samedi 31 décembre 2011

procrastination et conjonctivite

Je crois bien que je suis le dernier ophtalmo du coin à  être joignable...
Réveil aux aurores comme tous les jours de ces "vacances" (9H30 !) pour quelques urgences :  en ce moment, sévit une épidémie de conjonctivites virales. Ça démarre par une sensation de grain de sable sous la paupière, puis les yeux se mettent à larmoyer et sont collés le matin au réveil, ça passe rapidement à l'autre oeil et c'est contagieux. Quand le deuxième oeil est atteint, la guérison est proche.
En général, ça guérit tout seul mais souvent il est difficile de résister à l'envie de mettre un antibiotique ou parfois sur la pointe des pieds, après vérification et en s'engageant à des contrôles serrés des corticoïdes (en collyre).
L'antibiotique que nous utilisons est un "vieux clou" de couleur rouge, mon patron disait que son efficacité résidait peut être dans le colorant.
Cette conjonctivite est en recrudescence depuis la fin de l'automne la dernière grande épidémie remonte à 25 ans.
Dans de rares cas les séquelles étaient importantes, le plus souvent c'était plus gênant que dangereux.
La plupart de mes cas personnels sont bénins (j'en ai deux graves que je surveille tous les jours ou quasi) mais tous traînent lamentablement quel que soit le traitement.
C'est très contagieux et j'espère ne pas l'attraper et surtout ne pas la transmettre.(bien sûr lavage des mains et tutti quanti) ; ça passe par une poignée de main, une pièce de monnaie etc...Si vous l'attrapez, c'est le moment de faire des bisous ou de serrer la main de votre ennemi préféré.
En dehors de ces incursions à mon cabinet, je procrastine doucement, je regarde les illusions d'optique de mon nouveau calendrier.
Et pourtant, j'ai une table à ranger, là tout de suite pour ce soir.
Autour de moi, tout s'agite, et je devrais faire la même chose, sinon Gabrielle va virer d'autorité toute la paperasse dans un grand sac et je vais me faire enguirlander .
Donc, je reviens tout à l'heure avec une photo de la table vide(on enlèvera Zigmund-chat au dernier moment) ou prête pour un petit réveillon cool en petit comité à l'Escale.
 

-----

z
--

samedi 24 décembre 2011

les deux diamants

Ce jour là, il pleuvait sur Saïda, la capote de la voiture décapotable prétée par un ami pour l'occasion a refusé de fonctionner, donc Pa et Ma Zigmund ont du se marier trempés. Bien sûr tout le monde autour a du essayer  de les consoler en répétant le classique :"mariage  pluvieux =mariage heureux".
De Saïda je n'ai que peu de souvenirs :   je retrouve l'ambiance du magasin de mes grands parents quand je regarde les échoppes de tissus autour du marché Saint Pierre à Paris.
La maison de mes grands parents était chaleureuse j'y retrouvais mes cousins, j'entends encore ma grand mère chanter "j'ai deux amours" de Josephine Baker.
Il y avait une piscine avec un petit toboggan  : j'ai le cuisant souvenir d'avoir déchiré mon slip de bain sur une aspérité de ce toboggan traitre, et avoir honteux supplié une cousine de me chercher un couvre fesses.


Aujourd'hui Pa et Ma Zigmund poursuivent leur route ensemble. J'aurais voulu emmener Ma à l'opéra, mais quatre hospitalisations en urgence l'ont fatiguée...
Die Zauberflöte n'est sans doute pas son opéra préféré mais si elle passe ici elle comprendra  mon choix.

Quant à Pa, ses préférences vont au cinéma donc les deux extraits sont plutôt  pour lui.

---
---
Chers vous deux, je ne suis pas bien loin, dès que Ma sera rétablie, nous fêterons dignement l'évènement.
Je vous souhaite de poursuivre  cette route longtemps et en bonne santé, je vous souhaite des découvertes et des émerveillements. 
Chers blogamis, si mes passages chez vous se font discrêts, si mes commentaires se font rares et si mes réponses à vos commentaires sont tardifs c'est entre autres du à la santé de Ma Zigmund mais il y a aussi une célèbre table dont je parle moins mais qui est toujours bien là. Pas de lien pour éviter de rendre malades Pa et Ma...
J'allais oublier : Mimosa de "viva la révolucion" vient d'avoir en avance son cadeau de Noël : une petite Léonie il aurait probablement préféré un tracteur à pédales.
Et puis C'est l'anniversaire de Pa Zigmund qui a la coquetterie de ne pas compter ses bougies ...

Comme cette année ça tombe quasi en même temps :  joyeux Noël  ou joyeux Hannouka à tous !


--(merci et bon noël à Lygoma qui m'a fait connaitre ce dessin (issu je crois du quotidien du médecin)--





Z


si le coeur vous en dit


en réponse à la consigne #173

 Clinique de cardiologie et chirurgie thoracique du Docteur Mehdi Hattor
cabg-2
Pontages coronariens : offre spéciale de  Noël 
au bout du quatrième pontage, le cinquième est gratuit ! 



merci (de tout coeur) à Grange Blanche et au  Dr Venkatesan pour l'image. 

dimanche 18 décembre 2011

timeo danaos ...

