dimanche 26 mai 2013

vendre son âme ...

Je n'ai jamais eu à traiter ce sujet pendant mon année de philo et encore moins pendant mes études de médecine.
Il m'est arrivé de me poser la question et je ne pense pas être le seul : suis je achetable et à partir de combien d'euros suis je achetable ?



Sans doute ferais je mieux de me mettre à cette saloperie de déclaration de revenus devant laquelle je bloque, et pourtant je sais qu'au vu de mes revenus, mes impôts seront légers.
Ah, comme j'aimerais chercher, tel le Cahuzac  moyen, comment défiscaliser, à la seule différence que moi, je le ferais dans la légalité et la transparence !
Il y a longtemps, j'ai voulu bazarder tous mes biens pour redémarrer ma vie à zéro. J'ai fait savoir dans mon entourage que je mettrais  peut être en vente cabinet et maison. Très vite, un confrère pour qui j'avais peu d'estime (car plus financier que confrère) m'a dit qu'il connaissait un parisien qui serait intéressé par le tout. C'était l'époque où on pouvait encore revendre un cabinet d'ophtalmologie et "le droit de présentation à la clientèle".
 Je me souviens d'avoir mentalement évalué le juste prix de la maison et du cabinet et d'avoir doublé cette valeur et je n'ai pu qu'articuler :" ce sera cher, très cher...", sans donner de chiffre. En face, on a répondu "l'argent ne sera pas un problème" et là... j'ai demandé à réfléchir. 
Je me souviens du malaise et de l'angoisse ressentis ; je revoyais cet extrait du film "le jouet" où un patron achète  par caprice une maison  plusieurs fois sa valeur à la seule condition que les habitants l'évacuent là, immédiatement, tout de suite.
 Je me suis vu expliquer à mes fils que j'avais accepté de tout vendre, que nous allions être deux fois plus riches qu'avant, mais que j'avais vendu  la maison de leur enfance et surtout mon âme.
C'est cette peur qui m'envahit encore, rien qu'en écrivant ces lignes, qui me permet d'affirmer que je crois, j'espère, je veux, être ni à vendre, ni achetable.
Qu'aujourd'hui une ministre d'un gouvernement que j'ai appelé de mes voeux ose supposer qu'un labo pourrait acheter la moindre de mes prescriptions pour 10€ est donc une terrible  insulte.
J'ai déjà expliqué mes rapports troubles, forcément troubles, avec les laboratoires  puisqu'aucun enseignement intéressant  en ophtalmologie  quel que soit le prix d'inscription à un congrès n'est "labo free". 
Dira t'on que j'ai vendu mon âme pour exercer ma spécialité ?
C'est peut être vrai, je ne crois  pas avoir eu le choix. 
Alors qu'on diminue les cadeaux des laboratoires, franchement je m'en fiche,  je peux m'offrir des stylos, des blocs papier, des clés USB, ma collection de sacs "made in china" de toutes sortes est énorme, et je n'ai pas pris le temps de lire les livres extrêmement intéressants que j'ai reçus. Je passerai  sur les quelques posters explicatifs de ma salle d'attente en supposant que leur valeur marchande est inférieure à 10€ (ou alors le labo s'est fait pigeonner). Et puis ça m'arrange bien de constater que depuis que le nombre de visiteurs médicaux a diminué, j'ai plus de temps à consacrer à mes patients. 
Et je souhaite bon courage aux employés de pôle emploi pour recaser ces joyeux commerciaux.
Jusqu'à présent,  je croyais naïvement que le rôle d'un ministre de la santé était de gérer au mieux la santé des citoyens. 
Je n'imaginais pas que sa fonction l'autorisait à insulter ceux dont le métier est de soigner les citoyens en question.
(plus de précisions sur ce site avec cet article du Dr Marty : le prix du mépris )

Des ministres de la santé qui se sont succédés depuis mon installation, je n'ai le souvenir que de quelques uns. L'actuelle ministre se dégage du lot. Est il possible de faire pire ?
 Une bouteille de champagne, payée de nos deniers,  plus grosse que celle qui a fêté l'élection de François Hollande (et surtout le départ de l'autre) attend avec impatience la sortie du gouvernement de cette ministre.
"Faut pas gâcher !" il est connu que le champagne ne se garde pas longtemps ! 





 sur les labos et la façon dont on veut nous chiper notre âme j'ai bien aimé ce billet trouvé au hasard de mes pérérinations sur twitter 
http://lesgrosmaux.wordpress.com/2013/05/26/les-visiteuses-medicales/ 

12 commentaires:

  1. Vendre son âme? Le peut-on, comme Faust? encore faut-il savoir ce que c#est son âme, non? Je pense que le bats blesse, le monde actuel est tellement abusé, changeant et bougeant que le temps à la réflexion manque - tout doit être et aller de plus en plus vite, comme la technologie, le progrès virtuel, etc et ainsi permettre aux inaptes/incapables de politiciens obtenir des hautes fonctions et pour cacher leur nullité, que de plus facile à se choisir une cible: en l’occurrence vous les pauvres médecins.

