Affichage des articles dont le libellé est table. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est table. Afficher tous les articles

samedi 24 décembre 2016

noel 2016 suite



Voilà c'est fait 
la Table est vidée et moi pareil.
Je n'ai qu'une envie aller me mettre au lit avec un bon polar...
Mais le champagne est au frais et on s'agite en cuisine.

vendredi 23 décembre 2016

noel 2016

*
Au commencement était la Table. 
Zigmund vit que la Table était plate  et il trouva ça bon.
Zigmund posa sur la Table tous les objets qui l'encombraient et tous les papiers urgents à traiter.

dimanche 11 décembre 2016

La revenante



Ce blog a commencé avec elle...
Elle a longtemps amusé mes amis virtuels
J'en avais fait une star  C'était la "star table du net"

mardi 21 juin 2016

Sur un fil


Après la parenthèse Toulouse To Win  j'ai repris la route de mon cabinet en traînant les pieds plus que jamais. 
Depuis quelques mois, mon cabinet se met à ressembler à ma table.

C'est le même bordel : vision d'un désastre matériel que j'arrive à peine à contenir, reflet d'un déséquilibre personnel.
Pire que l'année dernière... Accumulation de grains de sable ... pannes prolongées électriques et informatiques, longue et renouvelée absence  de la secrétaire, énormes merdouilles administratives  qui s'empilent.
L'an dernier j'étais confronté aux mêmes difficultés version plus calme.
nuit 
En proportion, ma motivation est en chute libre.
Je me suis inscrit à un congrès au bord de la mer, j'ai gardé un jour supplémentaire pour voir la mer, comme un avant goût de vacances...

Après cette courte parenthèse iodée, je suis allé rendre visite à Pa +famille à l'occasion de la fête des pères.

jeudi 3 décembre 2015

Démolition

La secrétaire a retiré, sur mon ordre, tous mes très vieux dossiers papiers (ceux non revus depuis 20 ans), les a mis dans de gros sacs de supermarché. J'ai rapporté les sacs à la maison et les ai posés devant la cheminée. Du passé il était temps de faire table rase.
Au début j'ai pris les fiches une à une  avant de les jeter dans le feu.
Il y avait là  mon premier patient : le dossier numéro un ,  un corps étranger cornéen... celui là je n'ai pas eu le courage de le brûler. J'ai repensé à mon premier classeur si ridiculement petit, qui avait la taille d'une boite à chaussures, et bien sûr, il avait vite été dépassé.
Sur ces vieilles fiches, il y avait  beaucoup de noms inconnus : comment ai je pu oublier tous ces gens, oublier  jusqu'à leur existence ? et d'autres dont je me souvenais parfaitement  malgré les années.
Sur certains  dossiers,   je m'autorise quelques indications graphiques sur la page de garde pour attirer mon attention : un coeur pour les patients vraiment sympas, un escargot pour les pas pressés, les longs à la détente, un balai pour les définitivement indésirables.
On a pas le droit parait il ... ? ben, c'est vraiment  pas le moment de me chercher !!!
Un par un ou par poignées, ils partent dans le feu. Je sauve le dossier d'un ami disparu, celui de mes grands mères,  je relis une lettre de remerciements ; j'en ai pour des siècles si je lis ou si je me laisse attendrir.
Moi qui ai toujours considéré l'écrit comme sacré, je suis en train de brûler des pans entiers d'histoire de mon cabinet. Je n'ai pas le choix... Je suis en colère parce que  pendant ces premières années d'installation j'ai imaginé naïvement qu'un jeune confrère prenant ma suite hériterait du fichier et du nécessaire travail de destruction.
Pour des raisons évidentes de secret médical, la poubelle n'est pas envisageable ... donc le feu ...pour tous ces noms de vivants ou de disparus, que j'ai soignés.
En brûlant certains de ces disparus je me mets à espérer que quelqu'un d'autre que moi se souviendra d'eux ; ils étaient un nom un prénom, une histoire et très secondairement une réfraction ou  une maladie.
Je suis en colère : hier la loi santé a été votée ... au feu les dossiers ! (démolition de la démocratie )
Allez encore une ou deux brassées et je fais une pause... je suis incapable de tout jeter d'un coup et ça serait dangereux.
Pourquoi cette impression de démolir ma propre vie en détruisant ces fiches ? Qui détruira ma fiche ? 
Je n'ose imaginer à quoi ressemblera dans quelques années le rapatriement des fiches actuelles bien plus nombreuses. Je ne détruits que les dossiers antérieurs à 95 et non revus depuis ...Les autres, je ne sais pas ce que j'en ferai ...la loi m'oblige à les garder 20 ans voire 30 ans ! Une chose est certaine : ils ne me suivront pas dans ma maison de retraite.
Finalement vider la table qui ne désemplit plus c'était moins traumatisant et ça me permettait de faire rire mes amis virtuels-réels.
Et pourtant il ne me reste plus que 20 jours avant qu'elle soit vide, propre, rangée (ainsi que le reste de la pièce d'ailleurs) pour le repas de noël en famille.
Je pense à Pa Zigmund qui sera peut être tout seul le soir de noël à se souvenir de son anniversaire de mariage.Il lui est impossible de venir, et même si je trouvais un moyen pour le loger en rez de chaussée, je suppose qu'il refuserait. J'irai le voir le lendemain ou le surlendemain mais ce n'est pas pareil ça me rend triste.
Si quelqu'un a un antidépresseur ... je prends ! Sinon j'ai un bon polar en cours.

