Affichage des articles dont le libellé est tai chi. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est tai chi. Afficher tous les articles

mercredi 2 août 2017

mardi 28 juillet 2015

bref retour au camping

 Ce petit morceau de vacances démarrait comme une délocalisation de la Table ...
Pour ces quatre jours de camping, j'avais  limité la charge ...

vendredi 1 août 2014

les spirales se suivent

L'été est  aussi traitre que le Hollande moyen : porteur d'espoirs fous, le voilà  déjà à mi parcours et force est de constater qu'il n'a pas tenu ses  promesses.    
Ces joyeuses tablées qu'on se proposait de faire avec les amis dans le jardin ... mais non,  il faisait trop chaud ou il pleuvait trop, ou j'étais rentré trop tard, avec juste la force de "me légumer" devant la télé avec mon ordi sur les genoux.
L'été est déjà fini dans ma tête,  alors que je ne suis  même pas vraiment  parti en vacances.  
Pourtant, quand je n'ai pas essayé de ranger la Table,  j'ai eu "du temps libre"... un peu ...beaucoup

J'ai traversé le pays dans tous les sens  pour me rendre à deux mariages (depuis plusieurs années, je milite pour l'interdiction des mariages en été...).Au retour de ces agapes, Mouloud mon Iphone a chu bêtement et a été adopté par quelqu'un d'autre."Cette peine n'est pas une autre" disait Ma, néanmoins j'ai comme un gros manque, là.
 -----------



J'ai redécouvert les spirales,  grâce à un twittami belge qui m'envoie de superbes photos de spirales et  d'escaliers en colimaçon.
Et puis, comme j'ai eu la chance de ne pas avoir de lumbago cette année  j'ai pu tenter de mettre en pratique les mouvements spiralés du bassin pour améliorer ma confrontation à l'autre dans le tui shou. -
Plus facile à dire qu'à faire : encore quelques décennies et je devrais m'améliorer....
Retour à la maison pleine de jeunes amis, de toutes nationalités. Nous avons construit un barbecue éphémère dans le jardin et dégustons des plats improbables 
Le figuier croule sous les fruits mûrs cette année. Cest à moi que revient la surveillance de la cuisson des confitures,  la cuillère de bois  dessine des spirales dans le mélange sucré qui cuit dans la grande bassine en cuivre, mes lunettes s'embuent et  l'odeur des confitures d'abricots à la lavande et de figues embaume la maison.
Carpe diem...


----  

mercredi 31 juillet 2013

Pause

Je voudrais que ça ne dure pas trop longtemps, mais ce blog passe en mode pause pour cause de lumbago qui fait super mal.
Les trois jours passés a pratiquer le tai chi ont été heureux et la douleur ayant pratiquement disparu, je me préparais à faire un post sur les bienfaits de cette discipline et sur le bonheur que m'ont procuré ces quelques jours.  
La douleur est réapparue après mon retour, bien plus violente qu'avant  : on pourrait la coter 8/10 sur l'échelle de Richter des douleurs. Le saut léger de Zigmund chat sur le lit, l'idée même d'un mouvement, suffisent à la déclencher.
La douleur dentaire pourrait lui être comparée mais elle n'empêche pas de marcher. 
Il me faut 10 minutes pour sortir du lit ( sans aide ) et 20 minutes pour m'habiller. Chaque geste est calculé, chaque effort est un supplice. J ai réussi à retourner travailler mais j'ignore si j arriverai à consulter longtemps dans ces conditions. 
 Eh, les malades, si vous pouviez m'éviter pendant quelques jours vos litanies sur vos yeux qui gratouillent  ou les consultations en urgence pour lunettes de soleil cassées, ce serait sympa ...parce que là, présentement, je suis pas sûr de faire dans la compassion !
Je déprime de voir mon été bousillé par cette douleur, je n'ai plus la force d'utiliser mon temps libre à faire l'administratif (la table, on n'en parle même pas !) je m'angoisse de l'effet retardé des médicaments, je  m'agace des conseils parfois judicieux : change ton siège de travail, ton matelas, vas voir un kiné, un ostéopathe, un rhumatologue, un acupuncteur, un magicien ... d'abord ceux que je connais sont tous en vacances ou loin, et mes consultations  même allégées pour cause d'été, qui les assurera pendant que j'irai me faire soigner ? Je suis coincé à tous les niveaux ; si j'avais été salarié j'aurais eu un mois d'arrêt maladie minimum(d'ailleurs ça fera bientôt un mois...)
Mes passages sur internet se font rares à cause de ça, je passe silencieusement sur quelques blogs et je m'endors assez tôt, écrasé par les traitements, avec le fol espoir qu'être "raisonnable" hâtera la guérison...
Voilà pourquoi mes commentaires chez vous vont se faire rares. Voilà pourquoi la #Baguette des #Nantis  arrive  en vrac et dans le désordre sur Twitter.
Comme un malheur n'arrive jamais seul, Elvis notre chat roux pas futé mais sympa est tombé malade et nous nous demandons si le véto n'a pas voulu qu'il meure chez nous en nous le rendant  après cinq jours de perfusions : il fait vraiment peine à voir, je le nourris de force avec des morceaux de poulet, et il passe ses journées sur un tas de feuilles près de la cuisine.