    Personnellement, je suis de l'avis que nombreux politiciens ont aussi des conflits d’intérêts entre leur promesse envers les Citoyens et le lobby des divers branches industrielles, commerciales ou financières. Idem pour les journalistes n'y a-t-il pas là aussi un conflit d'intérêt lorsque un article parle sur une entreprise qui est un gros clients de pub pour la presse écrite ou l’audio-visuel? Le journaliste pourra et fera-t'il correctement son travail? J'en doute fortement qu'il aille à écrire une seule ligne négative sur celui qui fait vivre son "outil" de travail.

    Ce qui est sûre vous n'êtes pas vendables - en tout cas pas pour des sous, pour un sourire de vos proches, le bien-être d#eux je ne sais pas...

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  2. merci pour votre commentaire chantal
    hier il y a eu une mini discussion à ce sujet des laboratoires sur un forum il y a 2 camps extrèmes les "tout labos " (médecins qui ne se posent aucune question quant à leurs rapports avec les labos et les "no labos" dont j'ai essayé de faire partie dans ma jeunesse et c'est absolument impossible actuellement en ophtalmo
    je ne suis pas sûr que les "anti labos" (qui disent que nous sommes manipulés ex D Dupagne du site atoute http://www.atoute.org/n/Soutenez-la-transparence-n-ayez.html) sachent résister aux pubs qui les agressent partout dans leur quotidien
    je reste néanmoins proche de ces "chevaliers blancs" et lirai peut être un jour le livre que conseille D Dupagne à ce sujet

    http://www.amazon.fr/Petit-trait%C3%A9-manipulation-lusage-honn%C3%AAtes/dp/2706110449

    je vais renouveler mon adhésion à casseurs de pub ;-)
    bonne journée Chantal et merci pour votre commentaire

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir Zigmund,

    de rien. Je pense que rien n#est tout blanc, tout noir mais il faut être conscient de cela. essayer de comprendre, réfléchir sur un fait, un produit, une présentation demande des efforts et il est bien plus simple soit de tout accepter, soit tout rejeter.

    J'essaye de comprendre, de voir les divers nuance - je n'arrive que rarement mais je n’accepte / adopte pas immédiatement l'opinion ou le discours d'un tiers comme la Vérité absolue. Je me dits seulement OK relatif jusqu’à preuve du contraire, bref le discours reste ouvert à long terme.

    Je crois là est aussi la source du problème que je n'arrive peu avec les autres humains à être en contact. D#un coté, je suis un peu réservé, timoré jadis (cela se soigne avec l'âge), d'un autre je m'intéresse un peu à tout en tentant de comprendre les divers aspects du faits/problème. Ca, les gens n#arrivent point apparemment à me suivre ou comprendre, à part mon père. Les livres lu, je ne crois pas tout, uniquement le "jusqu'à preuve du contraire" et le "si seulement 10% du contenu soit vrai" - un petit roman policier pour se détendre avant d'y replonger. Non, là je lis la biographie de Hylari, 1953 Mount Everest! et le livre de Joe Simpson. Si j'avais 20 ans de moins... je crois que je tenterais l'aventure des Montagnes.

    Quand à revenir sur les labo pharmacologiques - eux ont trouver un moyen de contourner les médecins et de limoger ainsi des représentants grâce aux associations selon la maladie ou les forums, soit le Net. Ainsi, au lieu du Labo = médecin = Patient, le schéma du 21e siècle est Labo = Patient = Médecin car en contactant directement le malade qui demandera à son médecin de lui prescrire ce produit miraculeux, le labo gagne en manipulation qu'en allant visiter le médecin.

    On en parle un peu, de ce fait, en Allemagne. Je ne sais point si c'est le cas en France. Aussi les labo font des dons à certains associations de malade - est-ce toujours dans un but humanitaire? J'en doute un peu fortement. Cela ressemble un peu les stands avec cadeaux dont vous parlez de temps en temps. Donc, le conflit intérêt existe partout, à tout niveau et chez chacun ou chaque partie! Jusqu’à un certain degrés je l'accepte, la loi du commerce oblige mais quand cette loi oublie les lois sociales et humaines il y en a un abus.

