, on voit des gens avec des tee shirts sur l’éclipse, et, à la sortie du métro, on vend des lunettes éclipse roses pour les filles et bleues pour les garçons…




*utile dans ce pays de savoir demander  :ke yi (on peut? ) bu ke yi (ou on ne peut pas) et on divise le monde entre chose ke yi et choses bu ke yi
également utile "you mei you"(prononcer yehou) = il y en a ou il n'y en a pas ; ici le monde se divise en choses "you" (il y en a ) et choses "mei you" (il n'y en a pas , ou il y en a mais pas pour toi
z

samedi 18 juillet 2009

Shanghai et loi de Murphy

Shanghaï et loi de Murphy

18 Juillet 2009 , Rédigé par Zigmund
Les aventures ont commencé en France.
Dans le train dernières vérifications : m ... Jako a emporté par erreur la carte bleue de son amie ! (en plus de la sienne)
Tout va bien, à l'arrivée à Roissy, nous trouverons une poste et enverrons la carte bleue. Mais 100km plus tard, notre train est immobilisé pour longtemps par un « incident sur la voie » On nous tasse dans un TGV déjà plein direction Paris. Comme il n’y a plus de place  nous sommes tous debout dans le couloir, pas question de remuer.
Une hôtesse débordée, nous promet en vrac le remboursement facile de la part Paris Roissy(ce qui s’est révélé faux « faut écrire ») du billet et la présence de navettes pour l’aéroport tous les quart d’heure juste devant la gare.
Nous prenons un peu de temps pour chercher une enveloppe et un timbre pour que la carte bleue voyageuse retourne au plus vite à sa propriétaire.  Une chose réglée.
Allons voir la navette : une bonne cinquantaine de personnes attend déjà avec armes et bagages. Tout le monde est chargé stressé … quand enfin le car arrive au bout  de trois quart d’heure, c’et la ruée, le chauffeur est de mauvais poil, les soutes sont vite pleines puisque tout le monde est chargé. Nous sommes les deux derniers à avoir le privilège de monter dans cette navette, j’ai eu la dernière place assise et Jako a eu le droit à une marche près de la porte arrière. (c’est çà les « marges arrière » ?)
A partir de Roissy tout se passe correctement et nous embarquons dans un avion chinois.
J’ai juste eu chaud et soif pendant  tout le voyage. Bien sûr on nous a servi à boire mais j’aurai eu besoin d’une bouteille quand on ne servait qu’un verre. J’avais tellement soif que j’envisageais de m’offrir une bouteille de whisky en duty free…(bien sûr, j’ai résisté, pour qui me prenez vous ?)
 Ce n’est que vers la fin du  vol que j’ai découvert où on pouvait se servir en eau tout seul.Vexation supplémentaire : fier d’avoir appris et répété le mot « jus de fruit » guo zhi ,j’en ai demandé à l’hôtesse qui m’a servi …une eau minérale (« shui »). Où est ce que j’ai buggué dans ma prononciation ? Enfin, comme je ne suis pas chinois j’ai décidé de survivre à cette « perte de la face » et de ne commander que des boissons aux consonances américaines bien connues…
A l’arrivée à Shanghaï, nous passons un contrôle sanitaire assez poussé, des caméras infra rouge détectent les fiévreux et des médecins masqués isolent ceux qui se font remarquer par un point rouge, pour un interrogatoire plus poussé et vérification du questionnaire de santé. C’est assez impressionnant, de voir tous ces jeunes médecins, qui nous scrutent un par un à la recherche de virus grippaux étrangers. J’aurais bien pris une photo mais je crois qu’ils auraient manqué d’humour.
Enfin sortis, nous mettons un peu de temps à changer quelques sous et à trouver le Meglev ce fameux train hyper rapide(300km/h) qui relie l’aéroport à Pudong en qq min. Là, un taxi nous emmène à notre hôtel ce qui me permet de réaliser que j’ai sous estimé les distances sur le plan. 




Hirsutes, pas bien frais, et assoiffés, nous avons découvert notre  hôtel au luxe tapageur qui plaît tant ici, puis  notre chambre propre et confortable, avec vue sur les tours de Pudong (dont celle du centre financier que j’ai baptisé « le sac à main de Dieu »).




