mercredi 9 mars 2016

Une victoire en clair obscur

"Le monde est un jeu de go dont les règles ont été inutilement simplifiées" (Pierre Aroutcheff)


C'était il y a longtemps : Antoine alors âgé de 30  ans, l'un des meilleurs joueurs français de go du moment, et informaticien déclarait "je pense que de toute ma vie je ne verrai pas un logiciel de go capable de me battre". Il disait ça après avoir mis la pâtée au meilleur logiciel de l'époque à qui il avait offert plein de pierres de handicap.
Antoine, je t'espère  vivant, avec deux yeux, et en bonne santé car, tu le sais sans doute,  le monde du go est sous le choc : un logiciel  vient de battre  Fan Hui le champion d'Europe par cinq parties à zéro et le champion du monde, un Coréen vient de perdre sa première partie contre le monstre d'intelligence artificielle. (Lee Se -Dol)
Dans un premier temps, le réflexe  du joueur de go  moyen ou ras de terre est de se réjouir : c'est un pas énorme dans l'intelligence artificielle.
"Le jour où  nous pourrons donner à un ordinateur jouant au go, l'envie de gagner, croyez moi, l'ordinateur tremblera en posant ses pierres sur le goban" (je recherche désespérément la citation exacte et l'auteur de cette citation)

Au début du siècle,  le monde du go s'était trouvé boosté par un manga et un anime Hikaru no go  et  l'impossible "coup de Dieu" hantait les rêves des joueurs.

Alors pourquoi ce goût amer ?
D'abord on peut s'inquiéter de l'utilisation de cette forme d'intelligence artificielle à des fins moins nobles que le go qui, rappelons le, est un jeu de stratégie et de guerre. 
Tout joueur moyen ou même faible est  à peu près capable d'appréhender le long  chemin qui le sépare d'un joueur fort, chemin qui nécessiterait plusieurs vies ;  mais il est impossible à un joueur moyen de comprendre le jeu d'un très fort joueur professionnel. 
Le chemin du go est infini  le joueur pro est  très très très loin devant,   mais l'ordi vient de faire un saut inimaginable  qui laisse les meilleurs bien  proches de la base. Un peu comme si l'infini s'éloignait au fur et à mesure qu'on tente d' avancer vers lui.
On se dit : à quoi bon se prendre la tête à apprendre des josekis (débuts de partie) des tsumego (problèmes de vie et de mort) si les meilleurs d'entre nous, (ceux qui sont tellement près du sommet qu'ils ne peuvent même pas nous tirer vers eux en nous enseignant)  tombent comme des mouches ? 
La mariée est trop belle ! Quel joueur de go moyen acceptera de se laisser humilier par cette magnifique et terrible "machine" ?  
Il m'est arrivé de jouer au bras de fer contre des types bien plus forts que moi en sachant que je n'avais aucune chance (mais en gardant cette lueur d'espoir insensée au fond de moi, chose que je résumais par "je ne crois pas aux voies sans issue")  mais  personne ne joue au bras de fer avec ou contre une pelleteuse...
Je regarderai les parties jouées, j'essaierai de comprendre les réponses de l'être humain, puis je retournerai à mes études de josekis de tsumego et  je continuerai à me battre sur KGS contre de vrais humains qui me feront trembler de peur mais moins que cette terrifiante chose. 
PS  posts sur le go 

et 1 post go et baguette :
  vous imaginez un post Baguette free ? c'est raté ! 









2 commentaires:

  1. Je ne connais rien au jeu de Go et je ne suis pas informaticien. Mais je me suis toujours intéressé à l'intelligence artificielle. J'imagine donc bien que ton ami ait pu penser à l'époque que tu évoques que jamais un ordinateur ne pourrait battre un grand joueur de Go, au vu des programmes d'IA existants.
    Mais je crains fort qu'il ait manqué d'imagination : certes, à l'époque les capacités mémoire, les vitesses d'exécution étaient bien trop faibles pour espérer un tel résultat, d'autant que les programmes existants ne faisaient que reproduire les schémas de pensée de leurs programmeurs. Mais aujourd'hui, si on dispose de moyens suffisants, on peut demander à la machine de jouer d'innombrables parties contre elle-même et d'affiner au fur et à mesure sa stratégie de départ.
    Ce qui est réconfortant dans cette méthode, c'est de pouvoir constater qu'au cours de ces innombrables parties c'est aussi l'ordinateur qui perd quand il gagne :-)
    Pour le reste, ça fait longtemps que les ordis foutent la merde dans notre monde, y a qu'à penser à ceux qui jouent en bourse tout seuls...
    Amitiés !

    RépondreSupprimer
  2. Beaucoup de joueurs de go français sont informaticiens à l'époque de la déclaration d'Antoine certains m'expliquaient pourquoi le go résistait à l'informatisation à un haut niveau.
    Nous petits joueurs humains perdons énormément de parties et essayons de comprendre à quel endroit l'autre a pris le dessus . malgré cet apprentissage qui oblige à faire taire son égo, nous reproduisons souvent , parfois les mm bugs . comme tu le dis c'est réconfortant que l'ordi perde fois sur contre lui même :-)
    quant aux ordis qui jouent en bourse je me pose une question quand les traders auront complètement disparu avec les tripes de quel ordinateur pendrons nous les derniers financiers au matin du Grand Soir ?

    RépondreSupprimer

c'est à vous de réagir ....