vendredi 5 juillet 2013

quand je pense à Fernande ...


Fernande, 75 printemps,  n'est pas une vraie Léontine. Elle est vive, répond bien aux questions ...
Depuis 15 ans je mène une lutte acharnée contre ses préjugés.

Monophtalme (un seul oeil voyant) elle refuse de porter des verres incassables et exige des verres en verre parce qu'ils ne se rayent pas.
Ben oui, mais Fernande, moi je te dis que les verres incassables protègeront ton bon oeil contre le moindre choc alors que le verre minéral  cassable pourrait blesser  ton oeil en cas de choc violent.
Il est vrai qu'elle n'est pas complètement monophtalme : le mauvais oeil a une cataracte qui donnerait des démangeaisons à tout chirurgien normalement constitué, elle pourrait peut être récupérer 1 ou 2 /10 ...mais quelqu'un lui a dit que c'était foutu et du coup elle refuse qu'on pose la question de l'opération à un chirurgien.
Et pour me pourrir l'existence, elle a un glaucome...
J'avais démarré par un traitement par collyre béta bloquant...qu'elle instillait un jour sur deux, sous prétexte que quand elle mettait  les gouttes, "ça la brouillait". Et quelques mois plus tard elle a  accusé le traitement de lui provoquer des insomnies.
J'ai "switché" par un autre collyre mais elle m'annonce fièrement que son MG homéopathe lui a remplacé  tous ses traitements (cholestérol, HTA) par des jolis granules et qu'elle aimerait bien que je fasse pareil parce que le nouveau collyre elle n'en veut pas.
Je fatigue... je n'ai même pas la force de lui proposer de faire un champ visuel : elle n'aura pas la patience  et ce sera du grand n'importe quoi !
Et la pression oculaire est toujours forte et je flippe.
Dans un dernier sursaut, j'ai récemment  prescrit une prostaglandine en collyre ...Elle m'annonce qu'elle l'a instillé 3 fois, (en 6 mois! ) car elle a lu la notice  et a pointé tous les effets indésirables du médicament  même les plus rares, même ceux dont je n'ai jamais entendu parler : comme l'inflammation des glandes salivaires, les insomnies, les bourdonnements d'oreille... Elle a eu tous les effets indésirables du catalogue.(sauf la pigmentation de l'iris et la pousse des cils que 3 malheureuses gouttes n'ont pas eu le temps de provoquer).
Consterné, je l'écoute en prévoyant de la cafter par une belle lettre à son MG,  et c'est là qu'elle m'assène le coup de grâce : "mon médecin traitant m'a prescrit un traitement homéopathique pour le "glucome" il m'a montré ...c'est écrit dessus ! alors vos gouttes j'en veux pas, et je veux pas que vous regardiez mon fond d'oeil parce qu'après je vois brouillé toute la soirée..." 
C'est bien... je salue l'effort,  elle a accepté que je mesure sa pression oculaire et, perfidement, je l'ai  quand même dilatée en douce pour regarder sa papille déjà excavée.(donc vision en danger si on ne traite pas)
 J'aurais du lui parler de Félicie  qui faisait contrôler ses lunettes par son opticien et que le glaucome passé inaperçu pendant des années a rendue presque aveugle, sans retour en arrière possible. 
J'aurais du lui parler d'Eléonore qui refusait le traitement ; elle est maintenant aveugle d'un côté par thrombose de la veine centrale de la rétine et l'autre côté est à peine mieux.
-(si glaucome m'était conté n°3)
-le partage de l'angoisse 

Mais voilà, Fernande ne m'a pas laissé en caser une, et la pharmacopée du glaucome a ses limites. 
La moindre tentative serait considérée comme une critique de son médecin homéopathe.
 J'ai parlé de laser : aucune réaction, j'ai osé le mot de chirurgie (mais une  trabeculectomie = chirurgie du glaucome sur oeil unique sera difficile à gérer, si je trouve un chirurgien courageux) : de toutes façons, elle ne veut rien, persuadée que les granules la protègent parfaitement.
Restent le whisky ou l'herbe qui fait rigoler : je me vois mal proposer ce genre de traitement qui certes fait baisser la pression intra oculaire, mais, outre le manque d'études comparatives, c'est un coup à se retrouver au tribunal.
Elle est donc repartie sans traitement et moi je suis resté avec un gros sentiment de culpabilité.
Quand je pense à Fernande ... je flippe un max. 

et la chanson qui vous trotte dans la tête est là


5 commentaires:

  1. Cher Zigmund,
    si Fernande ne veut point se rendre compte de la gravité de la situation, vous ne pouvez rien. Seulement, peut-on dire heureusement que Fernande n'a pas 20 ans! Mais je me demande pourquoi, elle vous consulte si elle refuse apparemment tout?!

    Je trouve ce médecin homéopathie bien plus responsable dans cette affaire. Mais bon, mon père disait toujours un chameau reste un chameau (une de ses belle-mère prenait son traitement contre la TA avec un café très fort ou un petit verre d'alcool, mais pas régulièrement un coup elle prend, un coup ne prend point ses médicaments)

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  2. Soyons encore plus cruel que son MG : faites un signalement aux services sociaux pour la placer sous tutelle ...

    RépondreSupprimer
  3. @chantal je n'ai rien contre l'homéopathie mais je doute fortement ici et je me vois mal en discuter avec le confrère
    fernande vient me voir peu souvent assez pour que je m'angoisse
    @calamiite j'ai pensé hurler et la mettre dehors jouer letoubib tout puissant qui refuse toute discussion : c'est" mon traitement ou la porte" et j'ai pas pu ...

    RépondreSupprimer
  4. Hum, ça me fait penser à ma grand-mère (qui va vers ses 90 ans...). Fernande entend certainement ce qu'elle veut entendre de l'homéopathe, elle entend ce qui la rassure... A part lui dire avec franchise les risques qu'elle prend, travailler collectivement avec l'homéopathe si c'est possible et respecter ses choix, il n'y a pas grand-chose à faire... Je conçois que pour un médecin, ça doit être difficile d'être impuissant à soigner...

    RépondreSupprimer
  5. discuter avec le MG homéopathe est la seule solution et lui demander d'essayer de convaincre la patiente de la nécessité d'un traitement et des risques mais ça prendra du temps...

    RépondreSupprimer

c'est à vous de réagir ....