La video qui suit n'est pas exactement un antidépresseur ...

jeudi 13 août 2015

Backstage / on stage


Je l'avais bien dit : l'été passe toujours  bien plus vite que les autres saisons.
Dès le début du mois d'août  je commence à déprimer,  bien aidé en ça par les grandes surfaces qui sortent leur "rentrée des classes " dès la mi juillet.

dimanche 29 mars 2015

Nuit


Nuit
Nougaro "L'ile Helene" par paxal974
Pas  ou peu de musique ; pas assez de lumière , mes yeux fatiguent, mon dos est douloureux.
Tout le monde dort. Même les chats ont disparu .
D'habitude, Zigmund-chat trône sur les papiers, il choisit les plus importants : ceux que je garde à proximité et y imprime la marque de ses coussinets douteux. Cette fois ci, il m'a laissé seul face au désastre.

samedi 31 janvier 2015

un dimanche à Bled la Forêt





La dernière fois que tu es venu, c'était il y a 10 ans.
Ca avait été la panique générale pour donner un air humain à la maison.
Ma était venue  avec toi, j'avais examiné vos yeux ; comme j'avais peur d'abuser de ta patience avec une consultation trop longue, je n'avais pas voulu voir ce qui diminuait ton acuité visuelle, et j'avais laissé un confrère moins impliqué poursuivre la prise en charge.
La peine de la disparition de Ma n’a pas entamé ta passion pour le cinéma, et accompagné d’une amie de longue date, tu as repris le chemin des salles obscures.
Or, la copine cinéphile  a besoin de voir un ophtalmo pour  lui dire  ce qu’un confrère pressé n’a pas  su expliquer ...


En échange d'un RDV rapide un dimanche,  elle et son mari t'ont amené à l'Escale.

 Dans les jours précédents, ce fut "branle bas de combat et panique générale", pour donner un semblant d'ordre au rez de chaussée de la maison. Cette fois ci ranger la Table pour te  recevoir était insuffisant, il fallait aussi ranger les alentours, faire ce qui n'a pas/ jamais été fait :  faute de temps, ou par flemme,  fatigue, maladie, découragement attachement maladif à trop de souvenirs encombrants et inutiles