Il y a bien sûr d'autres soucis qu'il est inutile de détailler
Peut être que c'est de là que vient l'expression "en avoir plein le dos"...
A bientôt 


mercredi 24 juillet 2013

Monsieur Lumbago et Madame Arthrose

Je regarde ma nouvelle tente qui devait me servir demain pour ces  4 jours de rencontres internationales de tai chi. 
Elle ne sortira pas de sa housse cette année. 
Depuis mon  passage aux "affranchis, je me traîne un lumbago. 
Chaque matin, la seule idée de devoir bouger du lit me  déclenche une contracture  atroce, et il me faut l'aide de Gabrielle pour sortir du lit.
Et une demi d'heure après, tout rentre dans l'ordre et je n'ai plus mal pendant toute la journée.
J'ai cru qu'un peu de repos et des traitements régleraient le problème, j'ai fait des efforts pour m'allonger plus souvent, j'ai accepté de me bourrer de médicaments mais, après 15 jours, je souffre toujours autant. 
La seule amélioration est que depuis deux jours, j'arrive à peu près à me lever tout seul le matin.
Bref,  j'enrage, et je sais déjà que mes rencontres de tai chi que j'attends avec impatience toute l'année tombent partiellement à l'eau : hébergement en dur, donc loin des copains, interdiction de se battre pratiquer le tui shou, pas question de danser,  autorisation d'assister aux cours à condition de choisir les mouvements autorisés.
-------(comme d'hab j'assume pleinement la kitchitude de cette vidéo)-
Mon image mentale fantasmée de  pratiquant d'arts martiaux s'écroule progressivement pour laisser la place à mon image réelle d'un papy fatigué et voûté. Mes articulations ont décidé de me faire payer cher  mon dogme de "no sport" clamé haut et fort pendant la plus grande partie de mon existence. 
Néanmoins, pas question de me plaindre : j'ai trouvé un hébergement proche de dernière minute, donc,  je vais pouvoir y participer et revoir mes- amis-de-tous-les-ans. 
Et surtout je lis en ce moment le blog de  

@mwyler


rencontrée sur twitter et je ne peux que m'incliner devant son humour et son courage. Cette dérision avec laquelle elle affronte la maladie sera je le souhaite une arme efficace.
Donc, à partir de ce jour, je décide que ce n'est pas une arthrose de rien du tout qui va me miner le moral.
Sur ce, un peu de repos avant le départ prévu demain... 
Et comme dit Ma Zigmund : "cette peine n'est pas une autre".



mardi 23 octobre 2012

Nouvelles du front

Ce fut un WE de m...
Il avait pourtant bien commencé avec ma répétition d'orchestre hebdomadaire où j'avais réussi à placer ma basse sans trop me ridiculiser.
Le dimanche  matin était consacré à un entrainement  d'armes : épée et bâton
Je prévoyais de  me recentrer sur les choses sympas : la musique , le tai chi et quelques trucs moins sympas mais vitaux : le rangement d'un coin de mon cabinet pour accueillir un nouvel appareil et le rangement du désordre endémique de la Table.
Peut être même un petit tour à courir après les cèpes dans la forêt, et le raconter aux défis du samedi (c'est  la consigne de la semaine)  ...
Mais dans l'après midi, un coup de téléphone m'a projetté avec quelques copains dans le rôle du casque bleu entre deux bandes rivales, avec ordre de juger et de trancher rapidement. Un genre d'ultimatum, à la limite du chantage, posé par un ami pour un problème qui ne nous regardait pas.  Nous avons passé l'après midi en coups de fils,  en discussions à essayer de calmer le jeu.
Le lendemain notre manipulation des armes était quelque peu faussée par l'ombre du conflit qui s'envenimait.--
Le dimanche après midi il a fallu poursuivre la tentative de médiation : téléphone, mails, synthèse ...usant !
Le retour au travail lundi a été presque un soulagement.