C’est au moment où nous rangeons nos affaires tout en prenant un thé réparateur, que Jako constate qu’il a perdu sa sacoche  où il rangeait sa carte bleue et quelques sous, probablement  en sortant son stylo pour remplir les formulaires.
Nous avons passé les heures suivantes à faire opposition à la carte bleue, ce qui n’est pas simple quand il est 3 heures du matin en France, et nous y avons réussi grâce à Internet. J’ai passé aussi un bout de temps à calmer le Jako désespéré.
Ce n’est qu’après çà que nous avons pu nous reposer avant d’aller repérer le quartier.
Mais ceci est une autre histoire, que je vous raconterai bientôt car « loi de Murphy » oblige, j’ai réécrit cet article quatre fois et à chaque fois j’ai été lâchement déconnecté, (bien sûr quand tout était presque fini)…
Chez vous il est 19 h , chez nous 1h , et je me lèverai  tôt pour un tai chi réparateur.         
     P.S pour l’instant je ne peux prendre plus de temps pour répondre à vos commentaires, ne vous vexez pas, ils m’ont fait plaisir 
...y compris les 2 caractères difficiles à traduire de madame de K…後面!
z

vendredi 17 juillet 2009

shanghaï (dans l'avion)


17 Juillet 2009 , Rédigé par ZigmundPublié dans #voyage
Cet article paraitra pendant que je serai dans l'avion.
La table est à peu près rangée- photo sans trucage - avant c'était pire !




les bagages ont été faits défaits refaits.
L'hideux sac bleu a ceci de pratique, (outre qu'il contient un bout de ma bibliothèque et mon ordi) de pouvoir jouer le rôle de sac à dos ou de valise à roulettes.


Vous ai je dit que je suis peu rassuré en avion ?
Pas pratique quand on a peu de vacances et qu'on aime la Chine
Pourtant des avions j'en ai pris beaucoup...
Il y a eu l'avion pour les Baléares, avec mes parents pour moi tout seul, puis celui pour Lyon et le Jura pour me soigner, puis l'avion de l'exil survolant Alger la blanche.

Quelques années plus tard, pour des vacances,à l'arrivée dans un aéroport , j'ai eu le sentiment voire la certitude qu'on m'attendait, que là était ma place... mais je suis sagement retourné près de mes parents.
Pendant ces 12 heures qui me séparent de Shanghaï, je passe en revue tous ces souvenirs d'avion, je mâche mes infâmes chewing gums à la nicotine, (pour me calmer, c'est çà ou les anti dépresseurs), et j'origamise des grues.
Lors de mon premier voyage en Chine, en pleine nuit, mon amie Cécile et moi étions allés fumer à l'arrière de l'appareil, histoire de calmer notre angoisse commune de l'avion.Tous les passagers dormaient, nous survolions  l'Asie centrale ou peut être déjà la Mongolie et nous rêvions déjà à un prochain voyage. Un steward nous a conduit dans la cabine de pilotage et nous avons pu discuter avec les pilotes(c'était avant 2001, nous n'avions rien demandé,c'est juste que le steward nous avait trouvés sympas) et même nous assoir à la place du pilote(je retenais mon souffle...)
Plus tard nous avons pris les lignes intérieures chinoises : une fois, dans la salle d'embarquement, la télé diffusait un match de foot. L'équipage y compris les pilotes ont tranquillement attendu la mi temps pour faire partir l'avion...
  
A bientôt...

 

mercredi 15 juillet 2009

on s'éclipse à Shanghaï (1)

------


Le départ est pour après demain...8jours à Shanghaï pour voir une éclipse totale de soleil. Voyage programmé, annulé, puis relancé dernièrement. Mon fils Jako s'est proposé au dernier moment de m'accompagner et bien sûr j'ai accepté..
 J'aurais aimé entrainer dans ce périple des amis mais personne n'a voulu me suivre dans mon délire d'éclipse, ce que je peux comprendre : ceux qui vont en Chine  vont voir la grande muraille, l'armée enterrée, pas une éclipse à Shanghaï ,d'autant plus qu'avec la pollution, on risque de ne rien voir du tout.
Je passe d'ailleurs beaucoup de temps sur les cartes (en chinois) pour choisir l'endroit idéal pour tenter de voir qq chose. 
Les préparatifs sont heureux et fiévreux. Juste avant d'envoyer les passeports pour les visas, mon passeport avait disparu englouti sous  les papiers qui  couvrent la table.
L'humour de l'administratif chinois étant limité, il a fallu retourner la table sens dessus dessous pour retrouver le passeport resté sagement  à sa place dans le tiroir.
La valise est un crève coeur : d'abord il faut  choisir ce qu'on emporte et les livres sont le principal problème. Je regrette déjà chaque livre que je n'emporte pas.
Il y a les indispensables : dico français chinois et chinois français
2 ou 3 bouquins de chinois pour s'en sortir et se donner bonne conscience
les livres -compagnons de voyage indispensables, Perec bien sûr et qq policiers , pour Jako, j'ai emporté Millenium en me disant qu'il risque de s'y plonger et ne pas vouloir en sortir(l'été dernier, seule cette histoire suedoise en 3 pavés avait de l'importance)