Le matin, alors que je me félicitais d'avoir vidé la Table en temps et en heure, Sat et El puis Jako (les "enfants") sont venus prêter main forte ;  ils ont regardé le résultat d'un oeil sévère et critique,  m'ont envoyé en cuisine faire un café et se sont attaqués aux alentours de la Table que j'avais négligés : 
-la maie dont  personne n'avait revu le dessus caché sous les amoncellements de factures à classer, d'origamis réussis ou ratés, de cartes postales, de revues d'ophtalmologie à lire d'urgence.
- le bureau également : tiens  il y avait un bureau sous ces amas de stylos, de papiers, d'ordis portables foutus, de livres, de cassettes audio ? 
Tout a disparu dans des caisses habilement camouflées  pour donner une allure factice de propre et de "rangé". 
De mon côté, je me sentais honteux de tous ces trucs accumulés et d'être incapable de les aider et je repensais avec effroi à mon texte testament écrit pour les défis du samedi : la promesse
A t'on le droit de laisser un tel désordre (qui finira par être un jour posthume)  à ses enfants ? 
(Pa j'espère que tu ne lis pas ces lignes)
Le décor était planté ; les pièces du rez de chaussée avaient une allure humaine, le champagne était au frais, le vin chambrait, et le repas mijotait doucement en cuisine.

A mon cabinet, tu as regardé mon univers, mes appareils. Je crois que tu étais fier de trouver les photos de tes grands-parents de ton père et de tes oncles et tantes ; tous veillent en quelque sorte sur ma consultation. 


Avant de retourner à la maison, nous avons fait un petit tour dans Bled la Forêt.

Ce fut un repas agréable, animé et détendu . 
Pour le dessert, nous avions confectionné, en suivant scrupuleusement la recette, le gâteau au chocolat de Ma. (d'après Sat et El, grands amateurs, nous approchons du goût incomparable de l'original)
 Sat et El ont raconté l'avancement des travaux de la pièce centrale de leur maison qui devra être finie  pour accueillir leur bébé à la fin de l'été.
Je vais passer dans le clan des "papis pour de vrai" !
 Tu as vu tes petits fils sous un jour bien différent : responsables et solidaires, ils ont pris en charge deux jeunes adultes avant d'être eux mêmes parents.
Tu as vu ce que nous avons fait de l'Escale : une maison ouverte, un lieu d'accueil joyeux et bordélique .A la limite ce désordre insupportable parfois étouffant,  fait le charme du lieu.   

Peut être as tu été peiné de ne pas voir de photo de Ma ; si tu avais posé la question, je t'aurais dit que l'image de Ma reste pour l'instant au plus profond de moi et qu'il est trop tôt pour la placer dans un cadre.
Mon coeur se serre à l'idée que tu ne pourras pas souvent revenir nous rendre visite dans notre univers.
A un proche qui s'étonnait que j'accepte de faire une consultation un dimanche pour quelqu'un qui aurait pu assez facilement forcer la porte d'un ophtalmo plus proche,  j'ai répondu que pour que mon papa vienne me rendre visite chez moi, j'étais prêt à ouvrir mes RDV le dimanche pour tous les amis qui voudront bien l'amener jusqu'ici. 
Eh les nombreux amis de Pa ! une consultation ophtalmo avec un délai ridicule, un dimanche, sans dépassement, en secteur 1 ça vous intéresse ?  c'est possible ! 
Ce post ne serait finalement qu'une pub déguisée : l'ophtalmo de Bled la Forêt réduit les délais de rendez-vous !




vendredi 19 décembre 2014

quelques jours avant noël




Depuis plus de six mois,  la majorité des billets de ce blog est axée sur le combat des médecins contre la loi santé.
Depuis plus de six mois, je me dis que ce serait bien d'écrire autre chose, non que je craigne de fatiguer les quelques lecteurs de ce blog (qui ont bien du mérite, soit dit en passant ) mais j'aimerais tant retrouver le plaisir de me concentrer sur les consignes du Défi du Samedi (avoir zappé une consigne récente sur les yeux me remplit de honte) ou de mot image citation ; j'aimerais  vous parler de musiques, de lectures, de plantes, de chats, de voyages comme je le faisais au début de ce blog.
Au lieu de ça,  mes pensées se concentrent sur ce  juste combat à mener contre la loi santé de mst.