chers confrères qui passeriez par là
Je vous sens déçus (ou soulagés ?) : au vu du titre vous imaginiez que j'allais aborder le sujet des négociations conventionnelles ?
Non je sais déjà l'issue de ce marché de dupes : la ministre et les mutuelles ont mis le paquet sur les dépassements d'honoraires, les syndicats signeront  et les médecins secteur 1 continueront à galérer pour 23 à 28€
voici le tableau en € constants de la progression du smic comparé à la valeur du cs

CS en euros smic horaire en € constants CS en € constants
 


01/01/1991 19,82 € 6,91 € 27,33 €
01/01/1993 21,34 € 7,06 € 27,54 €
01/01/1995 22,11 € 7,25 € 28,38 €
01/01/1996 22,87 € 7,25 € 28,42 €
01/01/1998 22,87 € 7,58 € 28,83 €
01/01/2000 22,87 € 7,79 € 28,29 €
01/01/2002 23,00 € 7,79 € 27,68 €
30/03/2006 23,00 € 8,96 € 24,91 €
01/07/2007 23,00 € 9,01 € 24,54 €
01/01/2011 23,00 € 9,00 € 23,00 €
     
 
Mais il est temps pour moi de retourner au tai chi avec ou sans armes ...
 
 


lundi 30 juillet 2012

Le Plein et le Vide



Tous les ans, à la même époque,  je pars camper pendant quatre jours et trois nuits. Comme je le répète régulièrement,  depuis que je me suis rangé dans la catégorie quinquas, dormir sous une tente, n'est vraiment pas ma tasse de thé ; j'aime mon lit et je suis attaché à un minimum de confort petit bourgeois.
Ceux qui assistent à mon départ pour ces rencontres de tai chi chuan sont en général stupéfaits de tout ce que je case dans ma voiture pour ces quelques jours : outre la tente huit places pour moi tout seul, mon nouveau super matelas gonflable 47 cm d'épaisseur qui permet de s'assoir comme sur un vrai lit, les livres, le matériel pour le petit déjeuner, les armes(épée, sabres, bâtons), j'emporte plus de vêtements qu'il n'est nécessaire (parce qu'on se salit énormément), des livres des CD , deux cerfs volants, des jeux de société ... Bref la pauvre voiture croule et lorsqu'elle est pleine comme un oeuf,  je me décide à partir sous les regards effarés de Gabrielle et des autres escalators.
Si j'ai du mal à quitter la maison, une fois passé la limite de la ville, sur le  lecteur CD de la voiture une chanson de Louise attaque marque le début des vacances et je martelle le rythme au volant, il fait beau ...YESSSSSSS!!!



