dimanche 26 mai 2013

vendre son âme ...

Je n'ai jamais eu à traiter ce sujet pendant mon année de philo et encore moins pendant mes études de médecine.
Il m'est arrivé de me poser la question et je ne pense pas être le seul : suis je achetable et à partir de combien d'euros suis je achetable ?

Bonne fête Ma Zigmund

 Merci à Caro Carito  qui  m' aidé à trouver l'idée par son commentaire sur mon post précédent
"les golfes pas très clairs ".
Ma Zigmund a un faible pour le fondant au chocolat
je lui ai proposé de lui trouver une recette sympa et facile.
 Je vais donc tester une des premières recettes de fondant au chocolat  trouvées sur internet  ici  
et lui  prendre en photo le résultat.

Pour l'instant  on isole les éléments 
(55 g de poudre d'amandes  qui manquent à l'Escale donc on fonce  chez l'épicier  en chercher )
30 gr de farine 
75 g de sucre 
4 oeufs 
100g de beurre
100 g de chocolat noir 

On mélange oeufs et sucre  (au batteur en ce qui me concerne parce que je suis un flemmard ) jusqu'à ce que le mélange blanchisse (sous le harnais comme moi) 
 bon le mélange refuse de blanchir mais personne n'a le temps de faire ça à la main : no sport !
 ajout farine et poudre d'amandes
faire fondre beurre + chocolat au micro ondes (nucléaire)
 réunir le mélange beurre chocolat et  mélange oeufs +poudres
 j'ai ajouté 1/2 sachet de levure(c'est gonflé je sais)
 j'ai rencontré quelques problèmes lors du transvasement dans le moule puisque la maryse s'est fait la malle dans le mélange...
 j'ai cherché  en vain Zigmund chat pour la vaisselle (c'était une offre à prendre ou à lécher !) 
 et comme je craignais que ce soit un peu léger en chocolat j'ai saupoudré de cacao en poudre (le vrai le seul l'amer....psychanalystes  qui passez ici : silence !)
 dans ramequins beurrés farinés mettre au four  thermostat 200  8 à 10 min
 oui ben 10 min c'est insuffisant 20 ça doit être mieux 
 servir tiède avec glace vanille ( moi je préfère la glace plombières introuvable)

bon la photo du résultat sera publiée dans un deuxième temps...
Ma si ça réussit, nous t'en apportons un prêt à cuire lors de notre prochaine visite.
En attendant je vous embrasse Pa et toi .
----------
 le résultat du fondant chocolat
un délice mais côté présentation : à revoir  il fallait un grand moule parce que ce gâteau était testé pour un anniversaire donc dans l'idée d'y déposer des bougies
Vu l'aspect esthétique du résultat, les bougies n'auraient pas tenu (et comme nous avons profité d'un rayon de soleil pour manger dans le jardin les bougies n'étaient pas une bonne idée)
Donc recette à retenir mais abandonner l'idée du grand moule familial, répartir dans plusieurs petits moules et dans ce cas 10 mn   au four c'est probablement suffisant .
le premier qui rigole aura droit à des représailles sévères.

samedi 25 mai 2013

les golfes pas très clairs

--
C'est un fait : ce printemps est pourri grave ! Pas de coin de ciel bleu entre les nuages, le froid, l'humidité  et rien qui pousse dans le jardin en dehors de la rhubarbe.

Ma Zigmund, je sais que Dimanche, demain, c'est la fête des mères.
Si vous savez quoi offrir à une maman qui n'aime pas les fleurs c'est le moment :  il y a urgence 
"-pourquoi tu m'offres des fleurs tu sais bien que je  n'aime pas les fleurs ...
-c'est pas pour toi, c'est pour ton balcon..."
Un livre  ? elle en a beaucoup, elle lit énormément  mais je n'arrive pas toujours à bien cerner ses préférences.
Allez ne cherchez pas à m'aider ça fait longtemps que je cherche et que je n'ai presque jamais trouvé.
Il me reste le choix des golfes pas très clairs qui est la suite de : ...qu'on voit danser
Pas très clairs les golfes, parce que la météo c'est pas ça, le parasol et l'huile à bronzer attendront.
 voici le port de Saint Goustan


 et la barre d'Etel


 un sinagot
 et Loc Mariaquer. Miriam  qui était aux petits soins pour nous a vendu le petit chantier où nous dégustions ses huitres.