Je ne me souviens plus comment j'ai eu vent de l'affaire : probablement en allant faire un tour chez Dominique Dupagne dans atoute.
Nous avons entendu les syndicats médicaux se glorifier d'avoir signé un accord avec les caisses d'assurance maladie.
Nous ophtalmologistes avons regardé ça de loin, nous n'étions pas concernés apparement par les objectifs suggérés ou imposés. Nous avions vite compris que nous étions exclus de la seule possibilité qui nous était offerte de voir progresser nos revenus puisque ce système concerne les médecins généralistes.
Petite piqûre de rappel rapide sur les honoraires des médecins
la lettre clé :  le CS pour les médecins spécialistes n'a quasiment pas bougé depuis 1995  = 150FF soit 22,87€ en 2002 généreusement arrondis 6 mois ou un an après le passage à l'euro à 23€ . à celà s'ajoute MCS et MPC  qui amènent à 28 € une consultation en secteur 1
Alors OK je me doute que plein de gens trouveront que c'est beaucoup
j'ai déjà évoqué le problème ici (coming out fiscal) et là (dépassements d'honoraires médecine à deux vitesses).
et je demande à chacun de simplement vérifier quelle a été l'évolution de son salaire depuis 1995 et quelle a été la progression de ses charges et du coût de la vie. 
 Donc quelques médecins théoriquement non concernés par le machin se mettent à lire plus attentivement les lignes du contrat  que nos syndicats se réjouissent d'avoir signé  (sauf la FMF  qui dans un communiqué surréaliste semble avoir compris "après coup "la portée de sa signature) et découvrent ce que signifie le machin présenté sous le vocable P4P (en anglais dans le texte : pay for performance !) et en même temps ils constatent que l'adhésion de chaque médecin au bidule  est automatiquement enregistrée  pour trois à cinq ans sauf s'il envoie une lettre R/AR avant le ...26 décembre 2011.
Ne rien envoyer veut dire qu'on accepte les objectifs et qu'en contre partie les caisses nous verseront une somme qui sera au maximum pour un ophtalmo de 1750€ par an.(je n'ai aucune idée de la methode de calcul)
Les objectifs en question sont flous et pour nous ophtalmos surtout administratifs : ils concernent l'informatisation des dossiers et la télétransmission, choses que  pratiquent déjà la plupart de mes dociles confrères un peu geeks sur les bords. Aucun objectif réellement  médical.
On découvre que les caisses non contentes de sanctionner les médecins non télétransmetteurs de 0,50€ par feuille de soin papier, peuvent maintenant déconventionner le médecin réfractaire.
Depuis environ 10 ans avec  la télétransmission les caisses  délocalisent  sans le dire  leur activité sur nos secrétariats.
Dans cette  dernière convention elles  menacent carrément de déconventionner celui qui refuse de payer pour faire leur travail.
Un peu partout sur les forums médicaux on s'agite entre pro et anti P4P, entre ceux dont la lettre est prête à partir, ceux qui disent ne pas avoir les moyens de refuser cette prime d'autant plus que nous n'avons aucun espoir de voir augmenter la lettre clé CS dans les années à venir.
 Suite à divers déboires je résiste toujours à la télétransmission.
J'estime que le principe de cette prime est contraire à l'éthique médicale qu'elle pervertit profondément, elle ne gratifie pas  l'acte médical, mais un cahier des charges purement administratif .
Ma lettre de refus du P4P est prête et partira mardi.




J'afficherai dans ma salle d'attente l'affiche proposée par D. Dupagne.
"la conscience comme l'appendice ne servent à rien sauf à rendre l'homme malade. A .Vialatte"
 ...et dona ferentes
z

vendredi 16 décembre 2011

cookies


  1. chat échaudé cherche séchoir...en parler à l'archiduchesse.
  2.  daltonnien cherche marchande des quatre saisons pour en voir des vertes et des pas mûres.
  3. donne lot préservatifs peu servi garantis première main.
  4. héméralope cherche nyctalope pour nuits blanches.
  5. médecin énervé  cherche hacker confirmé pour mettre à mort  Vitale 
  6. cherche film alimentaire pas cher. contacter Dr  Watson...
  7. banquière en mal d'amour rencontrerait gangster viril pour élever petits banksters.
  8. échange chat à neuf queues contre chat neuf.