   et puis il y les photocopies  des extraits de guides des plans des passeports,des schémas d'origamis, bref c'est vite le foutoir.
Je me suis offert un mini ordi portable. J'emporte  aussi mon éventail de taiji rouge, ma toupie "optique", un mini cerf volant, divers médicaments dont le TT préventif paludisme qui coute une fortune et donne nausées et maux de tête dans 10% des cas...(voilà pourquoi j'avais, jusqu'à présent, soigneusement évité la Chine du sud).J'ai hésité à prendre ma veste de "baroudeur" assez "beauf" mais bien pratique.
3 appareils photos dont un argentique et 2 numériques sans grande valeur
 Donc, dans les bagages, seuls les vêtements seront légers  pour faire face aux 35° et 90% d'humidité.
Enfin, comme chaque fois, que je pars en voyage, je m'attaque au rangement de la table, j'en ai pour un bout de l'après midi.
Donc ne vous vexez pas si je ne réponds pas aux commentaires.

z

dimanche 12 juillet 2009

Dans le métro


11 juillet 2009

Consigne #69 Consigne érotique...

Parce que des textes érotiques, on en veut DEUX fois plus, cette consigne sera d'actualité pendant DEUX semaines.



 Dans le métro

Heure de pointe dans le métro. Banale image de ces gens indifférents les uns aux autres, blasés, fatigués,  serrés…Deux petits détails  anodins nous font  supposer  une époque différente, ou une civilisation étrangère :   les lunettes noires sont l’unique vêtement de chaque passager quel  que soit son âge ou son sexe. On remarquera dans ce tableau d’une banalité affligeante, un voyageur  qui parait très excité par la lecture  d’un magazine visiblement réservé aux   adultes très  avertis(à ne pas mettre entre toutes les mains…ou à lire que d’une seule ) .Il en bave d’excitation que c’en est presque indécent, mais heureusement personne ne fait attention à lui. Peut être voulez vous un extrait du texte qui met ce brave homme au bord de l’apoplexie ? 
OK mais éloignez les enfants…
«  elle s’avança vers lui, qui n’en pouvait plus d’attendre…enfin, quand elle fut tout près, elle retira lentement.... ses... lunettes, laissant découvrir deux magnifiques  y..x, d’un  bleu intense… »


PS  je ne suis pas l’auteur de cette histoire,  souvenir d’ une page  dessinée  dans Pilote il y a bien longtemps, le temps me manque pour la recherche et le scann, si l’un de vous se souvient de cette planche et de son auteur, j'essairai de m'en occuper   à mon retour)
PS j'avais trouvé un titre plus drôle et assez "innocent" pour ce texte mais quand je l'ai tapé sur google j'ai directement abouti sur un site  classé X  et je ne souhaite pas faire évoluer mon rhino dans ces eaux là..(loin des eaux loin du coeur)



vendredi 10 juillet 2009

Quelques clefs en vrac

Samedi défi consigne #68
"Je vous propose de jouer avec le mot :
Clé 
Il s'agit d'écrire un texte dans lequel
la clé aura un grand rôle à jouer.

Toute proposition est acceptée. Large choix d'écritures ou d'illustrations.
        A vos trousseaux !
Envoyez vos participations à samedidefi@hotmail.fr la clé est sur la porte ...




Quelques clés en vrac
Sur les clefs tout fut dit ou quasi.

Joe Krapov  a traité, mieux que je ne l’aurais fait, l’idée  qui me tournait dans la tête, de vous livrer les secrets de mon trousseau de clefs.
Si quelqu’un détient les clefs de l’horloge, je serais heureux d’avoir du rab de temps *pour vous écrire un défi  plus  digne. (mais je dois choisir entre mes préparatifs de voyage en Chine et  une belle réponse au défi).
Quitte à vous livrer un défi bâclé, autant  vous le faire court.
Mes premières clefs sont des lettres, celles de l’alphabet latin puis hébraïque intégrés dans l’enfance. Peut être est la raison de ma fascination pour les  alphabets, la magie des  lettres elles mêmes, quelle que soit leur origine ou la langue dont ils ouvrent les portes.