bon j'espère que tu n'as pas trop le mal de mer.
Bonne fête Ma Zigmund.
.

jeudi 23 mai 2013

les beaux labos (suite)

billet écrit en septembre 2010 remis à jour

"De mon temps ", les laboratoires pharmaceutiques s'invitaient très tôt dans la vie d'un étudiant en médecine.
Ah comme il était doux d'écouter le bla bla bien huilé  des visiteurs ; tirés à quatre épingles ils en faisaient des louches quant à l'élégance vestimentaire : leur tenue visiblement étudiée, se situait dans le classe- pas trop classique- un peu terne(ne pas se singulariser était le mot d'ordre de l'époque). 
Comme aujourd'hui, on les repérait facilement  parmi les malades " normaux" d' une salle d'attente. 
Et de plus, ils "savaient vivre", nous donnaient du "Docteur " dès la quatrième année, en insistant lourdement sur la majuscule, et  ils avaient les bras chargés de cadeaux.
 Vers la fin de mes études, j'avais basculé du côté "rouge" de la médecine et commencé à les fuir comme la peste. Affirmer ce refus de recevoir les labos était perçu comme un acte révolutionnaire, déplacé, voire malsain. On se retrouvait isolé ou montré du doigt.
Vos ennemis haussaient les épaules en vous traitant de gauchiste et vos amis ouvraient de grands yeux ronds incompréhensifs ou consternés : "quoi ??? tu reçois pas les labos ???" Tout juste si on ne faisait pas honte à nos collègues.
 Néanmoins les marques commençaient à bouger, et vers le début des années 1980,  un jeune patron osa dire en cours sur les AVC : "nous médecins, patrons, avons reçu beaucoup d'argent pour dire que ces médicaments sont efficaces, aujourd'hui, je vous le dis : il n'en est rien !" (molécules effectivement inefficaces et aujourd'hui disparues)
  Quand j'ai démarré les études d'ophtalmologie, j'ai su que je ne tiendrais pas longtemps loin des labos. Rien, pas un seul enseignement ou cours, ne se faisait sans eux et j'avoue avoir bossé mes examens grâce aux livrets de préparation extrêmement bien rédigés qu'ils nous fournissaient. 
  Alors, j'ai posé un mouchoir sur mes convictions et j'ai accepté de nouveau de recevoir les visiteurs. Ils étaient  peu nombreux en ophtalmologie, et quelques uns sont devenus des "amis" ( le piège magistral)
J’ai, comme tous, bénéficié de quelques unes de leurs largesses : je me souviens des visites à Clermont Ferrand dans une bibliothèque superbe pour préparer ma thèse, d'un  voyage à Séville, d'un autre à Copenhague (où je fus plus studieux que touriste).
   Le temps a passé, et la sécu et le ministère ont  mis leurs nez dans les présents que ces rois mages déposaient à nos pieds dans l’espoir de nombreuses prescriptions. Peu à peu fut décrétée l’interdiction de tout cadeau et le moindre stylo ou bloc note devint très réglementé, les échantillons de médicaments et produits d'examens  furent limités à dix par an.

    On  a  basculé dans l’excès inverse. J'ai plusieurs fois déploré la fin de ma collection de stylos marrants dont le stylo vi*gra et son ouverture suggestive était le fleuron ...
  