La Table la plus célèbre du web qui attend d'être rangée pour noël, aggrave son cas, la compta  souffre (pas autant que moi)  et les papiers urgents  s'accumulent impitoyablement.
Plus les années passent, et moins j'aime cette fête de noël.
Nous sommes allés faire quelques courses dans une grande surface, vous avez sans doute tous testé,  je ne vous raconterai pas cette débauche de tout, les caddys pleins à ras bord, les jouets pastels ou carrément roses pour les filles et les  vilains machins guerriers pour les garçons, et la bouffe, tellement de bouffe  qu'on se dit qu'on va arrêter de manger,  et surtout on se dit qu'il faut  se barrer de là à toute vitesse.
 Sauver son âme ...


Mes pensées s'envolent vers ceux qui manquent de tout, même si, égoïstement, je me demande comment je ferai face à mes créanciers après dix jours de grève. 
Mes pensées vont vers ma famille et mes amis que j'ai un peu délaissés pour entrer dans cette  lutte,  juste mais si difficile à expliquer et que bien peu comprennent.
Revenir à l'essentiel,  oui mais c'est quoi l'essentiel ?
Par où commencer pour remettre un peu d'ordre dans tout ça ?
Mozart peut être ? 

lundi 6 octobre 2014

ramper un peu plus bas


 Tu ne m'as pas demandé de mes nouvelles ... Je vais t'en donner quand même. 

      La Table,*  reflet de mon propre désordre intérieur  ne désemplit plus depuis plusieurs mois,  je ne prends même plus de photos du désastre. 
Mais tout ça n'est que peu de choses à côté de la #Loi Santé de mst et le rapport de l'IGF sur les professions réglementées.
Pendant ce mois de septembre, j'ai eu l'occasion de rencontrer plusieurs médecins et soignants divers.
Malade, fiévreux,  j'ai néanmoins pu me joindre à la manifestation du 30 septembre.J'ai marché aux côtés des pharmaciens,  des dentistes et des kinés, désolé de constater la faible proportion de médecins. Au moins, ceux qui étaient présents étaient super motivés et ceux de l'UFML avaient assuré comme des bêtes.
---
Merci aux confrères qui m'ont reconnu sous mon déguisement, de ne pas me trahir.Mon anonymat relatif est garant de ma liberté d'expression.
Il y a eu des réunions, il y a eu des rencontres et des discussions animées dans la vraie vie comme sur internet.


Nous avons évoqué les problèmes d'accessibilité à nos cabinets : si le but de cette loi était de faciliter l'accès des handicapés à nos cabinets, son résultat sera l'inverse, cette loi est truffée de lourdeurs, d'inepties irréalisables.
Certains médecins déménageront leurs cabinets loin des centre ville : comme pour aller au supermarché, il vous faudra prendre votre voiture pour aller consulter. D'autres médecins incapables d'engager les frais des travaux exigés se préparent à déplaquer. Avoir un cabinet accessible à un fauteuil roulant est insuffisant : une rampe d'accès  trop éloignée  de la porte pour  valides est considéré  comme une discrimination insupportable, et 9m² de surface de WC seraient un minimum obligatoire. Les porteurs de la loi refusent d'admettre que l'examen  ou les soins en cabinet pour  certains  handicapés sont  bien inférieurs en qualité à ce qui est réalisé à domicile et crient à la discrimination.
Il nous est demandé de faire appel à des organismes agrées grassement payés pour un diagnostic d'accessibilité.
Qui peut croire que les soignants ne se sont pas souciés de leurs patients handicapés ?
A qui profite cette loi  aussi bancale pour les usagers que pour les soignants ?
  