Je réserve un bout de ma retraite(si j’en ai une, et si mes yeux tiennent) à la découverte de l’écriture égyptienne .
 Plus tard, mes  clefs sont  des mots : un exemple en est la préparation aux concours, qui  fait appel aux sacro saints  « mots clefs »,   jalons donneurs de points ;  pour répondre à la question d’examen, caser n’importe quelle ineptie était envisageable, pourvu que  le correcteur  pressé repère ces  marques d’un savoir artificiel. Telle était  la clé de la réussite au concours pour devenir médecin. ( les QCM d’aujourd’hui sont plus expéditifs)
La langue chinoise écrite repose également sur des clefs ou radicaux ; ceux-ci permettent quand ils sont maitrisés, de décortiquer ou de prononcer  un caractère chinois inconnu.
Avec ce qui précède le rapport est lointain, je n’ai jamais oublié la séquence des clefs du film de Gébé l’An 01 (1973)
où les gens se débarrassent de toutes leurs clefs dans la rue, sur une chanson de François Béranger.
Mais voilà, chers défiants,  il me reste 9 jours pour me replonger dans la langue chinoise… reconnaissez que c’est bien peu…
(*mouvement  pour le développement du rab…)

mercredi 8 juillet 2009

Sortie de crise...Allide


8 Juillet 2009 , 
Nous n'avons même pas honte de ce piteux calembour, ni de l'état pitoyable du petit jardin de la terrasse : là
 poussent quelques plantes vigoureuses persil et aneth en grande quantité (car nécessitent peu de soins et sont  fort appréciés des "eskalators"qui  sont du genre "cossard").


ces plantes attirent des chenilles intéressantes







nous avons subtilisé ce dernier cocon et l''avons déposé dans un bocal pour que sa maturation se fasse à l'abri des prédateurs alléchés
ceci nous a permis de suivre son évolution







Notre patience vient d'être récompensée : Allide, Papillio machaon de son nom officiel (dit aussi grand carottier) a fait son apparition in vitro .
Nous frémîmes en même temps que ses ailes si  fragiles qui  refusaient de s'ouvrir complètement....


Vous ne verrez pas la photo de ce beau papillon ailes déployées, j'ose espérer qu'il a échappé aux chats toujours prêts à prédater...
Notre exploration du jardin à la recherche de papillons nous a permis de rencontrer successivement
la classique Péride du chou




ce papillon orangé que nous rattachons aux Nymphalidae
et cette bestiole "Strangalia maculata" qui a élu domicile dans le massif de chardons bleus.

z

vendredi 3 juillet 2009

Allegro ma non tropo

Ecrit pour le défi du samedi 

02 juillet 2009


la consigne

Défi #67

Chapitre LXVII
***

Où, nus, allongés sur le dos, nos deux héros* discourent de la forme des nuages, de la caresse du soleil sur la peau, des petites bêtes qui peuplent la lande et du plaisir, tandis qu’à l’horizon, l’adversité tisse ses noirs desseins.
Cette semaine, vous nous donnerez votre version du chapitre 67 de ce roman fleuve dont nous ne lirons pas le début faute de l'avoir jamais retrouvé.
Soyez fidèles aux promesses de cette introduction et gardez-vous de conclure l'histoire, il n'est pas impossible qu'on vous demande de poursuivre le texte (selon une règle de constitution des binômes tenue secrète pour l'instant) d'un de vos co_partenaires de défi lors d'une semaine à venir.
* libre à vous de les placer dans le règne animal de votre choix — y compris de fantaisie— et de leur attribuer le sexe qu'il vous plaira de leur voir arborer.
Envoyez votre texte à samedidefi@hotmail.fr et ne retenez pas votre verve : osez !




Nos deux héros, petites notes sur une portée, sont allongées, nues à l'ombre de la clé de sol
Si bémol croche reproche à Mimi bémol blanche de se trainer, mais Mimi rêve d'un beau point d'orgue bien musclé et langoureux.
Alors que Si bémol souhaite des syncopes, des soupirs, et quelques pauses coquines.
Mimi aime à regarder le reste de la portée, les autres notes au loin qui attendent la fin du point d'orgue pour redémarrer. Profite dit Mimi ...
C'est "quand il veut le batteur ! " répond Si bémol
Un câlin, un sourire minaude Mimi bémol.
L'est déjà assez longue cette mesure grogne la croche, si on met une liaison entre toi et moi , çà va lasser, je te le dis...j'aimerais passer à la vitesse supérieure si tu vois ce que je veux dire.
Ce compositeur, je ne sais pas où il veut en venir, à mon avis il va lui falloir un sérieux coup de main pour terminer sa partition
on n'est pas rendu à la double barre finale c'est moi qui te le dis.
"c'est la double barre finaaale, groupons nous z'et demain, musique géniaaale pour tout le genre humain"fredonne Mimi sur un air bien connu.
Et maintenant c'est quoi ce Fa dièze qui vient se pointer à la reprise hein ? l'a pas l'impression de mettre le souk avec deux bémols à la clé non ?
Ben quoi , si je veux passer en sol mineur, faut bien que je le case, mon fa dièze, et puis après tout c'est qui le compositeur ?

Z