Qu'il me soit permis de rigoler quand j'entends notre bien aimée ministre évoquer l'ombre du conflit d'intérêt au premier stylo ou à la première clé usb reçue. 
Et je rigole encore plus quand j'apprends que les études sur les médicaments sont exclues : en quelque sorte nous "les médecins de baaase " serions des Cahuzac en puissance dès le troisième petit four, mais nos maîtres chéris pourraient continuer à y faire une razzia sans que personne ne s'offusque.
Sincèrement, maintenant, les labos je m'en fiche ; si je venais de m'installer je me ferais un plaisir de les laisser dehors. Mais voilà, des liens humains se nouent entre les visiteurs/ses  et  nous. C'est d'ailleurs sur ce lien "humain" que compte jouer le boss du VM  pour nous faire prescrire sa zut en collyre. 
Néanmoins recevoir un humain par politesse ne fait pas forcément prescrire : je prescrits très peu de compléments alimentaires censés protéger de la DMLA et pourtant je me supporte régulièrement le discours des VM à ce sujet , et plus ils parlent et moins j'ai envie de prescrire.  


 En ophtalmologie médicale, pour les traitements efficaces, il y a peu de concurrence.*(efficaces = ceux du glaucome ou les antibiotiques ou les cortico ou dans une moindre mesure  les collyres anti allergiques et les substituts lacrymaux ;  pour tous les autres l'effet reste à démontrer )  
En chirurgie c'est probablement la grosse, très grosse guerre : il s'agit de prouver au chirurgien que votre implant est plus beau plus facile à poser et ne donne aucune complication post op :  bref "cet implant, il se pose là"  Et pour les implants, l'enjeu financier est colossal et je suppose que tous les coups sont permis.(raison de plus pour s'éloigner de ce champ de bataille qui me concerne peu).

 Loin de moi l'idée de discréditer les laboratoires ou ma profession, ou de jouer les "chevaliers blancs"... 
J'ai  juste l'impression d'avoir les mains et le stylo plus libres depuis cette réglementation "anti cadeaux".  Je rêve d'un congrès d'ophtalmologie sans labo où les pauses café seraient financées de nos deniers et où on se retrouverait dans un vrai restau...c'est une utopie.
Cette réglementation ne me gêne pas, je la trouve tardive, mal ficelée, illusoire et je ris de me trouver aujourd'hui de nouveau du côté obscur de la Force.  
Un signe d'amitié à  l'ami Moustaki ... 


*(bien sûr on exclut le problème des génériques)

vendredi 17 mai 2013

Société française d'ophtalmologie : survie en milieu (plus ou moins ) hostile

Ce rapide billet est écrit sur une idée de JBR (not' président -main droite sur le coeur) qui proposait suite à mon post précédent  que nous écrivions un texte  à plusieurs mains sur l'art de se comporter élégamment au cours d'un buffet
  1.  On devrait, à plusieurs mains, écrire un texte sur " l'Art de se comporter élégamment au cours d'un buffet" :)