Peu avant l'arrivée au camping, je constate que j'ai embarqué un alien,  passager clandestin hostile, tapi dans le dossier de mon siège : un genre de saloperie de  bourdon  dont les piqûres l'une dans le dos l'autre à la main se révèlent extrêmement douloureuses. Je crains un moment la réaction allergique et après mise à mort de l'intrus, je dois m'arrêter un moment pour reprendre mon souffle.
L'épreuve du montage de la tente en plein soleil dure deux heures, l'un des arceaux  fragilisé a décidé de s'effriter ce qui ne facilite pas le montage.
Le réveil matinal m'est difficile, j'ai mal partout, dérouillage difficile, pendant que je m'habille, quelques amis invités préparent le thé du matin,  nous  mangeons rapidement debout (penser à prendre plusieurs chaises... ).
( vous demanderez : pourquoi accepter de camper quand on déteste à ce point le camping ? j'ai tenté une année le gîte confortable et je me suis fait ch...loin des copains)
Entre les deux ateliers de tai chi de la matinée, il y a une pause trop courte pendant laquelle on choisit entre se reprendre un thé et manger un peu avec les copains, ou faire la queue aux sanitaires pas très clean.
Ici, la gestion du temps est un gros problème surtout quand on traîne la patte lamentablement comme moi. D'un autre côté, le temps est aussi aboli car à chaque pas, on retrouve les vieux copains (qu'on ne voit que pour ces rencontres) et on reprend les discussions interrompues l'année précédente.
Ici notre vraie vie est mise entre parenthèses, la pratique du tai chi nous réunit et le style ou le lieu de pratique servent  à  définir les gens sans les séparer.(Yang -Chen -Wudang...).
Dans la matinée du premier jour,  retentit une sirène  : alerte tempête et orage ; ordre nous est donné d'aller sécuriser nos tentes et, en cas d'inondation, de nous retrouver à l'accueil du camping. Un bout de ma pause de midi est donc consacrée à la mise à l'abri des affaires dans la voiture.Le matelas, la table et l'unique chaise, le parasol inutile, et le casier à alcools restent dans la tente (le casier à alcools dans l'espoir  farfelu de lester la tente en cas de tornade).
Le soir, nous nous sommes retrouvés à écouter Janou à la guitare et à nous réconforter en buvant de l'eau de vie.(et avec modération  pour être en forme le lendemain matin).  
 Le samedi, l'alerte est passée et nous pratiquons sous le soleil revenu. L'après midi est consacré aux démonstrations et au tui shou(prononcer toué chou) = poussée des mains. L'idée est simple :  il s'agit de pousser l'autre ou de le déséquilibrer  sans brutalité, il est difficile d'expliquer que c'est la lenteur et ce genre de "lâcher prise" qui sont les clefs de l'efficacité de la chose. Un des principes est de mettre son ego en veilleuse et d'accepter (voire même se réjouir) d'avoir perdu. Il m'a fallu des années pour accepter et comprendre  ce type de confrontation avec l'autre...
Si le sujet vous intéresse j'en ai déjà parlé   Cette année, l'un des enseignants a mis au point la version "assis" applicable en maison de retraite.
Le samedi soir, nous faisons un détour à la fête au village(baraques foraines et couscous ou saucisses frites) puis  nous retournons à la cantine pour notre fiesta à nous. Au programme danse et musique variée avec quelques élèves ou enseignants qui ont apporté leurs instruments de musique. ( mon basson reste sagement à l'Escale).
J'ai beaucoup dansé ... le réveil du lendemain s'est fait dans la douleur due aux courbatures et au froid (en rentrant tôt le matin,  j'avais oublié de fermer correctement ma tente).
L'orage menace, la tente est vite repliée et tout est enfourné en vrac dans la voiture suivant la désormais  célèbre technique "de la table ". 
Voici une des lois dites de "la table"(applicable au rangement d'une tente ou d'une voiture :
Tout objet inutile qui se trouve recouvert par divers objets à peine plus utiles deviendra rapidement  indispensable. Ça marche à tous les coups ...on ressort tout en disant des grossièretés, on trouve, on range à nouveau, et au moment de fermer la voiture on s'aperçoit que la clé de contact est restée posée sous les bagages.     
Derniers moments, derniers échanges via la poussée des mains, essayer de créer le vide dans lequel on entraîne l'autre, alternance yin yang, sentir la poussée de l'autre et la renvoyer...plein d'informations, d'idées, d'échanges de rires et de délires.
Après la "cérémonie de fermeture" nous avons du mal à nous séparer quelques irréductibles "poussent encore". bises, échanges de mails, promesse de revenir l'an prochain, d'échanger les photos et vidéos.
 Il faut se faire violence pour démarrer la voiture puis  traverser lentement le camping,(un dernier signe de main à ceux qui restent pour les stages).
Mélancolique, heureux, épuisé je rentre chez moi ...Vide ...



     
  
Z
 
 

jeudi 4 août 2011

Camping au taupe niveau

Mon relatif silence ici (aux défis  et sur un mot une image une citation) est du au fait qu'il n'est pas facile de se remettre de quatre jours de camping.