Nous avons reparlé du fameux écart pupillaire :  une gentille consoeur expliquait lors d'une réunion que la loi était passée  et qu'on allait devoir noter l'écart pupillaire sur nos ordonnances lunettes. Elle expliquait qu'elle se préparait à obéir... j'ai choisi l'humour pour extérioriser ma colère et pour ne pas blesser l'amie.
"Alors, ça y est, on vous dit de noter l'écart pupillaire et voilà votre stylo est prêt !  croyez vous que les gendarmes viendront vous chercher à votre cabinet pour n'avoir pas noté cette mesure ?et quand ils vous diront de ramper vous le ferez ??? croyez vous que vous pourrez ramper encore plus bas  ou est ce qu'il va falloir creuser ? "
Vois tu c'est ça qui me désole le plus :  j'ai passé le mois de septembre à me battre aux côtés des membres de l'UFML, à expliquer les dangers qui plus que jamais planent sur la médecine et sur le système de santé (tiens il manque le TPG et la vente de la santé à la finance )

et tout ça pour entendre parler de ce p.... d'écart pupillaire.
Mes confrères ophtalmos ont parfois des priorités étonnantes, je devrais le savoir et ne plus me mettre en colère.
Peut être n'est ce qu'une façon détournée et plutôt classe de ne pas sombrer dans le désespoir ...









La différence - et elle est de taille - c'est que si nous nous battons tous ensemble il est possible d'éviter le naufrage annoncé. 
Mais si on doit se la jouer "chacun pour soi" je  retournerai bientôt  accomplir mon karma et ranger la p.... de  Table  avant noël .**
  
   

*PS : Pardon  aux blogamis  non médecins que je ne délaisse pas, mais chez qui je passe un peu en speed   ces temps ci . promis  bientôt je vous reparle un peu plus de Table de matous et de verdure 
** 
Tu n'as pas demandé de mes nouvelles, j'étais malade face à toi et tu n'as rien remarqué.
oui ça va mieux merci .
ceci est l'autre fin possible pour ce post 

samedi 22 février 2014

on va dire

On va dire que ça va ...
J'ai posé la valise qui ne me quittait plus depuis 2 mois. J'ai immédiatement voulu descendre dans la serre, voir de la lumière, voir les orchidées. 

 



J'ai regardé ce phalénopsis blanc  que nous avions pris en hospitalisation, et qui était prêt à retourner dans le salon de Pa et Ma.  
J'ai raconté aux Escalators la longue marche avec Pa pour aller se recueillir sur la tombe de Ma, parce que la grille d'accès aux voitures est fermée le dimanche.
Puis j'ai repris le travail, mécaniquement, sans entrain, j'ai retrouvé mes gestes  mes automatismes et mes manies.
J'ai regardé d'un oeil indifférent  Zigmund -chat affalé sur les papiers qui jonchaient la Table et je n'ai pas eu la force ou l'envie de le déloger.
J'ai encore  remis à "plus tard, un jour, peut être" ce qui était déjà urgent il y a 2 mois. Cette Table n'arrive même plus à me faire rire, ce n'est pas bon signe. 
Tout ça : les inscriptions aux congrès, les billets de trains, les réponses aux organismes de formation, les courriers aux chers confrères, les remises de chèques à la banque... quelle importance à côté de la disparition de Ma, du désespoir de Pa et de notre chagrin ?
On va dire que ça va, parce que j'ai repris mes activités, mes loisirs, même si je me suis endormi au milieu d'une leçon de musique.
On va dire que ça va ... je continue à me vider la tête avec les sucreries de c*ndy cr*sh saga,  je trouve ça nul et je continue en me disant qu'il vaut mieux ça que des antidépresseurs, de l'alcool ou de l'herbe qui colore la vie.
On va dire que ça va... la peine efface les souvenirs  de colère.
Machinalement j'envoie la #baguette des #nantis tous les jours et au moment où je l'envoie, une sourde haine m'envahit comme depuis 18 mois, mêlée maintenant à une sensation nouvelle d'inutilité. 
On va dire que ça va ... je cherche dans les photos de Ma, une où elle ne serait pas trop malade et où elle sourirait. J'ai renoncé à en chercher une d'elle et moi. C'est difficile de remuer ces souvenirs. J'aurais du me mettre à la compta et à ma déclaration de revenus, mais je crois que ce tri dans les photos puis l'envoi de certaines choisies nous aidera.
Dehors, le prunier nommé Johnny commence à fleurir. 