    Dans mon précédent post, je racontais rapidement à quel point, les pauses déjeuner de la SFO se transformaient  en bagarres autour des  divers buffets mis à disposition des joyeux congressistes.
    Le congrès de la SFO se déroule sur quatre jours pleins non stop : de l'activation de notre badge jusqu'à notre départ pour retourner "dans la vraie vie" il n'y a pas de vraies pauses.(sauf pour dormir)
    Les activités proposées sont diverses 
    -  "cours" du congrès dans différentes salles, grandes ou petites, dispersées un peu partout dans le palais 
    -visite de l'exposition :  marchands du temple laboratoires, vendeurs de matériel, libraires, associations de malades.
    - visionnage des films et des retransmissions de cours.
    - enseignements "sponsorisés" 
    - enseignements "payants" genre travaux pratiques.
    Si on est comme moi du genre studieux, avide de savoir,  cet épuisant  marathon d'un bout à l'autre du palais des congrès laisse peu de temps pour  les pauses repas.
    Sans compter que  toute traversée expose à des rencontres, certes agréables avec les copains, mais susceptibles de vous détourner de votre but ;  c'est en quelque sorte un jeu de rôle  où on met en balance en permanence la joie du partage avec les collègues et amis  et l'inquiétude de zapper LE TRUC qu'on ne voulait pas rater. 
    Tous les stands des labos rivalisent d'idées pour nous offrir à manger, souvent des choses délicieuses ou originales.
    Les enseignements "sponsorisés" ont lieu entre midi et 13h 30 et à la sortie des amphis c'est la cohue des hypoglycémiques en folie pour accéder au buffet ...
    Le plus simple, me direz vous, serait d'aller manger dans un des restaus du palais des congrès mais ce n'est pas une bonne idée  car le temps manque cruellement  dans cette option, on arrive  en retard, essoufflé et déconcentré au cours de 14h.(et même pas sûr d'avoir une place)
    Trimballer son casse croute est impossible,  il n'y a pas d'endroit calme pour manger un sandwich (où achète t'on un casse croute avant 8H ? et arriver avec son panier repas, ça craint quand même)
    Donc on choisit l'option buffet, en recouvrant ses principes("pas de conflit d'intérêt") d'un mouchoir et on se lance dans le  pugilat.
    Dès l'arrivée des victuailles  et des boissons c'est la cohue  : chacun pour soi.
    Essayer de se comporter dignement, de se souvenir que nous sommes des gens bien élevés...
    Chercher où se trouve la file d'attente pour prendre son tour poliment, garder sa zénitude en voyant les "zautres" qui coupent la file et emportent sous votre nez, les derniers petits fours que vous convoitiez depuis un moment.
    Garder le sourire en fixant le pauvre serveur débordé et affolé, tenter d'accrocher son regard dans l'espoir que votre silence complice poussera  le serveur à vous tendre un verre, ou un canapé.
    Essayer de trouver un bout de table haute (ne rêvons pas :  impossible de s'assoir) où poser votre butin et le déguster lentement sans l'engloutir.
    Tout en mangeant, repérer l'endroit où il reste encore vos sandwichs préférés ou d'autres seulement nourriciers.
    Retraverser le champ de bataille pour se ranger de nouveau dans une file, attendre, sourire,  regretter le calme relatif du restau japonais du sous sol, regarder avec calme les dix ou vingt malpolis qui vous grillent  la priorité. Pour eux vous n'existez même pas, ils ne méritent même pas votre colère.
    Se consoler en se promettant le soir un vrai repas assis dans un des petits restaus repérés autour de l'hôtel.
    Quelques minutes avant l'enseignement  suivant, aller s'installer dans la salle de cours encore presque vide, goûter ce silence éphémère, sortir un livre en attendant, et, pour tenir, se raconter qu'on s'offrira tout à l'heure, après, un vrai café avec un carré de chocolat noir dans un bistro normal, loin de cette folie...


      Sans rapport direct  avec ce qui précède, chers confrères S2 qui passeriez par ici voici ce que je vous propose de faire avec le contrat d'accès aux soins qu'on vous propose de signer.                                                                              



jeudi 16 mai 2013

119 ème congrès de la Société française d'ophtalmologie : retour à la surface

                                       Le retour  à la vie réelle m'est un choc... il y a quelques heures, je traversais encore Paris de part en part, pour rendre une visite éclair à mes cousins, puis me voilà de retour à Bled la Forêt. Le silence d'ici m'étonne, m'apparaît comme une incongruité.
Je revois les cohues autour des buffets, à la fin des ateliers ou à la réception au pavillon d'Armenonville...  Là,  c'était limite foire d'empoigne, et ce fut une intéressante observation du manque d'éducation de certains confrères.

Je revois le moment solennel de la présentation du rapport  de la société française d'ophtalmologie :  la grande salle quasi pleine qui, après un dernier hommage à la mémoire du  Pr Joseph Colin, écoute les différents rapporteurs dans un silence religieux.

On rencontre les gens parfois trop vite, le bruit est partout, il n'y a  ni la place ni le temps pour discuter calmement avec les amis ou les confrères. J'ai revu (trop) rapidement King Arthur, l'un de mes anciens maîtres.
Bien sûr, le sujet principal de nos discussions concerne notre devenir, l'avenir de la profession, la survie difficile en milieu hostile  des médecins secteur 1 isolés, ceux qui ont cru qu'ils allaient simplement exercer le métier qu'on leur avait enseigné : la médecine ou la chirurgie. Le pronostic est sombre et notre division accélère notre chute.