    Bonne continuation et bonne soirée

    RépondreSupprimer
  4. Pas de grand discours, juste vous dire que j'aime lire votre blog, j'aime bien votre point de vue...bonne continuation

    RépondreSupprimer
  5. @chantal : merci Chantal et bon week end
    @anonyme soyez bienvenu ici et merci. si le but était de me faire rougir c'est réussi. :-)
    @les gros maux : j'ai vraiment aimé votre description des visiteuses médicales et alors que je venais d'ajouter le lien, j'en ai reçu une comme ça(très sympa par ailleurs) mais une caricature ...malheureusement, comme elle s'habille de façon assez originale, je ne peux me permettre de la décrire ; mais pendant tout l' entretien je n'arrêtais pas de penser qu'il faudrait que je la prenne en photo

    RépondreSupprimer
  6. Cette situation me remet en mémoire civers films sur la corruption de chacun....
    Mais l'exploitation de la situation des uns au profit d'un autre est la pire des situations.
    J'ai une chance inouïe : je ne possède rien. Euh... si la seule chose que j'ai est mon intégrité vis à vis de ma profession. J'ai fait toutes les manifs jusqu'en 2003 et je ne supporte pas lorsque l'on me propose le Smic pour mon travail, surtout avec la responsabilité pénale et professionnelle associée. Faut pas me prendre la seule chose qu'il me reste pour rentabiliser les poches d'un hypocrite.
    Bon, je ne vais pas refaire le monde mais je te comprends. C'est tout.
    Bises kinia

    RépondreSupprimer
  7. bien sûr je sais qu'au fond personne n'est à l'abri de la corruption... il m'arrive de renoncer à certaines subventions pour des associations pour des raisons éthiques : pour une asso de musique un grand magasin avait subventionné le spectacle de fin d'année et sur le piano avait été collé en énorme le logo du "mécène" et en réunion après j'avais exprimé haut et fort mon désaccord
    concernant mon métier je crois que finalement et paradoxalement je me suis suffisamment "appauvri" pour ne plus être corruptible.
    J'avais également arrêté de manifester en 2003 quand j'ai vu mes collègues rentrer dans le rang après une ridicule augmentation du CS. Si je reprends le combat aujourd'hui c'est parce que la ministre et les médias nous insultent en nous traitant de nantis. Je ne crois pas aux statistiques et aux moyennes de bénéfices des médecins et des ophtalmologistes : même si je bossais 70 h/semaine je n'arriverais pas à la partie basse de la fourchette de bénéfices. là aussi c'est une insulte.

    RépondreSupprimer
  8. décidément, cette MST t'aura fait beaucoup écrire...
    en tout cas, moi je sais pourquoi tu ne vends pas ton âme, c'est que tu n'as pas de prix, tu es unique ! :-)

    RépondreSupprimer
  9. elle hait ces initiales c'est pour moi un plaisir de les lui renvoyer et de préférence sans majuscule
    il est préférable de se débarrasser des mst c'est bien connu
    merci à toi m2K je reconnais un rapport trouble à l'argent,je ne crois pas être un cas isolé, je pense qu'il est sain d'en être conscient. Pour un médecin qui tire ses revenus de la maladie ou de la souffrance des autres (mais aussi heureusement de la prévention ou du soin ) le problème moral est amplifié en qq sorte
    bon tout ça c'est peut être de la psy de comptoir et tu me dis où je t'envoie le chèque pour la consultation :-)) bises m2K

    RépondreSupprimer
  10. Excellent article cher confrère, c'est un questionnement qui n'a pas de prix... C'est un réel plaisir de voir qu'il y a encore beaucoup de confrères qui se questionnent.
    J'ai toujours cru en la justesse de ces mots : "Posez vous les bonnes questions et vous aurez les bonnes réponses.. mais je crois que ces mots seraient plus justes : " N'ayez pas peur de vous poser les bonnes questions sans craindre les réponses…" Yohann G. alias Vaincre la maladie (FB) alias @DocMouseandco (twitter)
    .Encore merci pour cet article Zigmund

    RépondreSupprimer
  11. Merci aussi à toi Yohann pour ton dynamisme et pour ton soutien et bravo pour tes affiches

    RépondreSupprimer

c'est à vous de réagir ....