J'étais parti le coeur léger mais le bagage lourd pour trois jours de tai chi et de tui shou(=poussée des mains) non stop.
Ma tente 8 places occupait un bon quart du coffre de la voiture ...des cinq livres emportés, je n'ai avancé que sur un seul celui qui raconte la plongée  de nicalo sirkosa dans la folie...
le cerf volant n'a pas volé faute de vent et soleil trop intense
le vin n'a pas été bu mais la goutte fut goûtée et appréciée (avec modération)
 mes voisins de camping,  amis de longue date  ont aidé au montage de la tente royale.
Chaque nuit,  j'ai été réveillé par le bruit d'une bestiole grattant sans arrêt à quelques centimètres de mon crâne, j'ai passé la première nuit à taper violemment sur le sol pour faire peur à l'intruse : une taupe.
Pour me consoler je me répétais en boucle la citation de Lénine (je crois) "nous reconnaissons notre vielle amie la taupe qui sait si bien travailler sous terre pour ré apparaitre : la révolution ...
j'aurais apprécié qu'elle aille faire la révolution ailleurs que sous mon matelas.
Au démontage de la tente j'ai eu confirmation du diagnostic : cette saloperie avait creusé ses galeries sous mon  matelas et jusque dans ma salle à manger !
Soucieux de mon petit confort, j'avais demandé le branchement électrique mais il n'y avait plus l'ombre d'une rallonge dans ce foutu camping, donc il fallait courir aux sanitaires pour faire chauffer l'eau du thé ou du café.
Quant aux sanitaires ...(je vous passe sous silence  l'état des 4 vécés pour 200 campeurs  )les douches ocillaient  entre  brulant et  glacé
Dans la mesure où mes articulations me gènent pour me contorsionner dans une douche pour nain, j'ai testé la douche pour handicapés plus grande et dotée d'un fauteuil : le pommeau de douche arrosait l'angle de la pièce mais rien d'autre cette douche n'était donc efficace que pour quelqu'un tenant debout recroquevillé dans l'angle sous le mince  filet d'eau.
Dès le début malgré chapeau précautions et protection je me suis transformé en homard avec un beau nez rouge de clown. Dès le début mes vertèbres se sont rapellées une à une à mon bon souvenir (t'avais qu'à faire du sport zigmund !- ta gu...) d'autant plus que je suis tombé à la renverse sur une poussée aussi douce qu' efficace...respect !    

Alors direz vous : qu'allait il faire dans cette galère ?
ben je vous l'ai dit : du tai chi et du tui shou, retrouver les copains,  parler un anglais approximatif, échanger, donner et recevoir , me retrouver hors du temps comme dans une colonie de vacances pour adultes en ne pensant qu'à moi, ne pas risquer de croiser mes patients à chaque pas qui me demandent des conseils pour leurs yeux, donner ces conseils à mes amis parce que je le veux bien et qu'ils n'ont pas demandé,danser et chanter, boire,  rire et vivre...

jeudi 28 juillet 2011

l'art de voyager léger


C'est comme une délocalisation de la Table ...
Pour ces quatre jours de camping, j'ai pourtant limité la charge ...
 Les incontounables :
-la tente huit places pour moi tout seul,parce que à partir d'un certain âge on trouve assez lourd l'idée de se contorsionner pour s'habiller . Je m'autorise donc  ce brin de confort bourgeois qui consiste à ne pas avoir à ramper
-les armes en tout genre pour le tai chi (bâtons, cannes, épées sabres et éventails),
-le café du matin et le vin du soir à partager.
-mon dernier " inutile pas volant" *, le time'sup le "loups garous" un goban et des pierres

                                                    
-la bibliothèque :  "je suis partout",     homo erectus deTonino  Bennaquista, vampires de Thierry Jonquet  + un bouquin de chinois ,
-les vêtements de pluie et de soleil 
-J'ai renoncé au parasol, au poste radio, à l'ordinateur et donc à internet  
je ne sais pas si je vais tenir  !...


 ǝɥɔoɔɔɐ,ɯ ǝɾ sıɐɯ sʇuɐloʌ ɟɹǝɔ uǝ lnu sıns ǝɾ ɹɐɔ ʇuɐloʌ ɟɹǝɔ=*

jeudi 10 février 2011

année du lapin


10 Février 2011 , Rédigé par ZigmundPublié dans #bonheurs divers
Pas question de jeter le moindre coup d'oeil au mulot qui gigote fier de lui  sur les écrans.


Je pourrais déprimer ou me mettre à boire... Hips !
Pas question de  prendre le risque de faire monter son audimat.
Parlons donc des festivités de l'année du lapin
 Quelques pratiquants de tai chi chuan (j'ai proposé le terme tai chieurs  qui n'a pas soulevé l'enthousiasme...) se sont réunis pour  fêter dignement l'année du lapin qui vient de commencer.

   Comme je l'ai dit précédemment, nous avons séché  lamentablement sur une idée de spectacle mélant tai chi et lapin. Nous avons assuré les petits fours apéritif, et déposé un origami de lapin sur chaque table.