 à ce sujet :
http://lerhinocerosregardelalune.blogspot.fr/p/ceux-qui-fr-les-cabinets-d-se-divisent.html 




Ce rapport sur le strabisme est  en quelque sorte un baroud d'honneur de l'ophtalmologie médicale. Ce savoir faire, cette rigueur qui nous ont été enseignés vont se perdre, faute de confrères formés ou intéressés. On me rétorquera que les orthoptistes maîtrisent la question : c'est certain mais ils seront insuffisants. Le strabisme comme d'autres pans de la spécialité sont devenus des machins non rentables que beaucoup méprisent. La chirurgie du strabisme relativement facile à réaliser (mais complexe dans son "dosage") a perdu tout intérêt pour les jeunes, à cause entre autres de sa cotation ridiculement basse. 
Tous, y compris nos maîtres d'hier nous le serinent : l'ophtalmologie change, l'ophtalmologie de demain n'aura plus rien à voir avec ce qui nous fut enseigné qui s'appelait tout simplement la médecine. Nos successeurs seront d'abord des chefs d'entreprise qui embaucheront suffisamment de personnel pour gérer beaucoup plus de clients patients. J'ai quitté le palais des congrès avec un goût amer, avec cette  sorte de nostalgie et de dépression que je sais maintenant prévoir. 
Je réserve un bout du mercredi pour une courte visite en touriste, mais la fatigue est là...après ces quatre jours de marathon il me faudrait une semaine de sommeil... j'y vais et tant pis si ce billet est incomplet.

 

Et pour mes confrères secteur 2 qui passeraient par ici voilà ce que m'inspire le contrat d'accès aux soins et à mon humble avis sa destination idéale !


    

dimanche 12 mai 2013

jeudi 9 mai 2013

...qu'on voit danser le long des golfes clairs

Tu as dit que tu étais fatiguée et j'en suis bien conscient. Il me reste quelques souvenirs des études de médecine  que vous avez financées  Pa et toi ...
Alors oui, j'entends ta dyspnée et elle m'oppresse, différemment de toi bien sûr, et les bleus sur tes bras, je les vois aussi ... Pendant mes études, on m'a appris à écouter ("interrogatoire" "auscultation") à regarder ( à l'époque on disait "inspection") à palper (je laisse ça à ton médecin, moi je suis là pour te serrer dans mes bras).
 Même si la médecine générale n'est pour moi qu'un lointain souvenir, même si je ne sais plus lire un électrocardiogramme (c'est ça l'onde p ?) même si certains de tes médicaments sont pour moi presque aussi mystérieux que pour le commun des mortels, j'ai une idée globale des troupes en présence.
D'un côté, Ma Zigmund, son médecin traitant, son cardiologue, son dermatologue armés de divers médicaments plus ou moins bien supportés et parfois d'efficacité douteuse et des effets secondaires pas glop.
De l'autre, un coeur grand comme ça,  super fatigué qui a décidé de rompre le rythme imposé, des articulations qui s'usent, une peau qui dit stop aux mélanges thérapeutiques et un moral dans les chaussettes.
 Tu es comme moi, tu as toujours aimé la mer. Je me souviens que tu te levais très tôt pendant nos vacances à Majorque : au petit matin, je te trouvais  scrutant l'Orient : tu me disais ce moment magique où le soleil émerge de la mer.
 Viens avec moi, Ma,  nous partons à la mer, tous ensemble,  en images pour l'instant  en attendant d'y aller vraiment.
Installe toi confortablement c'est parti :

 oui c'est le soir et on est hors saison donc la plage est vide 

                Te souviens tu des glaces chez Manuel ?  au printemps flotte une odeur de gaufres et de chocolat ; en été,  la file d'attente pour les glaces déborde sur le trottoir.
C'est vrai qu'elles valent le détour...  
Que penses tu de cette sculpture devant le palais des congrès...

Pa et toi aimiez à faire un tour dans les rues à la découverte des  belles villas. Celle ci me plait bien...