  9. professeur cherche agence de notation pour correction copies.
  10. locataire habitant gite immonde quai Branly cherche petite chambrette à Pigalle.
  11. 2012 échangerais nain exité  (à talonnettes) contre nain porte quoi (blonde aryenne s'abstenir)
--
merci à
wikipedia
sabine60 centerblog
z

mercredi 14 décembre 2011

l'idée du siècle

voilà c'est incroyable mais il existe des gens , des experts, diplômés et tout et tout, élus qui n'ont pas froid aux yeux ! ...et pas peur du ridicule.
voilà de quoi il s'agit : (cet entrefilet est copié collé du quotidien du médecin)

Une élue propose de recourir aux vétérinaires dans les déserts médicaux

Françoise Tenenbaum, adjointe au maire de Dijon à la santé, propose de faire appel aux vétérinaires pour faire face à la pénurie des médecins dans les déserts médicaux. « Je me suis rendu compte qu’il y avait des vrais médecins dans les territoires, ce sont les vétérinaires, qui peuvent intervenir en urgence, déclare l’élue socialiste. Je pense qu’il y a un champ de travail, mais il faudrait définir une passerelle de formation et cadrer la mission de ces vétérinaires. Surtout, ce ne serait pas à la place du médecin mais en l’attendant ». Cette proposition est jugée « irréaliste et dangereuse » par l’Ordre des vétérinaires de Bourgogne et prise avec humour par l’Ordre des médecins de Côte-d’Or. « C’est un pavé dans la mare et ça fait bouger les canards. On en retiendra les bonnes intentions », ironise son président le Dr Jean-Pierre Mouraux. « Ce n’est absolument pas pensable », indique pour sa part Monique Cavalier, directrice de l’Agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne.
Le parisien : des vétérinaires pour contrebalancer la pénurie de médecins .
 
 
Je me demande, en cas  de problème urgent et grave, de nécessité de réanimation, ce qui se passera et qui portera la responsabilité d'un décès.
Est ce qu'ils auront la possibilité de piquer les malades incurables ou non rentables ?
J'ai hâte de connaitre l'avis des copains vétos de Bled la Forêt..
Je vous laisse  avec une de mes chansons préférées de Geoges Brassens 


 

Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue."

Albert Einstein
 

samedi 10 décembre 2011

la voix du ciel


Après un long voyage en train, nous arrivons à Xi'An en Chine.
Il fait nuit, la gare est sinistre.
Comme  souvent,  les choses sont compliquées.
L'hôtel où nous a conduit le chauffeur de taxi n'est pas celui que nous avions réservé par téléphone,  il est sinistre et miteux.
Trois membres du groupe se dévouent pour aller voir à quoi ressemblent les chambres, les autres restent affalés épuisés sur les bagages. La description des chambres n'est pas encourageante.
Devons nous rester dormir dans ce bouge ? ou  repartir dans la nuit à la recherche d'un autre hôtel ?
Un groupe d'employés de l'hôtel, plus le chauffeur de taxi, suivent de près notre discussion, la discrêtion n'est pas une vertu chinoise, nous sommes l'attraction de la soirée...
Nous votons démocratiquement (mais à main levée) Rester ? partir ?
Mais nous sommes un nombre pair et le résultat est à 50/50...
Ne reste  plus que le pile ou face : c'est à notre interprète que revient l'honneur de lancer la pièce de monnaie.
(ici,  il y a surtout des billets et pour le pile ou face c'est  beaucoup moins facile !) 
Quand la pièce retombe, à nos 6 paires d'yeux, se joignent celles des curieux chinois.
Eux aussi sont intéressés au résultat (on reste !) et commentent le résultat en rigolant.
L'interprète traduit : chez eux pour pile ou face ils disent "écouter la voix qui vient du ciel"
Alors je demande : et comment ils font eux ?
Pareil répondent ils ...
(et finalement cet hôtel était plutôt sympa...)


Quinze ans plus tard,un autre voyage,  avec mon fils, nous faisons la queue pour visiter le musée de Shanghai.
Nous sommes deux "longs nez" (européens) accablés par la chaleur, noyés dans une foule de Chinois bruyants.
Un jeune Chinois engage la conversation avec nous dans un anglais convenable.
Il nous raconte qu'il vient de Wuhu, que la France est un pays "very romantic" et qu'il a une amie française qui s'apelle Elise.
Je sursaute...avant mon voyage j'ai échangé quelques mails avec une blogueuse nommée Élise qui vit et travaille à Wuhu.
Je lui avais promis d'essayer d'aller lui rendre visite mais devant la difficulté des voyages en train, j'avais renoncé.
A tout hasard je lui donne le nom de mon Élise...c'est bien  la même Élise !!!
Le garçon  lui a alors téléphoné , et j'ai pu parler à Elise qui était aussi soufflée que moi de cette rencontre étonnante !

J'avais rêvé ce voyage à Shanghai depuis dix ans  pour voir une éclipse solaire totale.

Le jour J fut le seul jour gris et orageux que j'ai vu  en Chine, rendant mon éclipse invisible, et,  de plus, comme le célèbre Bund était en travaux , nous sommes les rares européens à avoir visité Shanghai sans voir le Bund...(comme si des chinois visitaient Paris sans voir les Champs Elysées).
Les voies du ciel son impénétrables...* 
*et les hasards dinent à l'huile
z

vendredi 2 décembre 2011

mignonne allons voir si la ronze ...

Non point ici de jolie poésie... Il s'agit d'une voiture.
Je me dois d'avouer un penchant pervers et malsain pour les caisses pourries.