-(merci à tous pour vos messages de soutien, j'espère bientôt être capable d'écrire des choses plus gaies... peut être quand j'aurai fini ma 2035 !) 


lundi 23 décembre 2013

Juste avant Noël

Ca fait plusieurs années que je n'aime pas Noël.
Bien sur, nous avons plaisir à recevoir nos enfants, quelques membres de la famille et quelques amis.
Mais =>>> déjà, horreur,  il faut que je range la Table
En dehors de ça, Noël me déprime : cette ambiance de fête obligatoire, cette fièvre acheteuse, et la difficulté d'exprimer certains sentiments autrement que par des cadeaux qui sont parfois refusés.
Pour Ma j'ai déposé un livre à la maison avec l'espoir qu'elle revienne et puisse critiquer mes choix comme elle le fait si bien quand elle est en bonne santé.
Pour Pa dont c'est aussi l'anniversaire j'ai déposé un DVD et un bouquet de chocolats.
 A ceux qui demanderont : "et  son diabète  ?" je répondrai par l'argument dit "des marchands d'armes" : mes chocolats ne sont pas les seules sucreries qui traînent dans la maison. Et puis il est tellement préoccupé qu'il n'a rien vu...
Pour lui changer les idées, j'aurais voulu pendant mon séjour l'emmener faire un tour en ville et admirer avec lui les illuminations de Noël mais j'ai eu droit à un refus catégorique.
 Je me souviens de nos Noëls à Vichy  où nous nous entassions à 13 dans un petit 2 pièces, quand mes grands mères et mes tantes nous entouraient d'un amour, certes  parfois étouffant, mais sincère etconsolateur ..
Il y a eu des Noëls de mon ancienne vie, au Mans, où les incroyants préparaient le chocolat chaud pour  le retour de messe de minuit des croyants, dans de lourds bols en terre cuite émaillée d'un rose improbable. Sur la table, il y avait aussi  des petits anges qui tournaient sur des bougies en faisant tinter des clochettes. j'étais le seul à aimer ce mobile agaçant ...
Puis il y a eu les Noëls  près de Coucy le Château avec  cette grande tablée chaleureuse qui réunissait toute la grande famille de Gabrielle.
Après l'exil de Johnny et Vonvon, les retrouvailles ont eu  lieu traditionnellement à l'Escale autour d'un ficus décoré dans la salle cheminée (celle dont je dois ranger la Table sous peine de sévères représailles) Nous voilà propulsés dans le camp des grands parents. J'aurais voulu que Pa et Ma se joignent à nous mais ça n'a pas été possible.
Il me reste demain soir au retour du boulot pour ranger cette maudite Table ou mardi matin, dernier carat.
L'autre table vient de se voir offrir une nouvelle nappe bien plus sage que les précédentes . Je vous laisse juges.

Ce Noël est différent, dominé par l'hospitalisation de Ma et notre inquiétude à tous.
Je voudrais tant que revienne la lumière...
     



dimanche 6 janvier 2013

une autre table

 en réponse à la consigne #227  du défi  du samedi 
 
C’est moi, la table "canal historique". Oui,  j’'étais là avant ... bien avant la Célèbre, la Grande,  celle qui est en train de devenir la Star table du Net.