 Je n'ai pas de photos des immeubles du front de mer. J'ai de la peine quand je vois les quelques petites maisons "art nouveau" qui survivent entre deux immeubles. Dans un autre billet à venir, je t'enverrai des photos des magasins un peu trop bling bling à mon goût (mais je sais que tu aimes).




Et puis, si Pa et toi n'êtes pas trop fatigués, je vous inviterai à boire un cocktail coloré sur la plage en regardant le soleil qui se couche juste devant nous. 
----




 

mercredi 8 mai 2013

minuscule (et dérisoire) appel au secours


----------- Je rencontre un petit problème, pour l'instant insoluble, pour lequel je fais appel aux internautes avertis qui s'arrêteraient ici :  j'ai procédé sur une quinzaine de jours au déménagement de mon ancien blog ici  et globalement en dehors du caractère fastidieux du bidule je n'ai pas rencontré de grosse galère.
Sauf que : je ne sais pas pourquoi certains textes pourtant écrits en minuscules se transforment dès que j'ai le dos tourné en textes écrits en majuscules !
    Et ça, comme je suis conscient que c'est la marque d'une impolitesse rare sur internet,  ÇA ME MET DANS UNE COLÈRE NOIRE !
Bien sûr,  avant d'écrire ce billet j'ai cherché de l'aide auprès de Saint Gougueule, et j'ai essayé les différentes propositions (sélectionner le texte  Maj +F3 ou Crtl + F3 ) maccache ! 
J'ai cru m'en sortir en récupérant  certains de mes  textes (écrits en minuscules ) sur samedi défi : copié collé et vlan ces saloperies de majuscules réapparaissaient.
Pour l'instant le seul moyen que j'ai trouvé est d'aller dans l'administration d'overblog récupérer le HTML qui, lui, fait "tout quoi  t'es qu'on " lui dit de faire mais le menu déroulant d'OB est super long pour parvenir aux anciens billets .
Aussi, même si vous n'avez pas la solution à mon problème, soyez sympas de me signaler si vous tombez sur un article où apparaissent ces satanées majuscules et de me donner les références du billet  pour que je rectifie le tir.
Je ne comprends pas, j'ai horreur de ne pas comprendre.
Toutes mes excuses pour ce désagrément.
Si quelqu'un trouve une solution  ou un début d'explication  il aura droit à  un rendez vous  rapide pour ses yeux , ma reconnaissance éternelle ...
le lien qui suit montre à quel point ce appel au secours est dérisoire  il faut avoir du temps pour le visionner mais allez au bout c'est passionnant : http://htwins.net/scale2/lang.html

samedi 4 mai 2013

Si glaucome m'était conté : ici l'angle

Il m'arrive  parfois de faire des promesses inconsidérées : faire un post accessible à tous, sur l'angle irido cornéen, est une des plus... disons que j'ai peu de chances d'en sortir... et ce post aura longtemps traîné dans mes brouillons inachevés.
Mais il se trouve que l'angle irido cornéen (que nous allons rapidement abrévier en AIC) n'est pas un machin facile d'accès, ni pour les médecins, ni même pour les ophtalmologistes.
 
Pour  nos amis médecins généralistes, le problème est simple  :  il faut qu'un angle soit ouvert ou fermé... c'est la seule réponse qu'ils attendent de l'ophtalmo, pour pouvoir prescrire certains médicaments, mais aussi  pour connaître le risque de fermeture brutale de cet angle, "maladie " plus connue sous le nom de glaucome aigu par fermeture de l'angle.
L'AIC est l'angle situé  entre
l'iris = la partie colorée de l'oeil (marron, verte ou bleue) percée en son centre par la pupille
-et la cornée = portion de "sphère" transparente en verre de montre située devant cette partie colorée.


(pour l'anatomie de l'oeil  voir le site du SNOF )
On estime grossièrement l'ouverture de cet angle à la lampe à fente  en regardant l'aspect de la chambre antérieure.