Je vous laisse saliver devant le dessert préparé par les membres de l'association organisatrice  (présentation avec des mini origamis de lapins)                                               Bonne année du lapin
  ...ou du chat
 (pour les vietnamiens) et que le dragon de l'an prochain mette en fuite le nuisible mulot et ses copains. 
Z

vendredi 30 juillet 2010

Camping et taiji : les vignes de Jasnières


30 Juillet 2010 , Rédigé par ZigmundPublié dans #bonheurs divers




Les vignes de Jasnières existent ...Annie les a rencontrées et m'a envoyé ces photos. 
Un grand merci à elle. Ce vignoble étant du genre confidentiel, il est difficile d'acheter du vin de Jasnières.  Pour vous consoler de ne pouvoir goûter ce nectar (mieux nectar que j'aimais)une petite démo d'éventail à deux.(Laurent et Marie Ange)

z

lundi 14 juin 2010

L'ai je bien descendu ? / éventail


14 Juin 2010 , Rédigé par ZigmundPublié dans #Table et divers déboires
J'étais parti à un petit congrès à Paris, une journée pas plus. 
Les deux jours suivants avaient été réservés pour faire un peu de tourisme .(musée du quai Branly, jardin du Luxembourg, serres du jardin des plantes.)
Dans l'après midi, un peu agacé de n'avoir pas de place dans une salle de cours trop petite, je descends un escalier , la marque d'arête de la première marche manque, et je m'offre un beau vol plané . Comme  je suis du genre "emprunté" dans les escaliers, je tenais la rampe ce qui a amorti la chute...mon genou s'est également offert pour ralentir la chute...
Bon je me suis relevé un peu sonné , habituellement j'aurais lancé crânement un truc du genre "l'ai je bien descendu ?", là j'ai juste rassuré les confrères pressés autour de moi .
Néanmoins le reste de la journée s'est passé en claudiquant, je suis rentré péniblement à mon appartement, et j'ai pu marcher  jusqu'à la pizzeria du coin.
Notre WE tourisme est tombé à l'eau. Retour à l'Escale, installation au lit , ordinateur lecture et rattrapage de sommeil en retard.
Ce matin, je vais mieux, je vais pouvoir aller consulter, mais j'attendrai un peu avant de faire une démonstration d'éventail de combat de ce type.
(vidéo un peu "kitch " j'assume )


z

mercredi 8 octobre 2008

le rhino se cache







le temps me manque et cet article sera incomplet... néanmoins, il est temps d'éclaircir quelques points :
-pourquoi ce titre ?
-qui est ce rhinocéros ?
-et pourquoi se cache t'il ?

"le rhinocéros regarde la lune" est une figure de la séquence de l'éventail de la forme de tai chi chuan que je pratique.
en gros on s'acroupit en croisant les jambes(la gauche devant la droite, le bras droit tendu horizontalement et latéralement tient l'éventail ouvert plus haut que la tête, et le regard suit l'éventail ...corps,tête et éventail sont dans un même plan...
j'écris çà en petit parce que je comprends que pour la plupart, vous vous en foutez, et vous avez raison...
bon, j'ai toujours trouvé que nos maitres de taichi avaient de drôles d'idées pour nommer certains gestes...un rhino accroupi regardant la lune, c'est n'importe quoi !
Il y a d'autres noms rigolos dans notre forme genre "le rinocéros explore avec ses griffes"  (et là, je vous fais grâce de la description).
mon grand plaisir est d'ailleurs de faire enrager mes enseignants en trouvant des noms rigolos ou idiots à certains mouvements, et ma grande fierté c'est quand l'une de mes trouvailles passe à la postérité.
voilà, j'ai juste souhaité un nom original pour ce blog
ce rhinocéros ce n'est pas moi, mes connaissances sur cet animal sont limitées.
j'espère un jour trouver le temps de lire la pièce de Ionesco.
enfin, en créant ce blog, l'idée, l'envie de l'anonymat s'est imposée rapidement...un peu comme un jeu.
c'est devenu une contrainte intéressante, mais dificile, pour raconter son quotidien ou ses passions.
quant au pseudo de zigmund, c'est d'abord le nom de mon chat
un désordre sans nom règne dans mon ordinateur, (le même genre de désordre que sur ma table) une bonne photo de zigmund chat se fera attendre...(d'autant plus qu'un chat noir c'est pas simple à prendre en photo).



Zigmund  et Elvis   .

Enfin, malgré la photo du début de cet article, je n'ai pas d'amiration particulière pour  le fameux docteur Freud , pas d'aversion non plus, c'est juste  son prénom qui me plaisait bien...
et voilà j'ai fini par trouver une photo de zigmund !
z

7 Octobre 2008 , Rédigé par Zigmund