mercredi 16 novembre 2011

faux frères

De temps à autre  je viens vous bassiner ici avec les problèmes des  ophtalmologistes.
Allez Zigmund !  t'as rien d'autre à faire que de venir t'énerver ici ?
Si, j'ai plein de trucs à faire, mais je suis tellement en rage que ça attendra la fin de ce post.

Ca commence par un sondage comme il y en a très souvent, sauf que celui là est remarquablement diffusé et amplifié,dans de nombreux médias avec des titres accrocheurs ou quasi larmoyants.
le journal du dimanche : Médecine : les délais d'attente explosent
"Selon une enquête de l'Ifop, 58% des Français ont renoncé à consulter un spécialiste à cause des délais. Le record : 103 jours pour un rendez-vous chez un ophtalmo".
ou  france soir  
"Soins spécialisés :
58% des français y renoncent
Plus de la moitié des Français renoncent à se faire soigner par des médecins spécialisés selon un sondage Ifop. La raison : les délais trop longs."
 Alors, tout d'abord, posons nous la question : c'est quoi ce raisonnement à la c..., ce renoncement  aux soins  sous prétexte de délai ?
c'est n'importe quoi ! jugez vous mêmes :
" ça fait longtemps que j'ai besoin de faire vérifier ma vue, mais comme c'est trop long pour avoir un RDV, ben, j'la fais pas vérifier et j'irai pas... je demande même pas rendez vous, et partout, je vais clamer que j'arrive pas à avoir un RDV ..."
Modifions les paramètres :" j'ai très envie d'aller voir le super concert de Johnny* , je me pointe comme une andouille le jour du concert : comment ? il n'y a pas de place pour MOI ? "
ou  mieux encore : "je n'ai même pas essayé d'avoir une place pour ce concert  parce qu'il  y avait sûrement  trop de monde au guichet de location !"
Autre exemple :  vous êtes au chômage,l'usine de bisounoursville  vient d'annoncer qu'elle embauche 3 personnes ; quand vous arrivez devant l'usine, une trentaine de personnes a rendez vous comme vous pour un entretien avec le DRH : vous tentez l'entretien  ou vous laissez tomber direct ?
Revenons aux 58% de gens qui renoncent, la larme à l'oeil, à des soins spécialisés pour cause de délais :
Si vous n'essayez même pas c'est :
-que votre cas n'est pas urgent et ne justifie pas de passer devant les autres
 -que, si votre cas vous semble urgent, vous n'avez pas demandé à votre médecin traitant d'intercéder auprès de l'inaccessible  spécialiste  pour vous donner un RDV- vous savez bien : ça s'appelle le "parcours de soins ". non ?
        Nous ophtalmos, faisons tout notre possible pour ne pas refuser d'urgence.
  Proverbe : une urgence est d'autant plus urgente qu'elle est récente :"ça fait dix ans que j'ai pas vu un ophtalmo " n'est pas  une urgence !
       C'était pour des lunettes ?
   Ben,  ça se prévoit : il y a un décret d'avril 2007 qui vous autorise à zapper la case ophtalmo pour refaire vos lunettes pendant les 3 ans qui suivent votre consultation. Les lunettes pour adulte ne sont quasiment jamais une urgence.**
- que vous êtes mal élevé et restez persuadé que tout vous est du, tout de suite, et sinon, vous allez bouder et pas prendre rendez vous . A titre personnel, je me réjouis que votre choix se porte sur un autre médecin que moi .
Cela dit, nous ignorons comment était posée cette  question à laquelle 58% des gens ont répondu "je jette l'éponge sans essayer". De toutes façons, ce qui importait était de diffuser une info maintes fois ressassée  qui devient limite marronnier.
J'en étais là de mon coup de gueule quand je lus  plus avant ces articles :
" Mathias Matallah, président de Jalma, tire les conclusions de l’enquête en estimant que «  les spécialistes doivent faire la révolution de service sur le modèle de la grande distribution » 
Je vous laisse réfléchir à la portée de cette phrase, à ce qu'elle implique par rapport  aux soins et à la prise en charge des malades. Quant à moi, je me retiens d'être grossier et ce n'est pas facile...