La chambre antérieure c'est un peu comme une montre où le verre de montre serait la cornée (transparente) et le fond où sont posées les aiguilles serait l'iris. C'est cette profondeur  que nous estimons à la lampe à fente( avec pour les pros le signe de Van Herick qui signe un angle étroit*)








Interviennent dans l'ouverture ou la fermeture de l'angle
-la taille du cristallin ( derrière la pupille et l'iris) : la cataracte augmente la taille du cristallin
-l'hypermétropie, en gros : plus l'oeil est petit, plus on a un risque.
Mais, pour compliquer le truc on individualise une forme d'angle dangereux : l'iris plateau  ; pas simple à expliquer et pas simple à traiter ... là dans un post public, on oublie ... (ce qui va grandement ma faciliter la tâche...)

Actuellement, bien des gens y compris des médecins se posent la question de l'utilité des ophtalmologistes : il est bien connu qu'un ophtalmo "ça fait des lunettes ça opère des cataractes et ça gagne plein de sous" !
Eh bien l'ophtalmo qui  prend  le temps de regarder votre AIC et qui le trouve fermé, il sauve votre oeil (et même les deux pour le même prix )... Et pour regarder un angle il faut le vouloir, c'est difficile, parce qu'il faut poser un verre sur l'oeil, que la plupart des malades n'apprécient pas et se débattent plus par appréhension que par douleur et que même quand le malade est sage comme une image ce n'est pas simple pour l'ophtalmo d'interpréter ce qu'il voit.
Or de ce que nous interprétons découle la suite des événements :
Si l'angle est ouvert, c'est cool et le patient est juste mécontent de s'être laissé poser un verre sur les yeux alors qu'il venait "juste pour des lunettes".
Si l'angle est limite ou fermé commencent les explications et les négociations :  il va falloir "imager" (avec un OCT ou un UBM ou au pentacam ) ,



expliquer au patient qui se trouve très bien comme ça, qui voulait seulement des lunettes, qu'il vit avec une épée de Damoclès au dessus de la tête et enfin le convaincre d'accepter qu'on fasse un petit trou au laser dans son iris.(en termes techniques : iridotomie)
Les explications sont donc souvent longues et laborieuses même en s'aidant de dessins. Il  faut souvent aller jusqu'à lui décrire la crise de glaucome aigu par fermeture de l'angle pour le convaincre.

L'iridotomie au laser se fait sous anesthésie locale  malade assis à la lampe à fente et bien sûr, on doit poser le verre sur l'oeil.

La crise de glaucome aigu par fermeture de l'angle survient le plus souvent chez des gens  n'ont jamais consulté d'ophtalmologiste( "même à la bourre" un ophtalmo doit jeter un coup d'oeil à la chambre antérieure et évaluer sa profondeur). Elle survient brutalement(c'est une crise me direz vous)
Elle se caractérise classiquement par une douleur type mal de tête à l'oeil, une rougeur de l'oeil (cercle perikératique) , d'une semi mydriase(pupille dilatée) . Les gens décrivent un flou visuel particulier : halos colorés autour des lumières. Enfin la crise peut s'accompagner de nausées voire de vomissements. Bien sûr, certains signes peuvent manquer ou être tronqués (sinon ça serait trop facile !). Quoi qu'il en soit cette crise est une urgence, c'est là maintenant qu'il faut agir et pas laisser passer devant la mamie qui attend depuis 1h pour le renouvellement de ses gouttes pour les yeux qui piquent. Le traitement se démarre au cabinet d'ophtalmologie et se poursuit en hospitalisation urgente. Dans un premier temps on "refroidit la crise" avec collyres et comprimés ou perfusion, dans un deuxième temps quand le calme est revenu on fera l'iridotomie.


à suivre ...? (ce post sera modifié ou complété)
 
et comme toujours un peu de musique pour terminer -----
 
merci à ce très beau site qui montre ce que nous voyons à la lampe à fente sur un oeil normal
       merci à Glaucome.net  et au site de la société française du glaucome  le glaucome.fr
Quelques images ont été empruntées au livre du Pr Denis Atlas des glaucomes (lab Alcon)
lire aussi l'article de Thoracotomie