Affichage des articles dont le libellé est musique. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est musique. Afficher tous les articles

dimanche 16 août 2015

la loi de santé et l'ouverture des bibliothèques le dimanche


Après bientôt trois ans de #BaguetteNantis et de lutte contre la loi santé, il m'arrive encore de m'étonner ou d'être peiné par l'incompréhension qui entoure notre combat.
Le plus désolant est sans doute le balayage d'un revers de main par les proches. Pa et Frère sont là dessus en première ligne : Pa Zigmund me donne tort à priori, et me laisse rarement terminer mes explications,  Ptit Frère fait un réel  effort d'écoute mais il est aveuglé en quelque sorte par des années de soutien au parti au pouvoir.

samedi 3 mai 2014

Trois pianos et un basson

(un petit retour éclair aux défis parce que la consigne #296 me plait )

Le piano trônait  en bonne place dans le salon, il était pour moi.
J'ai eu du mal à comprendre pourquoi, alors que j'avais opté pour la  harpe, mes parents avaient choisi le piano.
Comme j'étais un garçon docile, quoique peu doué, j'ai suivi sagement les cours de solfège du conservatoire.
Je me souviens qu'à l'examen oral de fin d'année mon prof a murmuré à l'un des examinateurs que malgré mon niveau assez minable, ce serait mieux de me faire passer dans la classe supérieure et de me laisser commencer le piano.
Il avait raison, le résultat de l'examen n'avait déjà plus aucune importance : je savais tapoter le début de la toccata de Bach ... et nous sommes partis sans retour possible en abandonnant le piano et la maison avec.
Par la suite, je retrouve un nouveau piano et je reprends l'étude avec un nouveau professeur. Je découvre les gammes de la méthode Hanon... je dois être maso  ... j'aime ce genre d'exercices  qui vident la tête et j'aime aussi étudier le solfège. Je malmène les classiques : le gai laboureur, la lettre à Elise, le concerto d'Albeniz et  une polonaise de Chopin, mais je refuse de jouer la marche turque de Mozart que j'écoute en boucle  de peur de l'abimer.
Dans une cage près du piano un mandarin chante dès que je me m'installe devant l'instrument. 
Les années passent, mes progrès sont faibles, mon prof est trop coulant, mes études ont pris le dessus.
C'est ma grand mère qui prend ma place : elle chante dans un dialecte arabe-hébreu les chansons de Lili Bonniche ou  de Reinette l'Oranaise ...et toute ma vie je m'en voudrai de ne pas avoir enregistré et photographié ces  moments de grâce. 
Une fois de plus, je laisse mon piano derrière moi pour plonger dans les études de médecine.
Bien plus tard, les sous me manquent pour racheter un piano, en attendant, je reprends à zéro les études de solfège, et je loue un basson ...
La maison résonne d'opéras, de musique baroque, ou contemporaine ;  je me fais régulièrement la promesse de travailler plus sérieusement, mais le temps se rétrécit.
Le piano qui revient  un jour dans la maison est un cadeau  posthume de ma grand mère. Sa photo est posée en permanence sur l'instrument.
Reste cette émotion intacte quand je regarde cette image, que j'essaie maladroitement  de retrouver sous mes doigts les musiques de ma jeunesse, et que je pense à ce premier piano resté de l'autre côté de la mer.
(https://www.youtube.com/watch?v=J7TNPXwnOXI


PS  pardon d'avoir  usé et abusé des liens 

mercredi 28 janvier 2009

bach pas bidon


28 Janvier 2009 , Rédigé par ZigmundPublié dans #bonheurs divers




Ce soir là, dans le cadre de la folle journée, ils sont 19 musiciens, plus le chef d'orchestre.
Ils s'apellent Renegades steel band, ils viennent de Trinidad, et ils peuvent tout jouer : reaggae, jazz, classique, sur leurs drôles de tambours qui ressemblent à des bidons.
Ce soir là, Jean Sebastien Bach est au programme, l'an dernier ils avaient joué Schubert.
On écoute, on regarde, on se demande comment c'est possible d'obtenir un son de trompette d'orgue ou de cordes, avec un instrument à percussion(enfin au départ ...c'était sensé être un instrument à percussion) . C'est excellent, très beau. 
Les musiciens placés de face ont deux tambours qui donnent des sons aigus ; sur les côtés, chaque  musicien joue sur 4 bidons avec une possibilité de 36 notes (par bidon?). Ils sont certes statiques mais c'est pas de la samba...(c'est plutôt avec Bach ! ).
 En  fait l'instrument s'apelle un steel pan ou steel drum, abrégé en "pan",(pan=bidon en anglais) il a été proclamé instrument national à Trinidad et Tobago(dans les Caraïbes).
J'ai cherché un lien sympa   mais je n'ai pas trouvé  de liens avec des musiques classiques.
J'aurais adoré écouter de nouveau leur interprétation de la toccata ou de la messe en si. 
Lâchez tout et allez les voir et les écouter, s'ils viennent dans votre ville !