Et puis, il y a cet article du Télégramme  assez complet sur les médecins spécialistes bretons.
  Vers la fin, on tombe sur cette réflexion d'un représentant de l'ordre  : "S'agissant des ophtalmologues, le problème n'est pas qu'on en manque***. Mais la France est un des rares pays en Europe où ils font de l'optique. Est-ce que le changement de lunettes relève vraiment de leur travail? "
Ce confrère reprend une  question qui nous est souvent posée : pourquoi perdons nous du temps à faire de l'optique alors que nos délais sont monstrueux  ?
Je vais faire court, j'ai déjà répondu ailleurs et j'y reviendrai sans doute.
1/ L'optique est partie intégrante de l'ophtalmologie. En soi, elle est rarement médicale mais elle peut rapidement le devenir et ce moment où elle le devient est imprévisible.
La détermination des lunettes est un temps court de la consultation, première étape d'une prévention ou du dépistage d'une maladie grave.
S'il s'agit d'une "consultation Kévin" on sait après coup que l'opticien aurait pu gérer.
Mais dans 80% des cas,(statistique personnelle) la pathologie pointe son nez et  il va falloir expliquer, convaincre que changer les lunettes ne servira à rien, gérer les examens complémentaires et le traitement.C'est ça qui prend du temps, et ça s'apelle de la médecine.
Très souvent, c'est pendant la phase de réfraction, (=d'étude des lunettes) que l'ophtalmo s'aperçoit qu'on va sortir  du "problème des lunettes".
2/ Confier ce stade réfractif systématiquement à l'opticien , c'est le rendre à la fois prescripteur et vendeur, juge et partie, bonjour le conflit d'intérêt !
Le confier à un opt...triste**** expose également au risque de méconnaitre une pathologie et ne fera pas faire d'économies au système de santé.(ben oui, il faut le payer le gars !)
Nous avons tous des observations de glaucomes méconnus, négligés, diagnostiqués à un stade trop tardif, chez des gens qui pendant des années ont renouvelé sans surveillance médicale leurs lunettes chez l'opticien.Nous avons des observations de complications cornéennes effroyables sur lentilles achetées sur internet  sans contrôle ophtalmo. 

3/ Au moment de cet examen de la réfraction, nous soupçonnons parfois des défauts dans le champ visuel nous évaluons l'aptitude à la conduite de nos patients âgés. Conduire avec 7/10 mais un champ visuel pourri est dangereux. C'est alors notre rôle de médecin de proposer un traitement si possible, ou de convaincre que la conduite n'est pas une bonne idée.
Poser la question "le changement des lunettes relève t'il du travail de l'ophtalmologiste" revient à se demander s'il est judicieux pour un médecin généraliste de mesurer la tension alors que le pharmacien peut le faire et proposer un traitement antihypertenseur.
   Il faut admettre une bonne fois pour toutes que la médecine n'est pas rentable, n'est pas rentabilisable que ce n'est pas un commerce même si c'est dans l'air du temps.
Le président de Jalma qui a commandé ce sondage, rêve probablement d'un système de santé qui ressemble à un supermarché de l'optique ou à ça. 
  Moi ça ne m'interesse pas, je préfère rester "l'Arabe du coin", en paix avec ma conscience, même si des technocrates ont savamment organisé notre disparition.
 
* bon j'ai choisi johnny ...
** les lunettes
-soit vous ne pouvez pas vivre sans et vous  avez une paire de secours(c'est comme les chaussures)
-soit vous pouvez vous en passer et c'est ce que je disais : pas si urgent que ça
*** a t'il vraiment dit ça  au journaliste ?
****opt...triste est le nom qu'on donne à ces gens qui souhaitent nous remplacer . je me refuse à prononcer ce mot
 
Il  y a cet article "réconfortant "que je découvre juste
http://enattendanth5n1.20minutes-blogs.fr/archive/2011/11/16/supplique-aux-neoliberaux-messieurs-qu-on-nomme-grands-lache.html
z
 

2 commentaires:

  1. Vous avez raison, mais le but n'est pas l'efficacité, mais l'économie potentielle au détriment du patient. N'oublions pas que la pénurie de médecins a été programmée depuis longtemps pour imposer une solution à moindre coût, low cost. Et tant pis pour le patient.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la pénurie a été organisée conjonitement par les médecins eux mêmes qui voulaient rester peu nombreux à partager le gateau et par les autorités politiques "moins de médecins moins de conso" (enfin c'est ma vision un peu brute du pb et je peux me tromper)
      ce que je n'ai pas oublié c'est qu'en 1977 déjà on nous parlait du déficit de la sécu en cours de législation en nous disant de ne pas "gaspiller"

      Supprimer

c'est à vous de réagir ....