mardi 5 avril 2011

Gratuité des études médicales ?


gratuité des études médicales ?

5 Avril 2011 , Rédigé par ZigmundPublié dans #coups de gueule
Dans ce blog comme dans la vraie vie, je suis quelqu'un d'assez zen  je me mets rarement en colère
Nos gouvernants ? ils me consternent plutôt ,et  si par malheur  ils rempilent, j'ai envisagé l'exil vers le pays de mes blogamis Walrus et Adrienne (ou alors  me lancer dans le vaudou ? ).
Non il y a une chose qui me met hors de moi, c'est qu'on rende les médecins responsables des déserts médicaux. Dans un article précédent j'abordais le problème à partir d'un article de atoute. Cet article était une réponse à l'intervention d'un professeur dans le monde. A ce sujet deux consoeurs étaient intervenues sur leur blog
Depuis, j'ai passé un peu de temps à lire ce qui est écrit sur les blogs à ce sujet.
résumons rapidement les bêtises  qu'on lit en commentaire à droite comme à gauche
"Ah ces méchants médecins libéraux qui se dorent la pilule au soleil pendant que les vieux agonisent dans leurs campagnes sous-médicalisées !
Le sujet est récurrent et chaque article sur les déserts médicaux reçoit son lot de commentaires poujadistes :
C’est nous qu’on paye, y’a qu’à les forcer à s’installer dans les campagnes, merde !"
(extrait de Atoute : le beurre l'argent du beurre et la crémière libérale)
je ne reviendrai pas sur le problème des déserts médicaux que j'ai déjà plusieurs fois abordé, mais sur l'assertion scandaleuse et  très répandue que nos études de médecine sont gratuites et  financées par la collectivité.
Colère écrivais-je plus haut , là c'est carrément "bave aux lèvres "  il est où le punching ball ?
Gélule  répond avec calme à ces âneries et ses dessins mettent une goutte d'humour dans son billet sur la gratuité.
 Je ne peux pas inviter mes parents sur mon blog donc je vais vous livrer mon expérience du financement des études de médecine.
J'ai commencé mes études de médecine quelques années après 1968 
A cette époque les amphis étaient encore pleins à 70% de fils de médecins (et de quelques filles).
Si les études de médecine avaient été prises en charge par la collectivité  il faudra qu'on m'explique pourquoi  il y avait si peu de "prolétaires" et pourquoi il y en a si peu encore.
Mes parents n'étaient pas médecins, ils étaient  un peu trop riches pour que je bénéficie d'une bourse.
 Comme le dit Gélule il a fallu financer l'inscription en faculté (même prix qu'ailleurs), une chambre meublée,  et des bouquins  qui valaient cher (allez regarder le prix d'un Rouvière la bible d'alors en anatomie). A partir de la quatrième année  nous allions le matin à l'hôpital comme apprentis ou "vas chercher" et nous étions payés 1/5 ème de SMIG pour 4 h par jour de travail et des gardes.
Pendant les vacances scolaires nous avions la possibilité de travailler comme infirmiers et ce salaire me semblait royal. 
En septième année j'ai passé un an en stage interné dans une petite ville
...enfin je considère avoir été interné dans cette ville. De garde un jour sur deux,(y compris dimanches et fêtes) les autres jours minimum 8h de travail, le tout pour un SMIG.
J'ai supporté pendant un an, la petitesse d'esprit de certains confrères et le mépris d'une partie du personnel soignant qui nous voyait comme de futurs "nantis". La lutte des classes j'étais pile poil au milieu et je n'avais qu'une envie : sortir de cette prison.
Sous couvert d'enseignement, les hopitaux périphériques s'offraient à prix concurrentiel un médecin, certes débutant, quasi à demeure qui pouvait aussi servir d'infirmier, de brancardier ou de manipulateur radio.

Dès ma libération j'ai foncé au CHU  pour proposer mes services en ophtalmologie. Pendant quatre ans, j'ai travaillé gratuitement tous les jours (avec gardes) comme ophtalmologiste au CHU en échange d'un enseignement qui là, m'a été dispensé avec qualité.
Mes parents, puis mon ex épouse ont financé ces douze longues années , je voudrais que quelqu'un vienne m'expliquer à quel moment ma formation de médecin a couté un sou à la sainte collectivité ?


Mais celui là, quelle que soit son étiquette politique, qu'il approche armé jusqu'aux dents.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

c'est à vous de réagir ....