Mais moi,  je suis modeste, légère et adap-table,  faite de plastique blanc, ovale,  6 couverts, bref, un  modèle  courant de table d’extérieur.
Quand ils m’ont achetée, j’ai naïvement cru que je vivrais au grand air, un parasol planté en mon  centre  comme mes copines de la jardinerie. Mais les escalators m’ont installée dans la cuisine et je suis devenue  « la table de la cuisine ».
Mon voisin le frigo,  chargé de magnets de toutes sortes, m’a rapidement  mis au courant des habitudes de la maison.
J’ai vu les enfants faire leurs devoirs sous le regard attentif de leurs grands-parents.  
Je les ai vus aussi faire la fine bouche devant certains plats (« j’aime pas ça … j’en mange tous les jours à la cantine ! » et le :  « file dans ta chambre ! » qui suit, proféré par l’adulte excédé)… puis quand ils ont été ados,  j’ai veillé avec eux  et leurs copains tard dans la nuit pendant qu’ils refaisaient le monde en grattant des guitares.
Je sers de point d’observation à Zigmund chat qui perché,  englobe de son regard de prédateur  toute la rue et le jardin ;  je sers  aussi de table de soins pour les matous car  c’est sur moi qu’on les coince pour leur faire avaler leurs médicaments.
La cuisine, avec ses quatre fenêtres, est la pièce la plus lumineuse de la maison, c’est sans doute pour ça que mes maitres  me  préfèrent même pour certaines  réceptions.
Ils me font des infidélités pour les repas de fêtes : dans ce cas  c’est la Table de la salle cheminée qui a l’honneur de la nappe blanche brodée et des jolis couverts après rangement  du désordre endémique de Zigmund (sous la menace).
Justement, les nappes, parlons-en : depuis quelques années, mes maitres,  à la période de noël, mettent un point d’honneur à m’habiller d’une nouvelle toile cirée. On dirait un concours : votre mission si vous l’acceptez est de trouver la nappe la plus farfelue du magasin. Le commerçant les voit arriver en se frottant les mains (« Dis donc Germaine, v’là l’Zigmund ! sors donc les trucs de ouf que personne ose acheter ! »).
 Au début j’ai eu droit à des grenouilles qui attrapaient des mouches, puis ce furent des vaches,  folles bien sûr, l’année suivante ils osèrent les taches de peinture, puis ce furent les crayons de couleur et cette année c’est cette BD  américaine d’un gout très sûr.
Je dois dire que les premiers jours,  je me tape un peu la honte…
Eux-mêmes expriment  des doutes ou des regrets : « tu sais  là on a fait fort … on  n’aurait pas dû … »    Puis tout le monde s’habitue et se félicite de l’originalité de ma nouvelle nappe.
Et moi contrairement à la Table, je ne me laisse pas envahir par le désordre lamen-table.  
z

samedi 29 décembre 2012

la Table et caetera ! entre deux fêtes

    Chaque année, à cette époque, je m'offre quelques vacances , ou plutôt quelques jours sans(consultations).

Le but est de gérer tout ce qui attend depuis l'an dernier, de se reposer, d'accepter quelques consultations cool, ( kevin welcome ! ) et bien sûr de  voir les urgences.(puisqu'en contrepartie de mes vacances scandaleuses, j'accepte d'être d'astreinte tout le temps.)
D'abord, il faut mettre à jour  la compta, ce qui permet de savoir si on aura de quoi nourrir son banquier, ou s'il faut rajouter quelques consultations pour rester à flots.
Là se pose un problème métaphysique (du même style que l'oeuf et la poule) :  faut il d'abord ranger la table pour avoir place nette pour la compta, ou vider la table avec le risque d'attaquer la compta trop tard ? d'abord Charybde ou d'abord Scylla ?

Pour compliquer le tout, Zigmund chat s'installe sur la table et surtout sur les papiers officiels, lesquels se retrouvent tachés et terreux. J'ai vainement tenté de le convaincre de se mettre sur un coussin  toujours sur la table, il n'a pas aimé  et j'ai abandonné.
(Je ne me plains pas : Elvis qui a un faible pour Gabrielle  saute directement sur le clavier de l'ordinateur ce qui est toujours apprécié ! )
Je rumine la liste des choses urgentes à faire, je refuse de l'écrire complètement ça va me démoraliser...
Sur les 3 ordinateurs portables que j'utilise, aucun ne marche correctement
-celui de mon cabinet , se met parfois à afficher la moitié de l'écran
- les deux autres hocquettent puis s'éteignent  à la moindre contrariété ;  l'un encore sous garantie a refusé de se rallumer ...et il faut que je plonge dans les factures pour retrouver la garantie...

-ah et puis il y a la pourriture de saloperie de télétrans que je vais devoir mettre en place pour éviter une forme de déconventionnement  Et là, c'est la grosse prise de tête, informatique, internetteuse, matérielle, ce qui bride encore plus ma motivation. La sécu va enfin pouvoir licencier la pauvre fille qui gérait mes feuilles de soin et selon ma première estimation,  cette "modernisation obligatoire" avoisine déjà pour moi les 2500€. Dire que je suis enragé est un doux euphémisme et je regrette de n'avoir aucun talent de hacker.
(mais j'entends déjà l'ami Walrus sourire de mes colères ...oui le sourire de Walrus est audible :-)) et les autres blogamis demander une photo(récente) de la table avant et après. Patience ce sera fait ...)
Tiens, pour me distraire du rangement j'ai trouvé (chez Walrus) un pretexte : je vais jouer au jeu de Janescka 
"j'ai enfilé ma veste et je suis parti à travers la bourgade déserte.Partout la lumière bleue tombait par les fenêtres à petit bois.Une mobylette de temps à autre, une voiture qui roulait trop vite, puis à nouveau le silence."
Je n'ai pas triché* et ça va être dur pour vous de trouver le titre du livre récent et  assez apprécié.
Et puis j'ai une consigne à honorer pour le  défi du samedi et une autre pour  mot image citation ; j'y réfléchis mais c'est pas gagné ...Si vous avez du temps lancez vous dans l'aventure.

Il va falloir vérifier et emballer les derniers cadeaux, aider à la décoration du  ficus de Noël. (point de sapin à l'Escale)
 Bon, j'ai compris, je retourne au rangement  et à la compta. et je reviens avec les photos de la table  et d'autres illusions d'optique.
 
Enjoy ! 

 
 
*j'ai bien éjecté les 5 premières phrases de la page 123 et copié les 3 suivantes. juste avant et après il y avait un nom de personnage super indice
z

lundi 24 décembre 2012

avant et après l'effort

A l'escale nous sommes de grands malades : par exemple nous sommes fans de ce truc  trouvé sur internet il y a longtemps  l'orchestre symphonique de Noël qui nous fait toujours marrer autant. J'ai appris la basse du bidule au basson et chaque fois que je la joue en orchestre je revois ces rennes.



Je me remets péniblement du rangement de la Table que j'ai terminé à 2 heures du mat
voici les photos non truquées :
avant :  

et après : 
et  pour être honnête voici l'environnement :  avec chat décoratif.

Avant de filer en cuisine,  je termine par ces deux petites videos pour vous souhaiter un joyeux Noël 
cette chanson qui me rappelle mon jeune temps  je ne sais pas ce que ça raconte  je suppose que malgré la musique enjouée le thème n'est pas très gai
et cette video (publicitaire) transmise  par Anne 66 que nous aimons beaucoup 
Bon Noël à tous ! 
 z

vendredi 21 décembre 2012

sous les papiers la table

Suite à une erreur de la secrétaire je ne consulte pas aujourd'hui...
 Youpi ! plein de temps pour ranger la Table qu'on ne voit même plus sous les papiers.  
Alors Zigmund qu'est ce que tu fais à écrire ce post au lieu de t'y mettre sérieux hein ?
Ben voilà  il se trouve que tout se ligue contre mes bonnes résolutions :
-par où commencer ?
-mon café du matin a du être pris en vitesse pour laisser place au rangement de la cuisine 
-se connecter à internet pour mettre à jour les différentes payes et déclarations 
-coup de téléphone très long pour gérer l'hospitalisation d'un patient compliqué
-enfin calme ...non quelqu'un vient passer l'aspirateur 
-RDV pris pour réparation d'un ordi à mon cabinet qui a buggué 
-Gabrielle menace de vider la table dès lundi 9h !
-Zigmund chat n'est pas rentré je m'inquiète et je n'ai pas  le temps de partir à sa recherche
-faire une liste papier des choses à faire toutes plus urgentes les unes que les autres.
-depuis 1 mois je prépare (encore) un post sur les médecins, sur notre sinistre ministre et je n'arrive pas à le finaliser. 
-dites les mayas ce serait bien que la fin du monde arrive là, tout de suite, parce que là je fatigue sérieux...
-manquerait plus qu'il y ait une urgence, tiens, pour me bouziller mon planning ...
 j'y retourne ...